membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez
 

 (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMar 5 Avr - 18:04


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Sa tasse de thé fumante à la main, elle semblait bien nerveuse en ce début d’après-midi. Nyméria, elle s’hydratait d’une gorgée qui lui chauffait l’oesophage avant de s’installer à la table familiale. Elle tournait la tête de droite à gauche. La brune, elle se souvenait des rires. Elle se souvenait également de ses diners qui n’en finissaient pas. C’était également à cet endroit que sa mère lui annonçait son internement. Aujourd’hui, ce lieu devenait un endroit de réflexion. Nyméria adorait cette cuisine, ce lieu où le temps semblait toujours figé. Une photo de son père accroché sur le mur d’en face. Les bocaux remplis de nourriture qui restaient intacts. Des souvenirs d’enfance qui l’apaisaient. Ses doigts fins pianotaient contre la table, la tension ne retombait pourtant pas. Voilà deux jours qu’elle évitait Kaidan, parce que la réalité reprenait son court. Elle n’assumait pas. Nyméria, elle ne pouvait être de ses femmes qui s’ouvraient aux autres sans faire de pas en arrière. Loin de là, un malaise s’installait tandis que l’humaine feintait son téléphone. Le temps paraissait pourtant long sans lui, ses journées beaucoup plus monotones. Elle devait se résigner et creuser ce mal qui la rongeait depuis deux jours. Nyméria, elle voulait enfin aller de l’avant. Il le fallait. Son téléphone qu’elle allumait, ne prenant pas la peine de regarder les appels ni les messages pour envoyer un simple texto qui invitait l’homme à venir la rejoindre chez elle dès qu’il le pouvait. Rien de plus, pas de fioritures ni d’excuses. Une simple invitation qui cachait pourtant de complexes questions. Nyméria, elle déposait son téléphone sur le buffet de la cuisine avant de foncer dans sa chambre pour enfiler des vêtements présentables. Un leggings noir ainsi qu’un pull noir, sobre et discret. Cela ferait l’affaire.

Elle s’échouait sur le canapé pour finir sa tasse de thé. Nyméria, elle ne voyait pas le temps passer. Ses yeux finissaient par se clore avant que le bruit d’un poing contre sa porte la sortait de sa torpeur. Ses cheveux impeccablement lissés finissaient ébouriffés. La jeune femme se levait, s’approchant de la porte avec anxiété. Elle n’attendait personne d’autre que Kaidan. Ses poings qui se serraient, la tension qui la gagnait une fois de plus. La main sur la poignée, elle ouvrait doucement la porte sans vérifier qui se cachait derrière. Ses yeux face au sol, incapable de le regarder une nouvelle fois dans les yeux. Elle laissait le chemin de l’entrée libre, soupirant avant de finalement décrocher quelques mots. « Salut, merci d’être venu. » Nyméria, elle retrouvait ce côté réservé qui pouvait agacer. Elle replongeait dans ses démons la tête la première. Elle se souvenait de la promesse qu’il lui faisait quelques jours plus tôt, ses mots qu’elle laissait en suspens. L’humaine, elle laissait le malaise s’installait un peu plus en priant pour qu’il rompe le silence.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMer 6 Avr - 22:46


Je cognais deux fois du poing dans la porte que je regrettais déjà d’être là. Je n’aurais jamais dû passer la voir, peu importe ce qui se passait entre nous depuis quelques jours. Pas aujourd’hui. Pas juste avant une nuit de pleine lune. Je l’entendais marcher vers l’entrée, et je me demandai pendant un instant s’il n’était pas trop tard pour partir. Non, sans doute que non, mais je savais que si je le faisais, je gâcherais tout. Je risquerais de perdre le peu que j’ai déjà avec elle. Elle ne m’avait pas laissé un message si elle n’avait pas ressenti l’envie ou même le besoin de me voir, ce jour-là. Elle aurait pu le faire le jour d’avant, celui avant ça, ou même le jour avant celui-là, mais elle l’avait fait le jour avant la nuit de pleine lune, et j’étais quand même débarqué chez elle sans réel hésitation. J’aurais pu lui répondre que je passerais le lendemain, que j’étais occupé ce jour-là, mais je m’étais contenté de lui écrire que je passerais en après-midi.

