membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eireen Sherwood
humanity in our veins

avatar
Messages : 88
Pseudo : Mia
Avatar : Karen Gillan
Crédits : morning rose
Âge : 23 ans
Statut civil : Célibataire, et puisque cupidon à l'air de me fuir, ça risque pas de changer
Occupation : Etudiante en mythologie
Date d'inscription : 13/03/2016
Localisation : Je dirais bien quelque part mais... Ça risque d'être vulgaire.

MessageSujet: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Ven 25 Mar - 22:08


❝ FJe ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ❞
Katherine & Eireen
Parfois je peux passer pour une folle, mais j'me soigne
 Les bonnes résolutions. Vous savez, ces phrases qu'on sort tous les ans le premier janvier ? Du genre « cette année j'arrête de fumer ! », « cette année je mange sainement » ou encore « cette année je me met au sport ! ». Hé bien, pour la première fois de ma vie, j'ai enfin fait de ces promesses une réalité. Sauf que moi, j'me fait pas les même promesse que les autres. Moi j'me suis dis que cette année, je prenais des cours de self-défense pour démolir du fantôme -et faire du jogging, dans le cas où j'me fais dessus en voyant un esprit : prendre mes jambes a mon cou et ne pas cracher mes poumons au bout de quoi… 100mètres ? Et encore.-.
Bref, voila quelques semaines que je prend des cours de défense. Avec un prof… Assez cool. Et pas trop moche, faut l'avouer. Et avec un sacré petit cul. Non j'vous jure, un beau petit fessier bien galbé, musclé a souhait et qu'on à juste envie de tripoter, vous voyez le genre ? Bon, il a probablement l'âge d'être mon père, mais ça n'empêche qu'il reste bâtit comme un dieu et qu'il a un sourire de tombeur. Alors je prend un sacré plaisir dans ces cours. Et j'me demande même pourquoi j'ai pas commencer plus tôt !
Enfin bref. J'ai cours dans un peu moins de trente minutes et...Je suis toujours en pyjama, affalé dans le canapé un bol de coco pops dans les mains. La bouche pleine de lait et de céréale. Une légère goûte blanche coulant le long de mon menton. La classe quoi. Et c'est pile à ce moment que cet idiot de Bellamy décide de sortir de la douche. Hé bah c'est pas trop tôt ! Sérieux, il met plus de temps que moi dans la salle de bain, une vraie nana ce mec ! Enfin bref, il me regarde de la tête au pied, un sourire moqueur aux lèvres avant de lâcher un « merde, t'es vraiment sexy comme ça toi ! » . Je pose mon bol sur la table basse et avale ce que j'ai dans la bouche avant de me redresser. Je lui fait un magnifique sourire de faux-cul et lui montre mon splendide majeur. Qu'il aille se faire mettre. J'ai pas à plaire a qui que ce soit dans cette baraque. Et encore moins à cette de rat. Je passe à côté de lui, lui claquant un magistral coup de hanche qui le fait reculer de deux-trois pas.
« Excusez-moi Larbin, la reine passe, dégagez le chemin et vaquez à vos occupations. »
Je tourne ma tête sur le côté pour le voir secouer la tête en riant. Et je souris à mon tour. Ça a beau être un vrai tocard -tout comme Ere', j'vous jure j'ai la paire de tocard- j'l'aime bien. Et j'aime encore plus l'emmerder. Et il me le rend bien, je dois l'avouer.
Je retire mon superbe pyjama le roi lion, jette le t-shirt dans un coin et le caleçon ornée de dizaine de simba à l'autre bout de la pièce. Je me précipite sous la douche et me lave en vitesse. Je sors de la  cabine, m'enveloppe dans une serviette et brosse ma crinière rousse avant de la sécher. Une fois fait, je l'attache en une queue de cheval haute. J'attrape mon pyjama traînant au sol et le balance enfin au linge sale..Faudrait peut-être que je lance une machine, parce que j'vais devoir aller à la fac à poil si ça continu.  Je sors de la salle de bain, laissant la pièce pleine de buée et d'humidité avant de partir en courant dans ma chambre. Pas envie de croiser un de ces tocards. Ils seraient capable de me tirer la serviette et me pousser à poil sur le pas de la porte « pour rigoler ». Autant Ere' que Bel'. Et ça me ferais pas rire. D'autant que le voisin est..Chelou. Une vraie tête de pervers. J'suis sure qu'il serait capable de me mater sans être gêné le temps que ces débiles se décideraient à me rouvrir. J'ai déjà une famille de cinglés, mais en plus de ça mes voisins le sont aussi. J'ai décrocher le pompon. Une fois en sécurité dans ma tanière d'hibernation j'ouvre mon armoire et y choppe des sous-vêtements que j'enfile rapidement.   Rien d'assorti. Une culotte verte et un soutif jaune. Bah, c'est pas comme si je devais me déshabilller devant un mec ce soir. Quoi ? Vous foutez pas de ma gueule, je sais que toute les nana ont « the » ensemble de lingerie. Mais si !!! Celui que vous sortez quand vous savez que la soirée ne va pas se finir gentiment chacun de son côté. Et le reste du temps, on choppe le premier soutif qui vient, idem pour la culotte et tant pis si c'est pas l'ensemble. Me prenez pas pour une courge, je sais qu'on le fait toute.
Une fois en sous-vêtements j'allume la radio et cherche quoi mettre.
« Risin' up, back on the street
Took my time, took my chances
Went the distance, now I'm back on my feet
Just a man and his will to survive »
Oh. My. God. Je commence à retourner mon armoire en remuant les fesses. J'adore cette chanson. Je la connais par cœur. Et puis j'ai déjà danser sur ma bagnole sur cette chanson, moment mémorable. Vous avez jamais vu le bêtiser de supernatural ? Avec Jensen Ackles qui danse sur sa chevrolet impala ? Hé bah j'ai fait la même chose. Les voisins m'ont regardé comme une demeuré. Mais bordel ce que j'ai pu rire et m'éclater. Je chante tout en jetant un débardeur noir sur mon lit. Ouai, parce qu'en plus d'être ma chanson préférée, c'est le générique de rocky. Et j'adore aussi ce film. Ainsi que Sylvester Stallone.  Donc suivez le raisonnement : Rocky, Balboa, Stallone, Rambo. Et donc… Je finis par jeter mon treillis kaki que je n'ai pas mis depuis… Un sacré moment, sur mon lit. Je souris et enfile l'ensemble, rentrant le haut dans le pantalon. En mode Rambo.
« It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight
Risin' up to the challenge of our rival
And the last known survivor stalks his prey in the night
And he's watchin' us all in the eye of the tiger »

