membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 19

MessageSujet: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Ven 29 Avr - 23:52

I'M THE POSTER CHILD OF DENIAL, THERE'S NOTHING I CAN'T HIDE

 Katherine & Siren
 
Tu connais cette enfant. Définitivement, il n’y a pas des masses de roux, par ici. Et certainement pas qui ont le même roux que toi. Alors forcément, comme à chaque fois que tu vois une fillette rousse, tu ne peux t’empêcher de penser que c’est peut être elle. Elle, cette enfant, celle que tu n’as tenue que quelques minutes dans tes bras, celle que tu regrettes tant aujourd’hui. Il y a de ces jours où tu rêves à cette enfant, à pouvoir de nouveau la voir, mais tu sais bien que ce n’est pas possible, du moins pas aussi facilement. Après tout, pourquoi cette enfant, que tu as fait adopter dans une famille aimant de Dublin, serait à Glencullen ? Sûrement que tu te fais des illusions. Et pourtant c’est plus fort que toi, tu restes là, à l’observer, à regarder tous ces enfants apprendre des mouvements pour se défendre. Aujourd’hui, ta fille aurait huit ans, Aujourd’hui, pourtant, tu ne l’as pas connue, pas plus que les autres jours, et tu en es malheureuse. Sa présence te hante, encore et toujours, elle te manque, tu aimerais savoir ce qu’elle est devenue, sans pouvoir l’approcher, puisqu’elle est, quelque part, à tes yeux, la cicatrice d‘un de tes uniques moments de perte de pouvoir, de la seule action que tu n’as pas maîtrisée. Après tout, être enceinte n’était pas voulu. Du moins, pas consciemment, pas à ce que tu le saches. Alors, tout simplement, tu as éliminé ce que tu voyais à l’époque comme un problème, mais voilà, tu regrettes maintenant et tu aimerais réparer les erreurs du passé, ou au moins avoir la possibilité de connaître l’enfant que tu as porté pendant si longtemps et que tu as pourtant confiée à une famille sans le moindre remord. Appuyée, à regarder tout ceci, tu sais que tu devrais t’approcher, mais tu es figée, tu n’arrives pas à vraiment reprendre le contrôle de toi-même et tu ne sais pas vraiment quoi faire en conséquence. Finalement, après de longues minutes immobile, pour le moins perturbée, tu t’approches. Celle qui semble être leur leader est une louve, tu t’en rends bien compte, mais pourquoi se montrer hostile ? Tu es cependant très méfiante la concernant. Bonjour. Comment s’appelle la rousse qui était au cours ? Tu demandes avec ta froideur habituelle à l’égard des étrangers.
 
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Sam 30 Avr - 0:52

ce n'était qu'un simple conte de fées, simple rêve qui semblait éveillé. rêve qui n'en était plus tellement un, dans tout les cas du possible. fronçant des sourcils, elle désignait du pouce les choses à faire et à retravailler. aujourd'hui, elle avait décidé de n'entraîner que ceux qui en avaient réellement besoin et non pour se relaxer comme ceux qui étaient là la dernière fois. une salle est un terrain d'entraînement, terrain certainement d''entente mais non pour être relax et posé comme dans une simple maison. c'était plus que ça. elle passa une main frénétique dans ses cheveux en les ébouriffant rapidement. la fatigue commençait à se faire entendre, en même temps, comment ne pourrait-on ne pas être exténuée quand une bande d'enfants se tient face à vous toute la journée, quasiment ? il n'y aurait de quoi être exténuée avec l'envie de partir se reposer immédiatement. sauf, elle ne le fit pas, car ils en avaient besoin. besoin pour forger leur avenir, besoin pour les aider à se forger d'eux-mêmes. leur carapace n'était néanmoins pas tombée, ce n'était sûrement qu'un masque pour se protéger des phrases enjôleuses de ses adversaires. à présent, ils sauront. ils sauront comment faire, afin de maîtriser ceux qui sont en soi. elle admit un sourire compatissant envers l'une des enfants dotée d'une chevelure flamboyante qu'était du roux : elle admettait que sa couleur de cheveux n'en étonnait plus d'un. ce n'était pas la première qu'elle le voyait, mais à présent dans la ville de glencullen, ça se faisait sûrement de plus en plus rare, soit s'en était ainsi, soit elle ne sortait jamais les pieds du bâtiment pour le monde extérieur. quelqu'un de plus âgé, cette fois, se dirigea vers elle avec toute la fermeté qu'elle en était capable, visiblement. elle ne cessait d'envoyer des regards à  l'enfant, l'enfant qui continuait à maintenir ses efforts, ses preuves pour lui permettre certainement à se forger quelque chose dans soi. bonjour. comment s’appelle la rousse qui était au cours ? froideur. froideur qui n'en était que dans l'extrême. elle la dévisagea du regard avant d'envoyer un regard vers l'arrière, regard qui voulait certainement tout dire. passant une main sur son tissu, tissu qui n'en cachait que l'énormité qu'était une cicatrice : cicatrice qui lui permettait de se remémorer certains instants passés. instants passés avant que tout ne dérive, que tout ne vire tout pourrait sombrer à la catastrophe, pour la deuxième fois. elle ne se permettrait pas d'être dans une situation aussi inconcevable que celle-ci, ce n'en était qu'ironique, dans le bon sens du terme. sa mère, tout y était passé, exactement tout. elle n'avait même pas l'idée d'où était son père biologique et ce n'en était pas ce qu'elle voulait savoir par rapport à lui. elle voulait l'accepter. accepter son changement, accepter ses différences. tout. elle n'allait pas rester dans son passé qui ne lui faisait plus que de mal qu'autre chose. elle fronça des sourcils inconsciemment alors qu'elle retirait d'un coup sec sa main de son bras droit pour la laisser retomber le long de son corps, tout ne cessant de dévisager l'inconnue qui se présentait face à elle. pourquoi voudriez-vous le savoir ? elle la dévisage. elle la dévisage comme si elle n'était qu'une vulgaire chaussette qu'il faudrait jeter au plus vide, déchet de la société, déchet d'elle-même. déchet de son existence qui n'était que la vie.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Sam 30 Avr - 14:07