C’était d’ailleurs ce que j’avais fait, j’étais donc là, debout sur son porche à attendre qu’elle m’ouvre la porte. Lorsqu’elle le fit, je réalisai rapidement qu’elle me laissait l’entrée libre pour que j’entre, alors je pénétrai dans la maison avant même qu’elle ne me murmure une brève salutation. Elle me remercia même d’être venu et je détournai le regard du cadre posé sur le meuble de l’entrée pour plonger dans le sien, les sourcils froncés. «Je ne vois pas pourquoi je ne serais pas venu.» J’étais plus à cran que je ne l’aurais cru. Je ressentais déjà des effets de la pleine lune, comme si toutes les cellules de mon corps présentaient ce qui se passerait cette nuit-là. Je serrai la mâchoire et soupirai, m’expliquant ensuite plus doucement : «Tu voulais me voir.» Elle voulait me voir, et j'étais là, c'était aussi simple que cela. Pour être vraiment franc, par contre, je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle elle m’avait demandé de passer. Je savais pourquoi elle ne m’avait pas reparlé depuis le soir qu’elle était venu boire chez moi, c’était parce que nous nous étions trop rapprochés et que ça s’était passé trop vite, aussi. Je m’en étais bien rendu compte quand elle était partie, je me doutais qu’elle allait sans doute avoir besoin de respirer, et je comprenais. Je lui avais donc laissé tout le temps qu’elle avait demandé, mais j’avais aussi eu un peu peur qu’elle ne me reparle jamais. Même ce jour-là, j’étais encore un peu craintif qu’elle m’ait demandé de venir la voir seulement pour m’expliquer qu’elle préférait que nous ne nous parlions plus. Je n’osai donc pas m’enfoncer davantage dans la maison, et restai plutôt planter dans l’entrée. «Euhm, écoutes…» J’haussai les épaules et lui souris pour la rassurer, mais aussi pour la mettre à l’aise. «Si tu préfères qu’on oublie la soirée chez moi, c’est comme tu veux.» Au fond, il ne s’était pas passé grand-chose il a quelques jours. Ce serait ce que n’importe qui pourrait dire en assistant à la scène, mais ce serait mal connaître Nyméria que d’affirmer une telle chose. Ce serait mal me connaître, moi aussi. Elle n’était pas le genre de femme à s’ouvrir aux autres, et surtout pas à un homme qu’elle aurait rencontré il y avait ai peu de temps, et moi, je n’étais pas le genre d’homme à promettre à une femme que je connaissais à peine que je serais toujours là pour elle, pour la protéger. Pourtant, le temps d’une soirée, nous avions été comme ça l’un avec l’autre, et ça m’avait paru parfaitement naturel.

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove


Dernière édition par Kaidan Sutter le Lun 11 Avr - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyLun 11 Avr - 21:57


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Elle ouvrait la porte à cet inconnu. À cet homme qu’elle ne connaissait que par ce hasard qui ne cessait de les torturer. Après tout, Nyméria ne savait pas grand-chose de son invité. Rien qui lui garantissait que l’homme serait bon pour son équilibre. Ne trainait que cette promesse qui s’évaporait depuis quelques jours dans les pensées de la jeune femme. Elle ne voulait plus y penser, à ses quelques mots qui promettaient bien trop de choses. Nyméria, elle survivait à un massacre en pleine forêt, elle ne devait rien à personne. Elle ne croyait pas, elle ne pouvait mettre sa confiance en cette phrase que Kaidan lançait durant une soirée hors du temps. Dans cette ambiance qui amenait les corps à se rapprocher. Il n’était que passant dans sa vie comme tout les autres, elle le savait. C’était certainement sa seule certitude. L’homme, il partirait sans prévenir, abandonnant le navire avant qu’il ne chavire une fois de plus. Nyméria, elle restait bien trop sur ses gardes pour s’amouracher de promesses. Elle serait de pierre, elle serait glacée qu’on ne saurait briser. Cette idée la brisait un peu plus. Silencieusement. Ne regardant pas son invité rentrer, elle se préparait à contrôler cette envie grandissante d’être aimé. Elle ne répondrait pas à ce désir. Jamais. Parce que cela serait bien trop risqué, parce que son amour en devenait mortel.