Je cherche ensuite dans mon tiroir l'accessoire final. Je finis par le dénicher tout au fond. Je l'attrape et le fourre dans mon sac. Fière de moi. Merde, des fois j'suis vraiment cinglée. J'enfile mes basquettes noires -bah ouai, j'ai pas de rangers, et puis j'me vois mal faire l’entraînement dans la salle en rangers-  et attrape mon sac avant de sortir de l'appartement. J'attrape mes clés de voiture et lance un « salut les Tocards, à toute » avant de franchir la porte. Je verrouille derrière moi et tombe nez à nez avec le voisin chelou-pervers. Merde. Je lui fais un sourire crisper et prend presque la fuite avant qu'il n'ait le temps de dire ouf. Ou plutôt « salut beauté, ça te dit qu'on passe la soirée ensemble ? » comme c'est déjà arrivé. Ouai, il me fait grave flipper. Je monte dans ma voiture -que dis-je, mon bébé, ma capucine d'amour- toute propre de la veille. Quoi c'est qu'une bagnole ? J'vous interdit de dire ça, c'est mon bébé. Y'en à qui ont des chats, d'autres des chiens, et certains des gosses. Bah moi j'ai ma voiture. Ma chevrolet impala rouge, splendide. Et elle, elle fait pas chier : pas besoin de lui faire de bons petits plats, un peu d'essence et hop. Pas besoin de la surveiller : alarme intégrée, tu la touche, elle hurle. Et même pas besoin de lui raconter une histoire le soir pour qu'elle s'endorme, tu rentre délicatement la clé dans le verrou et POUF au dodo. Si ça c'est pas le pied, je sais pas s'que c'est.
Je met le contact et roule jusqu’à la salle et me gare sur le parking.
Je choppe mon sac et le jette sur mon épaule, sans oublier d'y prendre mon accessoire de fou. J'entre dans le bâtiment et me dirige vers ma salle d’entraînement. Je m'arrête quelques mètres avant la porte et passe le foulard noir que j'enroule autour de mon crâne, à la rambo. Je sers le bandeau et fait un beau nœud à l'arrière, sous ma queue de cheval.  Je me met dans l'encadrement de la porte et tape la pose, en mode guerrière prête à tout démolir sur mon passage. Et n'ayant pas même pas peur de me recoudre toute seule ou de foutre de la poudre dans la plaie que j'ai dans l'abdomen et d' foutre le feu pour désinfecter le bordel. John Rambo est en moi. Je prend une voix basse et rauque, typiquement masculine, essayant au mieux d'imiter celle de john Rambo.
« Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre. »
Je fait une tête sévère, et sérieuse. Tout en regardant la fille face à moi. Attend...La fille ? Mais il est où beau petit cul ? Elle est pas moche cette fille, elle est même sexy, mais bon pas mon genre quoi. Je reprend un air un peu plus...Sérieux mais garde ma posture de guerrière. Bah quoi, j'suis là pour apprendre à me défendre, alors j'peux me prendre pour une guerrière.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.



Dernière édition par Eireen Sherwood le Jeu 7 Avr - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Mer 30 Mar - 19:19

training
eireen & kat
Sa position actuelle ne changeait pas et ses habitudes collatérales non plus. Elles restaient, ne bougeaient absolument pas. Elle restait stable comme un morceau de poussière sur une table de chevet non-lavée depuis quelques temps. Une poussière assez facile à enlever mais la tâche y resterait toujours, y imprégnant son signe d'une petite marque cuivrée non-visible à l’œil nu. Elle avait été levée d'assez bonne heure au dépend de ses habitudes, plusieurs heures en dehors de son réveil. Son réveil n'avait pas encore sonné que elle était déjà en retour de sa douche matinale : une serviette traînant sur son cou, elle la laissait pendouiller à chaque fois et ressuyait les plusieurs gouttelettes qui y traînaient et qui descendaient en cascade de ses cheveux mouillés. Sa serviette était trempée mais ses cheveux ondulaient en cascade tout le long de son dos. Elle savait qu'après son entraînement matinal, elle devrait en reprendre une mais elle s'en ficherait le moins du monde. Ce n'était pas ça qui allait la tuer, bien au contraire ! C'était une chose que elle appréciait, ne plus sentir la crasse de son propre corps sur elle-même, ses membres engourdis qui pourront se détendre sous l'eau chaude qu'est celle de la douche, oui. Elle adorait quand même prendre des douches, assez chaudes dans ses propres habitudes mai elle s'en ficherait si l'eau partirait à plus de 29 degrés.

Une fois remise dans une position convenable, c'est-à-dire plusieurs habits de sport, une sorte de legging lui coulant sur la taille jusqu'aux genoux, lui moulant un peu plus la taille sans en faire un peu plus. Un débardeur noir collé à la poitrine lui remontant jusqu'à son cou, laissant un libre accès extérieur à sa poitrine sans en dévoiler de trop, sa tenue habituelle que elle prendrait tous les jours si elle en avait en plusieurs quantité : elle adorait cette tenue, une tenue de sport que elle avait décidé de prendre afin de changer sa propre vie, sa vie devenue un challenge dans sa vie de pré-adulte.

Dans le bâtiment, elle entra directement dans la salle d'entraînement sous les entraînements rythmés et réactifs qu'il fallait prouver un  peu plus de tous les jours, chaque année. Elle avait dû les faire un million de fois depuis que elle avait été engagée en tant qu'entraîneuse officielle en combat. Pour des jeunes, peut-être que les plus âgés viendront dans le temps ! Elle n'avait rencontré que des gamins âgés d'à peine dix-huit ans, s'apprêtant à se former au combat manuel à partir de maintenant. En effet, elle avait rencontré plusieurs personnes mais elle ne savait absolument pas s'ils étaient de simples humains, où des chasseurs renommés. Elle n'avait pas la tête à replonger dans l'univers surnaturel, rempli de chasseurs armés jusqu'aux dents à tuer tout ce qu'il bougerait dans la forêt de Glencullen. Non, c'était son typique entraînement, c'était son moment à elle et elle espérait que personne ne lui empêche de faire ce qu'elle souhaite en cette journée plus favorable. La salle n'était pas plus remplie qu'avant, plusieurs personnes finissaient leur entraînement comme si c'était une routine matinale, parce-que s'en était une ? Oui, ça le serait sûrement pour ceux qui travailleraient ici car sans entraînements faciaux, ils ne seront pas vraiment concentrés dans la chose qu'est le sport de combat qui est un sport assez compliqué, sans le cacher. Puissance et force sont dans la même catégorie et forment un assez bon « duo » si on en parlerait, et si on en reparlerait encore et encore jusqu'à ce que leurs voix ne s'éteignent. Elle s'étira sous les yeux de plusieurs de ses camarades, elle était déjà exténuée après dix minutes voire vingt d'entraînement qui n'était pas d'une paire de manche. Une femme, rousse, d'une taille moyenne était à l'embouchure de la porte de la salle d'entraînement, un style comme si elle allait partir à la guerre même si ça serait presque ce qu'elle allait faire. Elle avait une allure silencieuse, tout ce qu'ils recherchaient d'où elle venait. Elle se fondait assez bien dans la masse que personne ne s'attendait à la voir ici et personne ne l'avait remarqué, sauf elle. Elle portait un foulard peu visible dans l'ombre de l'encadrement de la porte mais il était quand même assez voyant, mais pas trop pour ne pas attirer la clientèle. On aurait pensé que elle tournerait un film d'action digne des plus grands Hollywoodiens si on regarderait son style vestimentaire à ce moment même !  

