membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez
 

 that would leave simply internet (snezhana & katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Katherine Cunningham
howling at the moon

Katherine Cunningham
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

that would leave simply internet (snezhana & katherine) Empty
MessageSujet: that would leave simply internet (snezhana & katherine)   that would leave simply internet (snezhana & katherine) EmptyDim 24 Avr - 22:23

La chaleur était et resterait toujours là, s'imbibant sur chacun des vêtements que portaient les personnes qui s'en allaient et revenaient dans la ville de Glencullen. Ce n'était plus qu'une question de temps pour que les ennuis recommenceraient, enfin, tous le penseraient. Le temps était convenable : pour une fois, ce qui était néanmoins acceptable dans une journée comme celle-ci qui avait commencé très clairement dans la bonne humeur. Elle virait à droite ainsi qu'à gauche, ses prunelles postées sur son écran de téléphone qui imitait une petite lumière blanchâtre qui ne se voyait que sauf s'il faisait nuit, alors que elle surfait déjà sur la surface qu'était les réseaux-sociaux. Elle pourrait vous faire un roman sur comment ça s'utiliserait, comment ça pourrait fonctionner pour ceux qui n'y connaisseraient rien en technologie même si ça ne devrait pas être nécessaire pour les débutants : chose qui n'était que moindre. Qui, dans cette ville extrêmement peuplée, pourrait avoir des soucis en technologie ? Sûrement personne, mais tout le monde pourrait y croire quand même un petit peu pendant l'espace d'un instant. Une chevelure noire l'avait bousculée même avant qu'elle ne reconnaissait la personne en se triturant les méninges. Snezhana Volkov. Est-ce que c'était une blague ? Cela lui arrivait, oui, de bousculer quelques personnes mais de là à bousculer Snezhana, encore moins ! Cela l'était un peu moins dans sa catégorie des « personnes à bousculer » dans sa vie. La noire s'était arrêtée alors qu'elle s'avançait en sa direction, profitant de son moment d'admiration sûrement vis-à-vis de la ville pour faire plus ample connaissance avec la mystérieuse personne qu'était Snezhana. Autant ne pas vous faire de dessin, presque tout le monde la connaîtrait dans son espace naturel, sauf ceux qui ne vont pas sur internet. Désolée. lança-elle furtivement en essayant de trouver quelque chose pour engager une conversation qui n'était plus que fertile. Elle l'avait reconnue en moins de temps qu'il fallait pour le dire : c'était un peu trop tard pour tenter de recouvrir à un changement d'identité par-dessus des lunettes, désormais. Elle fit un effort surhumain pour ne pas passer sa main dans ses cheveux, tic qu'elle avait depuis toute petite quand quelque chose la stressait. Rien ne la stressait en bon ensemble, mais ça l'était toujours. Il fallait toujours quelque chose pour la contrarier dans cette belle journée que s'avérait l'être. Elle penserait même à ce que Snezhana ne la compare aux groupies qui la suivraient sur son site internet alors que ce n'était absolument pas le cas. C'était juste une connaissance, du moins. Elle l'espérait, qu'elle ne soit pas dans la liste des « groupies à rayer de son expérience personnelle ». Le soleil s'attardait sur elles alors que la chaleur était toujours aussi présente, s'imbibant à ses vêtements néanmoins secs et larges pour y faire passer une quelconque lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Snezhana Volkov
howling at the moon

Snezhana Volkov
Messages : 1018
Pseudo : + cranes for spidey. (not so serious)
Avatar : + ira chernova.
Crédits : + ciel.
Double compte : + nephaël asshole morgenstern.
Image : that would leave simply internet (snezhana & katherine) Tumblr_muz34h4AJg1slhgs2o3_500
Âge : + 30 ans.
Statut civil : + célibataire.
Occupation : + tatoueuse.
Poste dans la meute : + bêta.
Don : + transformation instantanée.
Date d'inscription : 25/01/2016
Age : 21

TO KNOW MORE
Relations:

that would leave simply internet (snezhana & katherine) Empty
MessageSujet: Re: that would leave simply internet (snezhana & katherine)   that would leave simply internet (snezhana & katherine) EmptyMar 3 Mai - 9:25