Les debuts semblaient froids, les premiers mots de Kaidan représentait parfaitement la gêne qui s’immisçait dans cette relation déjà pourri par des sentiments mués. Elle se pinçait les lèvres, regardant finalement l’homme qui restait planté dans l’entrée et c’est son coeur qui commençait à s’emballait. Elle ne savait même pas pourquoi il se trouvait là, pourquoi elle l’appelait après des jours de silence. Un soupire. Nyméria le dévorait des yeux. Naïve. Elle refermait la porte silencieusement, se positionnant devant pour pas qu’il ne s’échappe. Elle ne voulait pas qu’il parte, qu’ils se quittent une fois de plus dans un silence qui transperçait les âmes. Même si la faute revenait à la jeune femme, elle ne souhaitait pas que cela se reproduise. Kaidan, il s’excusait presque de la soirée précédente, demandant à la brune s’il fallait l’oublier. Ses joues qui rougissaient. Nyméria, elle ne s’attendait pas à ce qu’il revienne sur ses événements mais cela briserait certainement les barrières bien plus imposantes que d’ordinaire. Elle se raclait la gorge, restant devant la porte au cas ou. « Je n’ai pas envie d’oublier. J’en avais besoin et envie. C’est simplement que cela appartient au passé. Ca ne se reproduira plus, c’est promis. » Elle baissait la tête comme une enfant qu’on corrigeait. Comme si elle évoquait une erreur. Pourtant, Nyméria se souvenait de la tendresse qui l’enveloppait. Pour le commun des mortels, un tel rapprochement paraissait naturel. Pour l’humaine, cela devenait déjà bien trop intime. Elle se raclait la gorge, faisant quelque pas en avant. Ses yeux qui s’imprégnaient de ceux qui se présentait à elle. « Mais ce n’est pas pour cela que je t’ai invité à venir. » Elle tournait la tête de droite à gauche, cherchant tout à coup une raison valable. Le bureau de son père. Ses armes entassaient et les mystères qu’elle ne connaissait pas encore. Nyméria laissait un sourire vainqueur s’affichait sur son minois. « J’ai besoin de toi pour débarrasser les affaires de mon père. Je n’ai jamais osé rentrer dans la pièce. Du moins, sans m’y égarer. » Elle replaçait une mèche de ses cheveux. « Si ça ne te dérange pas biensur, tu as peut-être mieux à faire. » Nyméria, elle espérait que non. Pas pour les affaires mais bien pour sa présence. Kaidan, il devait savoir ce que cette pièce représentait. Il serait également une présence apaisante. Elle trouverait toute les excuses du monde, tant qu’il restait quelques minutes dans cette maison.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMar 12 Avr - 0:50


Lorsque je lui proposai d’effacer ce qui s’était passé il y a quelques jours, elle rougit, et je feintai de ne pas m’en rendre compte un peu pour ne pas l’embarrasser davantage, mais surtout parce que j’attendais impatiemment une réponse de sa part. Clairement, elle ne s’attendait pas à ce que je lui reparle de la soirée chez moi, ce n’était pas tellement étonnant, et je ne regrettais pas de lui avoir demandé. Encore moins lorsqu’elle m’avoua qu’elle ne voulait pas oublier quoi que ce soit, parce qu’elle en avait eu besoin et envie, aussi. Un sourire d’une micro seconde m’échappa, alors je recommençai à détailler l’endroit pour détourner l’attention de la jeune femme de sur ma réaction. Je remarquai du coin de l’œil qu’elle baissait la tête, alors j’entrepris de relancer la conversation en commençant par un haussement d’épaules. «Je n’avais pas envie d’oublier non plus.» lui avouai-je, n’osant toutefois pas lui dire que je n’avais pas non plus envie que ça ne se reproduise plus. Encore une fois, en pensant à cela, je réalisai à quel point notre relation était particulière. La simple idée qu’elle pourrait s’éloigner de moi –ou pire, qu’on pourrait lui faire du mal– m’était douloureuse, pourtant il me semblait qu’elle venait tout juste d’entrer dans ma vie. Elle se racla la gorge et s’éloigna de la porte de quelques pas, se rapprochant ainsi innocemment de moi. Nos regards fusionnèrent comme ils semblaient si souvent le faire, et elle s’empressa soudain de m’assurer que ce n’était pas pour parler de cela qu’elle m’avait fait venir chez elle. Apparemment, elle avait besoin de moi pour l’aider à vider le bureau de son père. J’avais d’abord noté l’emploi du mot «besoin de toi» plutôt que «besoin de quelqu’un», mais c’est quand elle me prononça les mots «mon père» que je compris que c’était plus important qu’elle ne le laissait paraître à cet instant-là. Elle n’avait jamais osé retourner dans la pièce –depuis la mort de celui-ci, je devinai– qu’elle m’avoua, et j’haussai les sourcils, un peu surpris. Elle replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille en m’assurant que si j’avais quelque chose de mieux à faire, ce n’était pas grave, et je secouai la tête. Je fis un pas dans sa direction et lui présentai ma main comme je le ferais pour l’inviter à danser et lui rendis son sourire. «Après toi.»