Elle reprit son air sérieux que elle avait perdu quand elle venait de comprendre que son entraîneur du jour n'était pas un homme mais plutôt une femme. Son visage était l'exemple même de la surprise, de la déchéance. Mais elle ne le montrait pas. Elle la voyait s'avancer comme si elle allait être dans un combat de mise à mort et à passer un casting pour l'une des plus grandes séries Hollywoodiennes dans une fraction de seconde. C'était une chose tellement compliquée à comprendre chez certaines personnes mais s'en était à mourir de rire ! Elle perdit son sang froid pour ricaner sur le style vestimentaire de la jeune femme qui avait toujours sa posture de guerrière. Elle l'était. Il ne fallait pas avoir une maturité d'un enfant de deux ans pour se pointer ici avec une allure de professionnel alors qu'il se les pétait de trouille devant une arme à feu où pendant une simulation en combat. Chose inutile si s'en était la preuve, preuve d'une nécessité sans faille. C'était la quatrième personne qu'on remballait à cause de ses airs de guerrier, de quelqu'un qui était prêt à tout mais qui se pissait littéralement dessus dès qu'il devait simuler entre elle et lui, alors que elle y allait le plus doucement possible en utilisant les connaissances d'une adolescente de dix - onze ans. C'était compliqué.

« On devrait se saluer, tu ne pense pas ? Es-tu prête à recevoir l'entraînement de ta vie et à ne pas fuir comme ceux qui avaient une allure de guerrière à tout péter et à couper le souffle de leurs supérieurs jusqu'à devenir meilleurs qu'eux, mais jusqu'à finalement abandonner dès la première semaine, voire le début ? » plaisanta-t-elle alors que elle savait que elle adorait piquer au vif les nouveaux dans ce bâtiment, c'était un tic qu'on ne lui enlèverait jamais. Elle piquait au vif tout ce qui bougeait dans ce bâtiment, comme ça, ça pourrait les initier à un avenir plus profond s'ils sont en colère contre leur propre personne. Propre personne déchue de ses propres manières et de ses propres sentiments, maîtres d'eux-mêmes.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eireen Sherwood
humanity in our veins

avatar
Messages : 88
Pseudo : Mia
Avatar : Karen Gillan
Crédits : morning rose
Âge : 23 ans
Statut civil : Célibataire, et puisque cupidon à l'air de me fuir, ça risque pas de changer
Occupation : Etudiante en mythologie
Date d'inscription : 13/03/2016
Localisation : Je dirais bien quelque part mais... Ça risque d'être vulgaire.

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Dim 24 Avr - 20:17


❝ FJe ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ❞
Katherine & Eireen
Parfois je peux passer pour une folle, mais j'me soigne
 J'avoue que j'ai vraiment failli exploser de rire en voyant les têtes choqués ou morte de rire des personnes présentent dans la salle. Au moins j'en ai fait rire certain et les autres.. Bah qu'ils se sortent leur balais du cul. Faut rire dans la vie les gars ! La jeune femme face à moi semblait plus.. Décontenancée qu'autre chose. Mais au bout de quelques instants elle finit par ricaner. Ce qui m'arracha un sourire. Ah, bah elle vient de se retirer son balais du cul celle-là ! J'espère juste que c'est vraiment elle qui me fait l’entraînement et pas un des autres derrière qui me regarde,, le cul par terre. Parce que franchement.. ça me ferais chier de m’entraîner avec quelqu'un par foutu de rire. Putain, mais même dans mes propres pensées je suis vulgaire comme pas deux. Merde, une vraie nana, glamour au possible tiens. Après j'm'étonne d'être célibataire. Bah c'est clair qu'en m'habillant en rambo et en jurant comme un chartier je risque pas d’attirer grand monde.. Mais bon, qu'est-ce que j'me marre ! Je changeais de position pour m'adosser à l'encadrement de porte, l'épaule sur le battît.
« On devrait se saluer, tu ne pense pas ? Es-tu prête à recevoir l'entraînement de ta vie et à ne pas fuir comme ceux qui avaient une allure de guerrière à tout péter et à couper le souffle de leurs supérieurs jusqu'à devenir meilleurs qu'eux, mais jusqu'à finalement abandonner dès la première semaine, voire le début ? »
Ok. J'adore cette nana. Elle à peut-être pas l'air comme ça, mais j'ai l'impression qu'elle a du caractère et.. Sa façon de se foutre de ma gueule comme ça.. J'dois vous dire que ça me plaît. Parce que c'est pas vraiment se foutre de ma gueule. Enfin si. Mais ça l'amuse, c'est pas vraiment méprisant. Du moins, la façon dont elle me parle n'est pas méprisante. Alors je sens que je vais m'éclater là.
Je haussais un sourcil et m'approchait d'elle pour finir planter devant elle, me faisant la plus imposante possible et lui tendis la main.
« Salut. Eireen Sherwoord, Prête à recevoir l'entraînement de ma vie, à ne pas fuir et à vous foutre une raclée après quelques séances d’entraînement ! »
J'attendis qu'elle me sert la main en souriant. Pas aussi sexy que beau petit cul mais elle à l'air cool. Donc ça fera l'affaire. Puis bon, elle est canon quand même. Quoi ? Je suis hétéro, oh mon dieu hétéro a 200 % mais je sais reconnaître une belle femme quand j'en vois une. Et celle-ci est littéralement canon, un corps parfaitement sculptée, un visage de poupée et des cheveux de magasine. Alors bon, y'a pas à tortiller du cul, cette gonzesse est vachement belle. C'est un fait. Et qu'est-ce que j'dois avoir l'air conne à coté d'elle avec mon treillis et tout le bordel. Mais bon, je continu mon délire jusqu'au bout. J'suis pas du genre à faire les choses à moitié. Je jetais un regard autour de nous et montrais un groupe de personnes qui ne cessaient de me fixer du pouce.
« Et eux là c'est qui ? Parce que bon, j'veux bien que j'ai fait une sacrée impression en arrivant, mais franchement, je vais finir par rougir comment ils me regardent ! Ils vont pas rester là ? Parce que c'est pas que j'aime pas leur gueule, mais moi les coincés du cul qui rigole jamais ça me gave quoi. Et puis je risque de vous sortir pas mal de conneries pendant cet entraînement, alors quitte à avoir un public ce serait vraiment bien qu'il soit réceptif et rigole. Pas un public de navets. »
Je souris à la jeune femme et me retournais brusquement sur un mec, pas beaucoup plus agé que moi qui passait sur ma droite en me jetant un regard noir. Je criais -que dis-je, hurlais- un « BOUH », mon visage à quelques centimètres du sien, mes mains relevée au niveau de mon visage et il fit un bond de quinze mètres. J'explosais de rire à sa tête. Je mis quelques secondes à me remettre de ma propre débilité et me retournais vers la jeune femme, souriant et tentant d'avoir un air normal. Chose difficile quand on vient de faire une vannes de gosses et qu'on se trimballe habillée en rambo. Mais bon.
« Voilà le niveau de mes vannes, ça vole pas haut je sais, mais bon franchement, avouez que sa tronche valait le détour nan ? »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Lun 25 Avr - 8:24