I'M THE POSTER CHILD OF DENIAL, THERE'S NOTHING I CAN'T HIDE

 Katherine & Siren
 
Cette impression de déjà vu, tu la détestes. Tu te fais idées, probablement. Seulement voilà, tu n’arrives pas à t’y faire, pas vraiment. Tu sais bien que ça ne peut pas être elle, que ça ne peut pas être cette fillette dont l’existence te hante à toutes les nuits, dont tu te rappelles en constance. Tu l’as laissée. Tu espères qu’elle va bien, tu espères que tout se passe pour le mieux pour elle, que par-dessus tout, tu as fait le bon choix. Ce n’est ce qui fait en sorte que parfois tu as de petits coups de blues, c’est ce qui fait qu’il arrive fréquemment que tu sois de mauvaise humeur et irritable. Tu sais que ce n’est pas agréable pour ton entourage, mais tu n’en as rien à faire, parce que c’est quelque chose qui te hante depuis huit ans et qu’il y a parfois ces jours que tu te retrouves à regarder un passant, une enfant, qui pourrait être cette enfant que tu as laissée à Dublin à des parents il y a de cela quelques années. Tu t’approches de la femme, celle qui semble gérer cet entraînement, sans que tu ne saches véritablement comme tout cela pourrait bien pouvoir se passer. Tu veux savoir qui est cette enfant, alors tu ne réfléchis pas et tu ne te montres pas accueillante, tendue comme pas possible, stressée comme pas possible, même si tu ne savais pas quoi faire véritablement. Alors tu demandes, tendue. Tu te méfies, tu es stressée, tu ne sais pas comment faire pour te débrouiller seule. pourquoi voudriez-vous le savoir ? Elle te parle sèchement, elle aussi. Tu la regardes, fronçant les sourcils et la regardant de haut. Pour qui elle se prend, à te parler comme ça ? Tu ne sais même pas quelle réaction tu dois adopter face à elle ; elle connaît peut être ta fille, donc tu ne sais pas comment t’y prendre pour te justifier, et ceci sans te prendre pour une folle. Tu veux savoir qui est cette enfant, c’est quelque chose d’important pour toi, et peut être même que tu pourrais te retrouver face à ton enfant, sans vraiment savoir quoi faire puisque ton instinct maternel n’est pas vraiment là, c’est le moins que l’on puisse dire. Je crois que je la connais, et je voudrais confirmer mes soupçons, rien de plus. Tu affirmes tranquillement en ne quittant pas ton regard du sien. Elle habite à Dublin ? Tu demandes en faisant mine d’être curieuse, regardant nerveusement autour de toi.
 