Nous marchions à travers la maison pour nous rendre au dit bureau, et je me sentais déjà mieux. Plus calme et plus en contrôle de moi-même, aussi, parce que j’étais concentré sur une seule chose sur le moment : Nyméria. Lorsque nous nous arrêtâmes devant la porte, celle qu’elle n’avait plus ouverte depuis si longtemps, je restai près d'elle, mais restai quand même juste assez distant pour qu'elle puisse avoir l'espace de bouger comme elle le voudrait. «Je suis juste derrière toi.» J’avais bien compris qu’elle s’était servi des affaires de son père comme excuse de dernière minute parce que, au-delà de son attitude, de toute façon, elle n’aurait jamais prévu me faire entrer dans un endroit aussi important. Pas si elle se serait laissé le temps de trop y réfléchir à l’avance… ni si elle ne voulait vraiment pas de moi pour la soutenir. Et c’était bien ce que je retenais de tout ça. Je méritais un peu plus de sa confiance à chaque fois que nous nous voyons, et je me laissais à croire que, idéalement, ça continuerait ainsi jusqu’à ce qu’elle croit enfin dur comme fer à la promesse que je lui avais faite. «Prête?»

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyJeu 14 Avr - 22:15


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Elle ne voulait pas oublier. Cela faisait partie d’eux à présent, d’un vécu qu’ils n’effaceraient certainement jamais. Nyméria, elle pouvait affirmer que cela ne se reproduirait pas mais savait pertinemment qu’elle en aurait encore envie. Parce que c’était lui, parce qu’il appelait à la tendresse. Kaidan, il la rendait différente. Elle se voyait libérée de tous ses démons, enfuit de sa cage dorée. La réponse de l’homme lui procurait un large sourire qui éclaircissait peu à peu son minois. Un soulagement qu’elle ne pouvait dissimuler, l’impression d’exister pour quelqu’un. Ses lèvres se pinçaient machinalement tandis qu’elle roulait des yeux par amusement. « J’espère bien. » Un léger soupire qui s’échappait, accentuant sa phrase pour lui donner plus d’impact. Elle comptait sur lui pour n’oubliait aucune seconde de cette soirée. Parce qu’elle ne voulait pas sombrer dans l’oubli une fois de plus, pas avec lui. Nyméria, elle cherchait maintenant une excuse valable. Elle qui l’appelait sans même réfléchir. Le bureau de son père devenait le prétexte idéal, lui offrant une bonne heure avec lui. Elle lui expliquait, trouvant toutes les excuses du monde pour qu’il reste. Kaidan, il faisait un pas en avant pour lui tendre la main. Elle gloussait timidement, répondant d’un signe de tête à l’invitation. L’humaine ne ressentait pas forcément l’envie de rentrer dans cette pièce mais elle ne pouvait plus faire machine arrière.