elle dut faire un effort surhumain pour ne pas éclater de rire face à la mine décontenancée de la nouvelle arrivante face aux sourires et aux rires hilares de ceux qui étaient présents derrière elle. Il n'en fallait pas plus pour les faire craquer : au moins, ils avaient un assez bon sens de l'humour sauf plusieurs personnes qui ne riaient pas du tout mais qui en profitèrent pour la pointer du doigt : doigt qu'elle avait envie de tordre pour les remettre à leur place. Ne s'avaient-t-ils pas rire, nom de Dieu ? Elle passa sa main sur son visage, l'envie de rire était toujours présente et  cette situation s'avérait plus difficile qu'à ce qu'elle attendait. La rousse s'avança un peu plus vers elle, dévoilant sa « tenue » au plus grand complet alors que elle la contemplait. Autant contempler les problèmes que les fuir, futur proverbe. Lançant une poignée de main à la volée, elle appuya derechef sa main contre la sienne alors que la rousse s'exécutait à ses présentations. Salut. Eireen Sherwoord, Prête à recevoir l'entraînement de ma vie, à ne pas fuir et à vous foutre une raclée après quelques séances d’entraînement ! lança-elle finalement alors que la blonde s'attendait à des discours dignes d'un novice sur-entraîné. Main collée à la sienne, elle accepta leur poignée de main alors que les rires hilares derrière elle ne faisaient que s'estomper sauf ceux qui se faisaient plus insistants. Elle jeta un regard autour d'eux alors qu'elle pointa un groupe de personnes composés de ceux qui s'étaient foutus d'elle-même il n'y a que quelques minutes. S'étaient-ils calmés ? On ne dirait pas puisque leurs regards se firent plus insistants, voire plus. Pourraient-ils, une fois dans leur vie, arrêter de dévisager les personnes comme s'ils étaient des bêtes de foire ? Cela serait assez mieux pour tous, vous ne croyez pas ? Autant mettre de la bonne humeur dans une journée avec des bêtises, bêtises simples mais efficaces dans une journée qui s'avérait longue : et qui l'était, que de partir sur un simple entraînement qui n'en valait pas le détour. Cela mettait un peps dans sa journée même si elle n'en avait pas réellement besoin, et ça, elle ne pouvait que l'admirer pour s'être ramenée avec des taillis à la mode découverte et aventuriers dans le style de Rambo. Et eux là c'est qui ? Parce que bon, j'veux bien que j'ai fait une sacrée impression en arrivant, mais franchement, je vais finir par rougir comment ils me regardent ! Ils vont pas rester là ? Parce que c'est pas que j'aime pas leur gueule, mais moi les coincés du cul qui rigole jamais ça me gave quoi. Et puis je risque de vous sortir pas mal de conneries pendant cet entraînement, alors quitte à avoir un public ce serait vraiment bien qu'il soit réceptif et rigole. Pas un public de navets. répliqua-elle face aux regards insistants du public qui était face à elles alors que la blonde lâchait un ricanement étouffé face au caractère qu'avérait avoir la nouvelle arrivante. C'était vrai. Elle allait l'adorer celle-là, et elle le savait. En pleine réflexion sur le fait de faire partir ce public qui n'en était plus réellement un vu comment ils insistaient sur la nouvelle, nouvelle avec une impression plus qu'étonnante mais c'était quand même quelqu'un d'humain, il ne faudrait pas l'oublier face à des mauvaises habitudes qui reprenaient le dessus. D'un rire étouffé, elle fit signe à ceux qui la pointaient du pouce de partir plus loin, ce qui n'était pas réellement dans ses habitudes mais ceux-là, ce n'était qu'une exception. Je t'avoue qu'ils m'énervaient quand même aussi, mais je vais passer au-dessus de ça. Ce n'est pas vraiment mon problème si des personnes travaillant comme des durs à cuirs ne savent pas rire pendant au moins trente minutes dans leur vie. soupira-elle lassemment alors que la nouvelle arrivée se retourna brusquement sur un homme qui était plus âgé qu'elle, du moins c'est l'impression qu'il donnait, qui passait à sa droite, non-sans lui lancer un regard noir alors qu'elle hurla, son visage à quelques centimètres du sien. BOUH. hurla-elle alors que ses mains étaient relevées au niveau de son visage de façon à faire plus peur mais dans l'accoutrement qu'elle avait, c'était quand même assez compliqué d'en parler. L'homme fit un bond de quinze mètres environ avant de reprendre sa marche plusieurs minutes après alors que la rousse éclatait de rire face à la tête de l'homme qui avait sûrement eu la peur de sa vie. Le pauvre, il n'allait certainement plus vouloir revenir ici avant plusieurs années, du moins, le temps qu'il s'en remette de son choc émotionnel. Devrais-je remonter sur le fait qu'elle était insisté sur le fait qu'elle allait envoyer des blagues à la volée, même si elles s'avéraient être plus nulles que prévues ? Eh bien, pour ça, ça la faisait rire. Elle avait du cran d'être arrivée dans cet accoutrement, alors qu'elle, elle était dans un accoutrement acceptable et presque tout le monde l'imitait, sauf elle. Ramenée comme si elle partait à un carnaval vers le coin de la rue, oui, s'en était marrant, voire hilarant. Mais il y avait toujours ceux qui prétendaient devoir être entraînés plutôt que de ricaner à des débilités. Ceux là restent normalement plusieurs heures de plus pour pouvoir s'attarder à leur entraînement, comme ils le désiraient. Néanmoins, ils en tiraient une leçon, leçon qu'ils n'allaient certainement pas oublier de leur vie. Ils n'oublieront pas celle qui était en face d'elle en ce moment non plus. Voilà le niveau de mes vannes, ça vole pas haut je sais, mais bon franchement, avouez que sa tronche valait le détour nan ? lâcha-elle en ayant envie de se remettre de son fou rire alors qu'un sourire étirait ses lèvres. Comment vous dire que cette journée qui avait finalement mal commencé pouvait aussi bien se terminer ? Elle devrait pouvoir durer des heures, s'avancer, se ralentir, que tout serait pour le mieux si toujours, ça serait comme ça. Toujours dans une bonne humeur que personne ne pourrait expliquer, toujours dans une sorte de chose décontractée qu'était ses novices. Quand même, le pauvre, il aurait pu faire une crise cardiaque à l'instant. Elle s'en voulait quand même de ne pas être assez formelle pour la remettre à sa place, mais de la bonne humeur, il n'en avait plus tellement. La bonne humeur partait réellement en cendres depuis longtemps et personne n'était assez bien placé pour le savoir.