Tu détestes avoir à mettre en ordre les affaires de Robyn. Cela fait quelques semaines que vous l'avez enterré mais il y a encore tant de choses à faire qui vous rappellent qu'il est bien parti. Ce devrait être à sa famille d'aller de personne en personne , de tout rassembler, fermer les comptes en banque, s'occuper de sa mort en quelque sorte mais ils n'ont même pas eu la décence de venir à son enterrement, on ne pouvait guère attendre plus de leur part. C'est Félix qui s'est chargé d'aller vider son bureau, il n'avait pas grand chose là-bas sans surprise. Tu ne voulais pas avoir à te déplacer ici mais ils ne répondaient pas au téléphone alors tu es passé en sortant du boulot. Toutes les deux semaines le sorcier venait chercher une commande ici - il était de constitution un peu fragile, pas comme vous autres loups - pour tu ne sais plus trop quels maux. Tu voulais annuler ces commandes en appelant simplement mais tu as été obligée de le faire en personne. Le soleil qui est présent depuis deux semaines - avec tout de même quelques jours de pluies violentes au milieu - réchauffe nettement la ville mais pas au point de se balader en T-Shirt. Du moins quand on est frileux. Quelle chance que tu ne le sois pas. Ton débardeur dévoile au monde tes tatouages et le vent frais ne te dérange pas. Il est vrai que la boutique a un air spécial, comme sortie d'un quelconque roman, avec ses étagères croulant de pots en verres, de plantes, mais aussi sur un mur de boîtes de médicaments type homéopathie alignées sagement. L'odeur qui y flotte est un peu trop forte pour ton nez de louve, heureusement tu ne comptes pas passer longtemps dans le magasin. Immédiatement l'homme au comptoir qui n'a pas grand chose d'autre à faire vu la masse de clients demande s'il peut t'aider et tu lui expliques tout. Après une brève discussion et son offre de condoléances il a l'extrême bonté de ne pas te rembourser pour la dernière commande de ton ami. D'après lui il se "disait même que c'était un peu étrange qu'il ne soit pas venu la chercher, je pensais bien que quelque chose s'était passé". Tu t'en fous bien de ses pressentiments au bonhomme, tu ne veux pas rester ici. Tu veux juste leur dire d'arrêter de commander leurs merdes para-médicales et de ponctionner automatiquement le compte en banque de Robyn. Dire que ce qu'il avait d'argent va aller directement à sa famille, faute de testament... Ils n'en méritent pas un centime. Tu te diriges vers la sortie d'un pas presque énervé alors que le pauvre commerçant n'a rien à faire.

Alors que tu veux passer la porte tu te cognes dans une blonde au fumet lupin, suffisamment accrochée à son téléphone pour que la collision ne le fasse pas tomber. Elle lève des yeux ronds vers toi, t'observant comme une attraction. Tu ne connais pas cette louve-là alors pourquoi semble-t-elle te reconnaître ? « Désolée. » Une voix de souris, tu l'intimides. Pourquoi ? Parce que tu es un bêta ? Quand même, c'est pas la mort. A moins qu'il y ait autre chose. Enfin pour le coup tu t'en fous un peu honnêtement, tu voudrais juste sortir mais elle bloque la sortie. « Sorry but uh, you're blocking the door. » « Désolée mais euh... Vous bloquez la porte là. » Quelques secondes passent sans que la jeune fille ne bouge. C'est quoi son problème exactement ? Elle a l'air au milieu d'un bug majeur et continue de te fixer. « Do I know you or something? Have I killed your entire family? Cause you're staring at me weirdly. Creepily. » « Je vous connais ? J'ai tué votre famille entière ou quoi ? Parce que vous me fixez bizarrement. C'est creepy. » Et tu veux juste te casser d'ici.

_________________

- aux sombres héros de l'amer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Katherine Cunningham
howling at the moon

Katherine Cunningham
Messages : 560
Pseudo : anaelis (britney)
Avatar : kristina bazan
Crédits : nineties
Double compte : aerys barrett, the princess
Image : my love is my secret for the moment
Âge : dix-huit ans que son âme purge dans les souvenirs que elle pourrait encore se rappeler. dix-huit ans de pur carnage dans la communauté qu'est celle d'un humain.
Statut civil : elle est actuellement célibataire. son statut civil est complètement libre à celui qui souhaite le partager avec celle qui pourrait le lui briser.
Occupation : puisqu'elle est entraîneuse en défense mentale et physique afin de former des plus jeunes à leur plus grand âge, elle essaye de garder son mental propre et sa santé d'autant plus. elle fait énormément de sport même si sa carrure fine comme une gazelle lui suffit.
Date d'inscription : 02/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

that would leave simply internet (snezhana & katherine) Empty
MessageSujet: Re: that would leave simply internet (snezhana & katherine)   that would leave simply internet (snezhana & katherine) EmptyLun 9 Mai - 19:47