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Mar 3 Mai - 18:46

la blonde voudrait s'arracher les cheveux en ce moment-même tellement la pression qu'elle exerçait sur ses épaules, sans le vouloir, était forte. elle ne supportait définitivement plus cette journée. entre les allés et retours des personnes qui voulaient lui parler, lui accorder un peu de temps dans sa vie quotidienne, ce n'était pas de tout repos et elle en était épuisée. alors qu'elle accordait un regard à la rousse qui finissait ses étirements pour finaliser son entraînement, elle s'accorda pour elle-même une pause dans son propre travail. alors que la rousse ne quittait pas son regard de celui de la blonde, son regard se fit plus insistant, comme-ci elle devait savoir la réponse en peu de temps qu'il faudrait pour le dire. pourquoi est-ce qu'une femme, comme ça, devrait pouvoir savoir des informations vis-à-vis de quelqu'un ? d'une enfant, en plus. on ne sait jamais qui ça pourrait être. je crois que je la connais, et je voudrais confirmer mes soupçons, rien de plus. elle arborait un trait tranquille alors qu'elle savait que dans ses propres pensées, ça ne serait plus aussi rose. sans ménagement, elle donna un coup d’œil en arrière. coup d’œil qui fallut un regard plus qu'insistant de la part de la rousse. elle habite à dublin ? elle regardait autour d'elle comme si elle était intéressée alors que ça se voyait parmi tous qu'elle était nerveuse. elle repassait sur les traits du bâtiment depuis plusieurs minutes qui dureraient plus d'une heure si elle n'oserait pas ouvrir la bouche pour faire taire la tension qui ne cessait d’accroître. vos soupçons ? elle fronça des sourcils, froncement de sourcils qui, pour elle, devait tout dire. elle habite bel et bien à dublin, pourquoi cette question ? elle tenta de reprendre le contrôle d'elle-même alors que son esprit divaguait. elle reprenait l'attention de la rousse petit à petit alors qu'elle reprenait son exploration des lieux, sa passion préférée depuis que la rousse l'avait interpellée pendant son entraînement, pendant qu'elle faisait ce qu'elle aimait, le privilège lui était retiré. elle ne cessait de lui envoyer des coups d’œil, certes, en coin, mais plusieurs se voyaient. elle ne jouait pas sur la discrétion, elle jouait sur les mots. et s'il fallait en utiliser, elle serait là pour et elle ne refuserait pas un retour en arrière.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Jeu 12 Mai - 18:19

I'M THE POSTER CHILD OF DENIAL, THERE'S NOTHING I CAN'T HIDE

 Katherine & Siren
 
Tu vas vraiment finir par être prise pour une folle, Siren, si tu commences à t’énerver de la sorte. Nerveuse, hantée par tes démons, tu ne te contrôles pas vraiment, et s’il y a bien une chose que tu détestes, c’est bel et bien perdre le contrôle. Tu ne sais pas comment faire pour le recouvrer, et tu es comme hypnotisée par cette enfant à la chevelure rousse, qui pourrait possiblement être la tienne même si bien entendu tu ne peux être certaine de rien. Cette fillette, que tu n’as vue que huit ans avant, te hante, c’est plus fort que toi. Tu ne sais pas si tu vas être en mesure de t’en occuper, tu ne sais pas si elle va bien, si elle a été adoptée dans une bonne famille. Tu ne sais rien et tu détestes te sentir impuissante de la sorte, pourtant tu n’as pas le choix. Forcément, la blonde que tu as été voir se méfie. Le temps est à la tension et à la méfiance, de nos jours, alors une femme qui vient en voir une autre aussi nerveuse que tu l’es, ça n’inspire pas confiance et tu peux bien le comprendre. vos soupçons ? Tu lui adresses un petit sourire timide, ne te sentant capable de ne rien faire d’autres. Comment lui expliquer que tu n’es rien de plus qu’une mère indigne qui a abandonné sa fille huit ans auparavant et que tu culpabilises de cela ? Sûrement que cette fois, elle appellerait la police pour de bon, ou alors qu’elle te ferait interner. elle habite bel et bien à dublin, pourquoi cette question ? Ton cœur a un raté, et tes yeux s’écarquillent. C’est peut être elle. Sûrement que c’est elle, même. Je.. je connais probablement ses parents, et la dernière fois que je les ais vus remonte à quelques années. Tu affirmes en la regardant. Elle a le regard fuyant, comme si elle était nerveuse, et cela te fait froncer les sourcils. Tu as beau toujours te tenir bien droite et avoir un regard dur, tu n’es pas véritablement habituée à faire peur aux autres. Il y a un problème ? tu lui demandes parce qu’elle a l’air tellement effrayée que s’en est rendu à un stade où cela te surprend. Vous n’auriez pas son adresse ? Je peux payer. Cher. Tu dis en essayant de la soudoyer, chose qui ne te ressemble pas.