Dernière édition par Katherine Cunningham le Mar 26 Avr - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eireen Sherwood
humanity in our veins

avatar
Messages : 88
Pseudo : Mia
Avatar : Karen Gillan
Crédits : morning rose
Âge : 23 ans
Statut civil : Célibataire, et puisque cupidon à l'air de me fuir, ça risque pas de changer
Occupation : Etudiante en mythologie
Date d'inscription : 13/03/2016
Localisation : Je dirais bien quelque part mais... Ça risque d'être vulgaire.

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Lun 25 Avr - 19:53


❝ FJe ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ❞
Katherine & Eireen
Parfois je peux passer pour une folle, mais j'me soigne
 La jeune femme -qui avait e l'air de bien s'amuser de mon accoutrement- serra ma main fermement. He bah, c'est qu'elle a de la poigne cette fille. Elle n'a sûrement pas forcer mais j'avoue… Avoir légèrement plié-déplié mes doigts pour les soulager après cette poigne de fer. He bah, jolie mais elle doit mener les mecs à la baguette. Bah quoi ? Elle aurait carrément la force de le faire j'en suis sûre. Et puis elle aurait raison. Non mais oh, pourquoi ce serait toujours les mecs qui porteraient la culotte dans le couple merde?! Bon, je m'égare. Faudrait que j’essaie d'arrêter ça un de ces quatre. Partir dans mes pensées et divaguer autant. Ça crain. Suffit que je vois un petit truc tout bête pour perdre complètement le fil. Vous voyez genre des vidéos de chien qui joue et qui se stop direct du genre « UN NONOS ». Ouai, bah ça m'arrive carrément ce genre de truc. Bon pas avec des os. Quand je vois une belle voiture passer dans la rue, un beau mec -bon ça faut avouer que ça a de quoi déconcentrer- ou même un bel arbre. Ouai, un bel arbre les gars. Bon ça peut être aussi un chat, un chien, un oiseau…. Vous voyez, j'recommence !
Je souris en voyant la jeune femme lancer un regard noir aux gars qui rit au fond de la salle. Bah moi ça me dérange pas. Je sais que j'ai l'air d'une folle, alors autant que ça fasse rire quelqu'un. Puis bon, qu'il viennent me dire que j'suis cinglée pour voir et j'vais leur re-claquer qu'avec ma gueule on s'amuse et avec la leur on s'fait chier. Et puis peut-être un beau p'tit doigt d'honneur ; Juste parce que ça les marquera bien -en admettant que je ne les ait pas encore marqué-. Le reste des conneries que j'ai pu débiter sembla l'amuser puisqu'elle étouffa un rire. Enfin quelqu'un qui s'amuse des idioties que je sors à tout bout de champs ! Alors toi ma cocotte, je vais plus te lâcher, tu peux en être certaine. J'vais te casser les cou.. Pieds, jusqu’à ce que tu meurs. Parce que souvent -et encore plus à notre première rencontre- les gens… Prennent presque la fuite. Donc bon, c'est pas drôle quoi. C'est vrai quoi ! Ça a pas l'air comme ça, mais je fais de putain d'effort pour faire ou dire autant de conneries dans une journée ! C'est pas aussi facile que ça en à l'air. Et puis fat renouveler aussi, sinon c'est pus drôle. Mais bon, que voulez-vous, j'adore être comme ça. Je passe peut-être parfois -souvent- pour une folle mais… Je profite de la vie. Autant que je peux. Parce que c'est l'essentiel pour moi. C'est nunuche dit comme ça, mais putain s'que ça peut être vrai. Je préfère vivre jusqu'à 30 ans en m'étant éclater toute ma vie que vivre jusqu’à 80ans en respectant les règles et en suivant le train-train quotidien. Au moins je pourrais dire que je ne regrette rien… Non, rien de rien, non je ne regrette rien… Stooooop. Revenons à nos moutons. Enfin mon p'tit moment philosophique -Hakuna matata les gars- que personne n'entendra jamais mis à part ma conscience et peut-être si un jour on invente un truc qui pourrait savoir exactement ce qu'on pense et on a pensé dans sa vie… Putain, fait chier, ça craindrais grave. Déjà, je pense à des trucs complètement idiot puis… Bon euh les choses auxquelles j'ai pensé tout à l'heure en voyant passer un beau -que dis-je magnifique- blond vénitien dans la rue.. C'est privé ça les gars ! Si un jour – ou si en cet instant même- quelqu'un lit mes pensées.. Dégage de là ! C'est privé ! C'est mes p'tits fantasmes à moi, à personne d'autre. Alors à moins que tu sois le sublime blond vénitien de tout à leur et que tu serais prêt à réaliser toute les choses – Ô combien cochonne- auxquelles j'ai pensé tout l'heure… Vire.
Enfin bref, ma nouvelle entraîneuse vira ce public de poireaux qui semblait s'enraciner d'un geste du pouce et Ô miracle, ils bougèrent leur gros cul plein de racines et sortirent de a salle. Ils ne me lâchèrent pas du regard et je leur lançais un superbe sourire en me retournant avant de leur faire la grimace du siècle : langue sur le nez et yeux qui louche. Regard outré de la plus part. Bande de coincé du cul. Et je fis peur à ce type, j'vous jure, sa tête restera gravé dans ma tête à tout jamais. Juste après mon sublime Bouh, la jeune femme prit la parole, en soupirant. J'espère que c'est pour eux qu'elle soupire pas pour moi. Bien que je puisse la comprendre, 5 minutes que je suis là et j'ai déjà fait/dit un nombre de conneries considérable. J'dois déjà la fatiguer. Alors j'espère qu'elle aura encore assez d'énergie pour m’entraîner comme il le faut !
« Je t'avoue qu'ils m'énervaient quand même aussi, mais je vais passer au-dessus de ça. Ce n'est pas vraiment mon problème si des personnes travaillant comme des durs à cuirs ne savent pas rire pendant au moins trente minutes dans leur vie. »
Je repris mon sérieux -toujours sous le regard effaré du « vieux » - et lui souris en haussant les épaules
« Bah, franchement je m'en contre-fou, Je sais pas ce qu'on leur à foutu dans le cul mais vu leur tronche c'est pas agréable. Je tirerais p'tetre la même gueule si j'avais la même chose qu'eux dans le cul tu sais ! »
Je ne pu retenir un éclat de rire. Ouai, décidément je dis vraiment les choses comme je les pense et ça doit faire flipper parfois. Mais bon c'est pas bien grave.
«  Sinon, Grand Maître Jedi, votre nom toujours ne pas m'avoir donné ! »
Une connerie de plus. Et en langage Yoda s'il vous plaît ! Bon j'sais pas si c'est vraiment du Yoda, j'aime pas Star wars, pas du tout. Mais ça reste des références cultes, et j'ai beaucoup de référence de films. Et puis j'avoue que j'adore les petit Ewok dans le film, on dirait des p'tits chiot avec une capuche là. Et puis le yoda tout vert et ses grandes oreilles.
Et puis, en réaction à la frayeur que j'ai faite à ce type, elle me fit « une remontrance »
« Quand même, le pauvre, il aurait pu faire une crise cardiaque à l'instant. »
Je haussais les épaules et lui souris.
« Oh quand même, il était pas si vieux, puis au pire je pense qu'il aurait juste fait dans son froc ! »
J'éclatais de rire une nouvelle fois. Décidément je rigole beaucoup ce matin...Ouai nan, je rigole beaucoup TOUS les jours. Alors bon. Bref.
« Oh, et il est devenu quoi mon joli entraîneur ? Pas que t'es pas jolie, au contraire, t'es super belle ! Mais bon je vais pas mater ton cul pendant la séance, alors c'est moins drôle quoi !  D'ailleurs, on va faire quoi cette séance ?»
Bon, je me doute qu'elle sera sûrement un peu gênée… Elle risque même de me prendre pour une lesbienne, alors que… Je sais juste reconnaître une belle femme quand j'en vois une. Je préfère les gars, même si selon moi on ne tombe pas amoureux d'un genre, mais d'un esprit. Que cet esprit soit dans un corps masculin ou féminin ne change rien pour moi. Mis à part pour la petite barbe de trois jours et les abdos qui font le beau petit v là… Faite pas les innocentes, vous savez très bien de quoi j'parle ! Ce V qui fait rêver la plus part des nanas...Et je m'égare encore !
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________