Il semblerait que tu la contemplais comme la première merveille du monde alors que son regard se fit de moins en moins insistant alors qu'elle te fixait comme si tu étais le premier trésor découvert en son temps d'existence. Elle lui envoya un sourire timide, elle qui n'avait pas réellement l'accès à internet, l'avait reconnue par le biais des réseaux sociaux. Comme quoi, pour une fois, internet fait bien les choses, et dans le bon angle. Elle triturait le bout de ses cheveux blonds platine dont elle devait refaire les extrémités avant de replonger son regard dans le sien. Le silence était néanmoins pesant, plus pesant que n'importe quelle chose qui pourrait se passer sur cette Terre qu'était la sienne, qu'elle partageait avec de nombreuses personnes qui n'en connaissaient que peu sur le monde surnaturel, voire rien du tout, voire une petite parcelle de son identité et de sa propre race qui n'en ferait que rêver des millions. Elle pourrait passer pour folle : ils ne comprendront certainement jamais. Ils ne sauront pas ce que c'est d'être armé jusqu'aux dents un soir de pleine-lune avec une envie de jaillir sur quelqu'un la seconde qui est la suivante. Ils ne comprendront jamais, et ça en serait désolant. « Sorry but uh, you're blocking the door. » Elle fit abstraction de ses pensées lorsqu'elle remarquait que la femme lui parlait : elle avait pensé pendant tellement de temps pour ne pas remarquer que quelqu'un lui parlait ? S'en était fou. Elle ne faisait jamais ça, les règles de politesse lui restaient ancrées dans la mémoire même si elle les transgressait assez pour ne pas en piper mot. Apportant une main dans ses cheveux blonds, elle commença à bafouiller des gestes incompréhensibles avec une forte envie de se claquer la tête contre le mur d'à côté tellement elle paraissait être folle. Si des passants l'avait regardée à ce moment-là, ils auraient pu penser directement qu'elle avait des troubles psychologiques. Elle n'avait toujours pas pipé mot même si une excuse trottait dans sa tête mais n'avait certainement pas envie de sortir de l'embouchure de ses lèvres. Était-elle timide ? Non, pas réellement. Elle n'était timide que dans des cas extrêmes et celui-ci n'en était pas un. Plusieurs mots essayèrent de sortir mais ça ressemblait plus à une plainte qu'autre chose. « Oh, je suis désolée. Je n'avais pas vu que vous voulez entrer ici. » Certainement un mensonge digne des plus grands. Elle triturait toujours ses cheveux d'une main experte : main experte qu'elle regrettait amèrement puisqu'elle avait toujours ce tic : soit le tic de passer sa main dans ses cheveux, soit de les triturer. Elle n'avait qu'une envie : fuir à grandes foulées pour sortir de cet endroit qui était plus humiliant qu'elle ne l'avait pensé. Comment vous expliquer qu'une personne pouvait vous donner autant de malaise, jusqu'à vous en faire perdre les mots ? Elle rangea son téléphone indirectement dans sa poche qui fallut tomber en milles morceaux sur le sol, ça ne serait plus que le cadet de ses soucis si ça serait arrivé. L'attrapant entre ses deux doigts afin de le rentrer plus prudemment dans sa poche, elle lança un coup d’œil à la brune qui attendait qu'elle se décale. Elle avait une sensation de furie, de vouloir tout exploser sur son passage comme une déferlante. Et elle n'avait visiblement pas envie d'en être la cible. « Que faîtes-vous ici ? Si je peux me permettre de poser cette question sans que ça ne soit indiscret. » Elle te lança un regard alors qu'elle était toujours dans son deuxième état : son état soit de furie, soit de bombe qui pouvait faire tout exploser dans le quartier si elle en était la cible. « Do I know you or something? Have I killed your entire family? Cause you're staring at me weirdly. Creepily. » Son regard restait ancré sur le sien, alors que tu faisais un signe négatif avec tes mains comme pour lui accorder son pardon, même si ce n'était pas réellement ce qu'elle faisait. « Oh, non. Je suis juste surprise de vous voir ici, enfin, plutôt, de te voir ici. » Ton regard ne quittait pas le sien, et ses clignements de yeux se firent moins présents : comme si elle ne respirait plus, comme si son corps était éteint et sans vie, elle découvrait plusieurs parcelles d'elle-même comme la curiosité qu'elle avait pensé aboutir depuis plusieurs années.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ You want that I tell you ? No, I am not in love. You see it is said, it is not complicated. You want that I also tell you ? No, as soon as I see you, I feel nothing more. Here we are, it is said, now you had what you wanted, you can continue to live normally and especially do not worry you for I am well.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


that would leave simply internet (snezhana & katherine) Empty
MessageSujet: Re: that would leave simply internet (snezhana & katherine)   that would leave simply internet (snezhana & katherine) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

that would leave simply internet (snezhana & katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: les rues commerçantes :: Adam's Apothecary-