 
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Sam 21 Mai - 3:58

son regard ne quittait pas le sien d'une fraction de seconde alors qu'un sourire, nerveux, s'étalait sur son visage. elle lui adressa un sourire, sourire timide mais qui faisait déjà un pas dans cette histoire, alors que suite à la phrase de la blonde, ses yeux s'écarquillèrent dû à la surprise, sûrement. vous la connaissez ? elle haussa d'un sourcil, reprenant son attention envers la rouquine qui s'en allait pour se changer dans une autre pièce alors que sa chevelure flamboyante se soulevait derrière son dos. elle toussa, fébrilement, comme si ça allait changer quelque chose à la situation alors qu'elle prit le temps de contempler - dans le plus grand des calmes - la rouquine qui se tenait face à elle comme si elle avait vu un fantôme. sérieusement, est-ce qu'elle la connaissait ? elle passa une main frénétique à ses cheveux alors que son regard ne quittait pas celui de la rousse, il refusait de s'en décrocher. elle devait capter toutes les émotions possibles envers cette « sorcière ». je.. je connais probablement ses parents, et la dernière fois que je les ais vus remonte à quelques années. elle affirme cette simple et même phrase en fronçant des sourcils alors que la blonde jetait quelques coups d’œils en arrière pour s'assurer que tout allait comme elle le voudrait, reposant des coups d’œil légers sur son interlocutrice. je sais que ce n'est pas que ça. expliquez-moi. elle affirme d'un sourire, sourire qui se valait compatissant mais qui n'en était que faible. je sais qu'il y a quelque chose de caché derrière mais que vous ne voulez point me dire. elle fronce des sourcils à la suite de sa phrase, alors que elle se sentait plus appropriée à la situation. comme si la rouquine et l'enfant avaient un lien. lien certainement caché après plusieurs dizaines d'années mais maintenant, l'enfant s'en était sûrement remit. et elle ne se souviendrait certainement pas d'elle si c'était le cas. déchirure familiale. elle n'avait pas a assister à tout ça. c'est une déchirure familiale ? je n'ai pas envie d'assister à tout ça, est-ce que vous comprenez ? elle fit un pas en arrière, s'éloignant quelque peu de la compagnie de son interlocutrice alors qu'elle lui retint le bras. qu'est-ce qu'il se passe ?

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   Lun 23 Mai - 21:14

I'M THE POSTER CHILD OF DENIAL, THERE'S NOTHING I CAN'T HIDE

 Katherine & Siren
 
Elle ne te croit pas. Et ça te panique presque. Parce que tu ne veux pas dévoiler ton secret, pas à une parfaite inconnue, il n’en est à tes yeux pas question. Tu es terrorisée à la simple idée de te retrouver face à tes parents qui auraient découverts ton secret. Jusqu’à présent, il n’y a que ton cousin Nephaël, que tu considères comme ton frère, qui est au courant de ta grossesse, de l’adoption de ta fille et de tout l’histoire qui va avec. Tu as fait le choix de ne rien dire, tu as fait le choix de ne pas montrer que tu avais perdu le contrôle que tu exerçais de manière tellement sûre jusqu’à présent. je sais que ce n'est pas que ça. expliquez-moi. Non. Tu ne veux pas lui expliquer, tu ne sais pas qui elle est, tu ne la connais pas, et tu as beaucoup trop peur pour ça. je sais qu'il y a quelque chose de caché derrière mais que vous ne voulez point me dire. Oui, ils y autre chose, mais tu ne sais pas si tu peux le lui dire, tu n’as pas envie de lui en parler. c'est une déchirure familiale ? je n'ai pas envie d'assister à tout ça, est-ce que vous comprenez ? Tu la regardes et fais un sourire triste. Elle a compris, elle comprend, peu à peu. Elle a quelques années de moins que toi, et pourtant, elle comprend bien vite ce qui se cache dans ton cerveau. Je… Oui, on peut dire que c’est des soucis de famille, je le suppose en tout cas. Disons que je la connaissais étant enfant, et que je l’avais perdue de vue, rien de bien dramatique, de la simple curiosité. Tu essaies de dédramatiser, mais tu n’es pas sûre que ton visage et tes yeux suivent ce que tu dis, pourtant. S’il vous plaît, je veux juste son prénom, je n’ai aucune intention de la suivre ou quoi que ce soit, je suis dans la police, alors… Tu dis en haussant les épaules, espérant permettre à la jeune personne face à toi de se dérider un peu, sans que tu ne sois véritablement sûre que ça fonctionne pour la simple et bonne raison que quelque chose cloche avec cette fille sans que tu ne saches vraiment quoi.

 
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm the poster child of denial, there's nothing I can't hide (katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: le centre-ville-