Got me looking so crazy right now
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Jeu 28 Avr - 16:58

rire étouffé, rire se plaquant contre la paume de sa main en moins de quelques secondes qu'il n'en faut pour le dire. le soleil n'émettait aucune parure, il n’émettait qu'une source de chaleur qui s'intensifiait sur les carreaux carrés de l'immeuble. immeuble, assez petit, certes, mais l'intérieur n'en était qu'un luxe. lançant un regard noir en arrière alors que les vitres étaient blindées de la surface qu'était la lumière du soleil, elle envoya un regard à la volée à celle qui était digne d'une des aventurières d'un film de la préhistoire dans l'ère des dinosaures. la rousse haussa des épaules en souriant dû à la dernière phrase prononcée par la blonde alors qu'elle émettait un sourire, elle aussi. sourire franc qui ne durait pas plus que quatre secondes avant que tout ne s'efface. si vous l'avez devant vous en cet instant même, vous ne pourriez que faire une seule chose : sourire. le sourire resterait instantanément collé à vos lèvres sans même que vous ne l'apercevez. bah, franchement je m'en contre-fou, je sais pas ce qu'on leur à foutu dans le cul mais vu leur tronche c'est pas agréable. je tirerais p'tetre la même gueule si j'avais la même chose qu'eux dans le cul tu sais ! la blonde éclata d'un rire franc, qui ne s'était pas réellement produit depuis assez longtemps alors qu'elle tentait en vain de se calmer devant des regards éberlues des passants qui venaient s'entraîner avant d'être mis à la pâte. franchement, je pense la même chose que toi, pour une fois de ma vie j'ai pu dire quelque chose comme ça. la rousse haussa des épaules dédaigneusement alors qu'elle lui lança un sourire à la volée. un sourire étirait ses lèvres, un sourire qui était franc et qui n'était absolument pas faux. pour cette fois, elle pouvait être décontractée dans ce travail qui était le sien.sinon, grand maître jedi, votre nom toujours ne pas m'avoir donné ! alors qu'elle fronçait des sourcils sous une nouvelle blague qui n'était pas la sienne, pour une fois qu'elle n'était pas montrée en public pour ses vannes qui n'en coutaient que dix centimes, elle en était heureuse. pour cette fois, elle pourrait faire autre chose qu'être moquée visiblement par tout le monde qui passait dans les rues, chose qui fallait admettre, ce n'était pas le luxe. la lumière du soleil tapait contre les vitres, s'imprégnant à ses vêtements alors qu'elle se tapa le front à l'aide de sa main, mentalement. elle avait été tellement absorbée par la nouvelle venue digne des rayons de rambo, section aventuriers qu'elle en avait oublié sa présentation, symbole de politesse. je savais que tes blagues pourraient être nulles, mais à ce point, ça m'étonne ! katherine, katherine cunningham. ses sourcils s'étaient défroncés et sa bouche figurait un sourire qui était tout sauf faux. il n'en était plus que sincère qu'il le fallait. oh, et il est devenu quoi mon joli entraîneur ? pas que t'es pas jolie, au contraire, t'es super belle ! mais bon je vais pas mater ton cul pendant la séance, alors c'est moins drôle quoi !  d'ailleurs, on va faire quoi cette séance ? elle fronça des sourcils pendant moins de trente secondes, même si cette phrase n'en était que gênant, elle ne pouvait pas s'empêcher d'être flattée. flattée pour un compliment qu'en était le sien. tout le monde était beau, en soi. tout le monde avait quelque chose de beau qui n'était caché qu'en eux-mêmes même si ils ne le savaient absolument pas, et s'en était marrant de voir leurs têtes dédaigneuses dès qu'un compliment se faisait sentir. en fait, elle n'en tirerait aucune conclusion sur le sexe opposé, même pas sur quelqu'un qui était lui-même une fille. la rouquine lui lança un regard alors qu'il se fit plus insistant, croyant qu'elle l'avait certainement mise dans un état de gêne. t'inquiète pas, je ne suis pas gênée. du moins, l'ancien entraîneur n'en serait que gêné si tu lui aurait dit ça à ma place. si tu veux bien, on va commencer par quelque chose de simple. elle se frotta les mains frénétiquement alors qu'elle abaissa ses poings jusqu'à sa poitrine, l'un plus en avant que l'autre en demandant d'un hochement de tête à la rouquine de faire la même chose. elle allait pouvoir s'attendre à plusieurs blagues, les plus nulles certainement que les autres, oui, certainement, mais s'en était de mieux pour elle.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eireen Sherwood
humanity in our veins

avatar
Messages : 88
Pseudo : Mia
Avatar : Karen Gillan
Crédits : morning rose
Âge : 23 ans
Statut civil : Célibataire, et puisque cupidon à l'air de me fuir, ça risque pas de changer
Occupation : Etudiante en mythologie
Date d'inscription : 13/03/2016
Localisation : Je dirais bien quelque part mais... Ça risque d'être vulgaire.

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Sam 30 Avr - 21:29


❝ FJe ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ❞
Katherine & Eireen
Parfois je peux passer pour une folle, mais j'me soigne
Apparemment ma franchise est drôle puisque la blondinette face à moi éclata de rire. J'avoue être fière, parce que bon, souvent les gens n'aime pas la franchise. Beaucoup trouve ça méchant, cruel mais.. C'est pas plus cruel de dire quelque chose qu'on ne pense pas à une personne ? Je pense que si. L'honnêteté ne peut qu'être bénéfique. Au moins on sait ce qui va et ce qui ne va pas. Je préfère qu'on me dise que je suis une connasse plutôt qu'on me traite comme une meilleure amie et qu'on me plante un couteau par derrière ensuite. Bref, la franchise fait partie de ma personnalité et je trouve ça important quoi.
«franchement, je pense la même chose que toi, pour une fois de ma vie j'ai pu dire quelque chose comme ça. »
Je lui souris, heureuse qu'elle pense comme moi sinon.. J'serais passée pour quoi ? Je pu la voir sourire, un vrai et beau sourire. Du genre qui retournerais la tête de n'importe quel mec -et fille peut-être aussi-. Un sourire colgate quoi. Tiens d'ailleurs colgate.. Ça m'rappel quelqu'un ça.. Une vieille histoire au lycée un peu... Nan carrément dégueulasse. Une fille qui se serait..Enfin voilà quoi avec une brosse à dents. Nan vraiment, y'a des gens carrément chelou. Puis elle racontait ça à tout le bahut et s'est étonné qu'on l'ai prise pour une folle en manque... J'suis pas du genre vraiment méchante, et encore moi à cette époque mais.. Elle était glauque cette fille. Bref, ne pensons pus à ça, ça me fou des frisson de dégoût.  
«Je savais que tes blagues pourraient être nulles, mais à ce point, ça m'étonne ! katherine, katherine cunningham. »
Elle défronça ses sourire et je lui rendis un sourire radieux. Katherine. J'aime beaucoup ce prénom. Ça fait... Royal. Un prénom de reine. Ou au moins un prénom digne d'une femme de caractère, qui impose sa présence et qui à de la prestance. Tout ce que cette blonde semble avoir. J'aurais bien aimé m'appeler comme ça tien mais bon... Ça n'aurais pas du tout été en accord avec mon caractère. J'aurais du avoir un prénom.. Étrange, rare du genre.. Je sais pas trop en fait. Mais un prénom bizarre qui se retienne pourtant bien, comme moi. Parce que sans me vanter, j'suis presque sure que les personnes que je croise se souviennent de moi par la suite. Comme le serveur d'hier tiens. On a tellement rit qu'il me reconnaîtra probablement lorsque je retournerais dans ce bar ! J'espère d'ailleurs, parce qu'il était pas moche et avait un sacré sens de l'humour. Avec un petit grain de folie semblable au mien qui me plaisait bien .
« Tu te rendra compte que je peux faire carrément pire ! Katherine..Un prénom de reine ! »
J'insistais sur le « pire » en faisant une tête.. Ok j'devais faire flipper. Bref, je fis une mini-révérence à Katherine en souriant avant de reprendre la parole.
« J'peux t'appeler Kath ou Katou ? Parce que Katherine... J'ai l'impression d'avoir à faire à une reine et d'être nulle à côté ! »
Je lui souris et retins avec difficultés quelques pouffements. Ça se dit ça ? Ouai j'sais pas, c'est chelou comme mot. Bref.
« T'inquiète pas, je ne suis pas gênée. du moins, l'ancien entraîneur n'en serait que gêné si tu lui aurait dit ça à ma place. si tu veux bien, on va commencer par quelque chose de simple. »
Je soupirais discrètement, tout de même heureuse qu'elle ne le prenne pas comme de la drague dure. Je lui souris en hochant la tête alors qu'elle abaissa ses poings jusqu'à sa poitrine, m'invitant à faire de même..J'ai mis quelques secondes à comprendre qu'elle voulait que je prenne la même position. Je finis par me mettre ma garde en position et lui souris. Puis je lui sortis une, enfin deux réplique de rocky avec une voix brisé. Comme celle de stallone. J'dois avoir un de ces problèmes avec les films de Stallone c'est pas possible.
« Mon ring, c’est la rue.. Je vais te briser »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

avatar
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Sam 7 Mai - 22:27

Un sourire ornait ses lèvres, sourire qui n'en était plus que franc. Elle pensait que cette journée ne pouvait pas avoir de fin : et ce, à ses risques et périls si quelque chose arriverait. La rousse lui envoya un sourire à la volée alors qu'elle lui fit une révérence, toujours en gardant son sourire. Tu te rendra compte que je peux faire carrément pire ! Katherine.. un prénom de reine !  Son sourire restait toujours accroché à son visage, comme un mirage, comme la brume en pleine journée, comme de l'eau sur une roche. Il restait, il s'accrochait. On ne pouvait pas qualifier ce sourire de « faux » puisque ce n'en était clairement pas un, il était franc, sincère, comme elle l'aimait. Elle ne pourrait pas lui envoyer un sourire des plus faux, alors qu'au départ, elle avait réagi et agi comme une princesse de conte de fées, et voilà que quelqu'un lui faisait une minuscule petite révérence, une petite, mais s'en était une tout de même. Elle passa une main à la volée dans ses cheveux blonds, qui radiaient sous le soleil qui s'éclatait sur les fenêtres de l'immeuble alors qu'elle remettait ses poings en place, redressant son regard vers la rousse. J'peux t'appeler Kath ou Katou ? Parce que Katherine.. j'ai l'impression d'avoir à faire à une reine et d'être nulle à côté ! Plusieurs pouffements non-discrets s'échappèrent de la bouche de la rousse alors que la blonde était contrainte à faire de même, sérieusement, comment s'autoriser à ne pas rire dans des moments comme ceux-ci ? Si elle avait affaire à quelqu'un d'aussi.. décontracté, elle aurait parié que ça n'arriverait jamais, que ça arriverait, mais pas pour tout de suite. Plutôt dans mille-ans. Tu peux ! Mais tente de trouver quelque chose de plus joli, non ? Pas que je n'aime pas, c'est juste que c'est courant. Elle lui envoya un sourire, sourire envoyé à la volée comme une miette de pain sur une table, miette de pain qui pourrait s'en aller à tout moment sans laisser aucune trace de son passage. Ses poings se redressèrent vers son visage alors qu'elle affichait un rictus, rictus malsain. Alors que la rousse prenait la même position qu'elle après plusieurs minutes où elle ne comprenait sûrement rien, car elle n'avait rien osé dire, elle n'avait rien osé faire, elle n'avait rien osé paraître pour lui laisser le choix : continuer où abandonner. Mais rare sont ceux qui abandonnent. Bien sûr, elle n'était pas dans le lot, elle n'était que dans un lot différent, lot où on diffère plusieurs personnes comme des courageux même s'ils n'ont aucun attribut, même s'ils n'ont aucun don, même s'ils sont exposés au danger comme la lumière en plein jour. Mon ring, c’est la rue. Je vais te briser. Elle affichait un sourire, sourire qui s'effaça comme si ce n'était qu'un mirage avant de replacer ses mains sous son visage, à la hauteur de sa poitrine, l'un plus élevé que l'autre pour pouvoir maintenir sa garde. Elle s'élança sans piper mot en direction de la rousse qui n'avait pas bougé d'un poil, s'attendant à ce qu'elle dise quelque chose, certainement. Elle lui envoya un coup dans la jambe droite de manière à la faire tomber rapidement au sol, dans le plus grand de ses malheurs. Ta garde ! Il faut que tu gardes un œil sur ta garde, sinon ça ne fonctionnera jamais. La blonde tourna des talons rapidement en adressant une main à la volée à la rousse pour l'aider à se relever, avant de se remettre dans sa position initiale. Maintenant, à toi de me surprendre, rambo.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eireen Sherwood
humanity in our veins

avatar
Messages : 88
Pseudo : Mia
Avatar : Karen Gillan
Crédits : morning rose
Âge : 23 ans
Statut civil : Célibataire, et puisque cupidon à l'air de me fuir, ça risque pas de changer
Occupation : Etudiante en mythologie
Date d'inscription : 13/03/2016
Localisation : Je dirais bien quelque part mais... Ça risque d'être vulgaire.

MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   Dim 15 Mai - 15:20


❝ FJe ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ❞
Katherine & Eireen
Parfois je peux passer pour une folle, mais j'me soigne
Katherine gardait ce superbe sourire sur ses lèvres, moi qui en arrivant pensais qu'elle était ce genre de personne plutôt statique, froide. Je m'étais bien trompée sur son compte. Malgré son air de poupée et son prénom digne d'une reine, elle n'est pas ce genre de fille : belle, atrocement belle mais  hautaine. Elle semble néanmoins parfaitement au courant de ses charmes mais elle reste loin d'une bimbo une fois qu'on la connaît un petit peu. Et pour remarquer ça il ne suffit que de quelques minutes. Enfin quelques minutes avec moi. Mais il faut dire qu'en général, les gens chiant se montre vite...Bah chiant justement, avec mon caractère et ma façon d'être. Katherine passa sa main dans ses cheveux, me donnant l'impression de voir une pub pour le shampoing en live. Sérieusement, cette fille pourrait facilement être mannequin.  Hm, il semblerait qu'on ne lui ai jamais fait le coup de la reine puisqu'elle laissa échapper -tout comme moi- quelques pouffements tous sauf discret.
« Tu peux ! Mais tente de trouver quelque chose de plus joli, non ? Pas que je n'aime pas, c'est juste que c'est courant. »
Un sourire prit place sur mon visage alors que je hochais la tête. C'est vrai que c'est horriblement banal.. Trouvons quelque chose en rapport avec un trait physique spécifique ou quelque chose que j'ai pu remarquer dans son caractère.. Il y a bien quelque chose qui me viens en tête, mais à savoir s ça lui plaira..Ça c'est une autre histoire ! Mais bon, elle veut de l'original ? Qu'elle trouve quelqu'un qui aura le même surnom qu'elle et on verra ! Fière de mon idée je levais brusquement la main en sautillant deux-trois fois sur place un sourire enfantin au lèvres.
« Je sais ! Que dirais-tu de Cheshire ? Comme le chat ! Pas que tu sois aussi chelou que cette bestiole hein, t'es carrément pas comme lui ! Mais depuis que je te connais soit.. -je jetais un coup d’œil à ma montre- environ 10 minutes tu souris ! Un grand et vrai sourire avec les dents ! Alors j'trouve que ça t'irais bien ! Puis rien à voir avec une reine et si ça c'est pas original.. ! »
J'étais fière de moi et finis par prendre la même position qu'elle. Même si je ne devais pas être spécialement effrayante, j'étais à fond ! Je dois avouer que le rictus peint sur le visage de Cheshire me donna quelques frissons dans le bas du dos. C'était une expression malsaine, presque vicieuse je dirais, donnant à son visage de poupée un air de fiancé de chucky. En moi moche, c'est clair. Je n'eus pas le temps de prend une respiration que son sourire disparu à la vitesse de l'éclair de son visage. Et qu'elle fonça vers moi comme un prédateur fonçant sur sa proie. Ps le temps d'esquisser ne serais-ce qu'un mouvement qu'un coup dans ma jambe droite me fit perdre l'équilibre et tomber lourdement au sol. Outch. Ma tête venait de heurter elle aussi le sol froid de la salle, m'envoyant des vagues de douleur dans le crâne. Je me relevais en prenant d'abord appuis sur mes avant-bras au bout de quelques secondes à peine. Laissant ce petit laps de temps à ma douleur pour s'évaporer.
« Ta garde ! Il faut que tu gardes un œil sur ta garde, sinon ça ne fonctionnera jamais. »
J'attrapais la main de la blonde face à moi et tirais dessus pour me relever. Pas question d'avoir l'air d'une faible et encore moins de lâcher l'affaire. Elle pourrait me foutre ma racler que je ne lâcherais pas. C'est pas vraiment dans mes habitudes. Je hochais la tête une nouvelle fois et repositionnais mes mains, exactement qu'elle il y a quelques secondes. Me campant bien mieux sur mes jambes, enfonçant le plus possible mon poids dans le sol, une jambe derrière l'autre.
« Maintenant, à toi de me surprendre,rambo. »
Je lui souris et attendis qu'elle se remette en position. Je suis peut-être nulle, mais pas désespérée et encore moi lâche. Je n'allais certainement pas tenter de l'attaquer alors qu'elle n'avait pas encore repositionné sa garde. Contrairement au début de la séance, j'étais beaucoup plus sérieuse. Je venais prendre ces cours pour une bonne raison et il fallait que je progresse. Et si je passais mon temps à faire des conneries je n'y arriverais pas ! Je soufflais doucement et réfléchis quelques instants. Je m'élançais et donnais un coup de poing vers son visage, sachant pertinemment qu'elle arrêterais cette tentative. Mais j'étais peut-être pas rambo, mais j'ai un minimum de cervelle. Et si ce n'est pas ma force ou ma vitesse mon atout, ce sera ma jugeote. N'attendant pas sa riposte je m'approchais d'un pas d'elle et fauchais sa jambe au niveau du genoux, le forçant à plier et donc la faisant chuter. Je n'étais pas sure d'arriver à tout enchaîner et elle fut à peine au sol que je criais déjà victoire -ouai, pour moi s'en était déjà une !- et entamais une petite danse de la joie. Ridicule d'ailleurs. J'étais incapable de vraiment rester sérieuse trop longtemps, c'est.. pathétique parfois !
« Surprise Cheshire ! »
Et j'éclatais de rire, plutôt fière de moi. Ne me souciant même pas d'une éventuelle riposte. Et mon plus gros problème vient sûrement de là d'ailleurs.


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne viens pas sauver Rambo de la police, je viens sauver la police de Rambo ! ⊰ Katherine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: le centre-ville-