La porte qui regorgeait de mystère se trouvait à présent devant elle. La voix de Kaidan réussissait à la détendre un quart de seconde. La gamine se rappelait des recommandations de son père mais surtout le seul passage qu’elle faisait dans cette pièce. Elle se souvenait de ses armes qu’elle touchait du bout des doigts. Nyméria, elle restait sans réponse. L’homme lui demandait si elle se sentait prête. Elle avalait sa salive, sa main se posait sur la poignée sans pour autant ouvrir la boîte à souvenir. « Je pense que je ne serais jamais prête pour ça. » Elle se retournait finalement, plantant son regard incisif dans celui de son interlocuteur. L’humaine cherchait simplement à se rassurer. «  Quoiqu'il se trouve dans cette pièce, Kaidan, ne me juge pas. Mon père était un homme bien et je suis sûre qu’il y a une explication rationnelle à tout cela. » Elle attrapait le bras de l’homme pour le supplier. Nyméria, elle finissait par se retourner pour ouvrir cette porte. L’obscurité masquait pour le moment ce passé dérangeant avant que la jeune femme ne trouve l’interrupteur. La pièce sentait le renfermé, la poussière prenait place sur toutes les armes et meubles de la pièce. Des arcs accrochés aux murs, quelques tableaux et un bureau où les dossiers s’entassaient. Elle faisait un pas en avant, le coeur meurtri par le secret familial. Sa langue qui hydratait brièvement ses lèvres pour finalement se mettre au centre de la pièce. « Ok, c’est pire que dans mon souvenir. Quand j’étais petite, cela semblait beaucoup moins glauque. » Un rire nerveux. Elle reprenait ses repères, faisant le tour de la pièce en passant son index sur les armes. « Au moins, nous sommes en sécurité ici. » Nyméria, elle n’en pensait rien. Elle ne comprenait pas pourquoi son paternel se voyait armé. La ville se voulait calme durant son enfance. La jeune femme, elle se doutait qu’il y avait un rapport avec les bêtes mais l’admettre devenait compliqué. Comment pouvait-il cacher cela à sa famille. L’humaine, elle regardait Kaidan entrait dans la pièce, elle le suivait du regard. Elle attendait une réaction. Qu’importe laquelle, tant que l’homme la sortait de sa torpeur. Elle se paralysait peu à peu, incapable de freiner ses angoisses. La peur d’avoir vécu avec un inconnu, d’être dans une vie remplie de mensonge. Nyméria, elle serrait ses poings pour ne pas fondre en sanglots tandis que ses genoux s’entrechoquaient.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptySam 16 Avr - 0:28


Toujours de dos à moi, elle posa une main prudente sur la poignée de la porte, mais ne se décida pas tout-de-suite à l’ouvrir. Pourtant, je le sentais, c’était maintenant ou jamais. Si elle ne le faisait pas ce jour-là, elle ne le ferait sans doute jamais. Elle en avait conscience, elle aussi. Je fis un pas de plus pour me rapprocher d’elle, qu’elle sente que je suis bel et bien là si elle a besoin de quoi que ce soit. Elle n’était pas seule, elle ne le serait plus tant qu’elle me laisserait être près d’elle. Elle m’avoua finalement qu’elle ne pensait pas qu’elle serait un jour prête pour cela, et je regrettai presque de lui avoir posé la question. C’était évident, au fond. Elle ne pouvait pas l’être, du moins jamais à cent pour cent. Je pinçai les lèvres et, même si elle ne pouvait pas le voir, j’hochai la tête pour lui signifier que je comprenais. Ce qu’elle ressentait, c’était normal. Elle se retourna soudainement vers moi pour me demander de ne pas la juger, et je tentai d’afficher un air des plus rassurants possible. Pour quelle raison est-ce que je la jugerais? M’attrapant le bras, elle me supplia aussi de croire que son père était quelqu’un de bien, qu’il y avait une raison rationnelle à tout ce que nous allions trouver dans son bureau. Je n’arrivais pas vraiment non plus à imaginer pour quelle raison elle pensait que je puisse penser autrement. Quel genre d’homme était son père, exactement? Qui étaient-ils, sa famille? Légèrement déstabilisé, j’hochai toutefois de nouveau la tête. Elle dû être relativement satisfaite de ma réponse, car elle fit de nouveau face à la porte et elle l’ouvrit presque immédiatement.

Une forte odeur de poussière et de renfermé m’enveloppa d’abord, puis Nyméria trouva l’interrupteur et l’activa, illuminant la pièce dans ses moindres détails. Elle s’avança jusqu’au milieu de la pièce et, en regardant autour d’elle, m’avoua que c’était pire que dans son souvenir. Pour comprendre à quoi elle faisait référence, je m’avançai jusque dans le cadre de la porte, et je réalisai finalement dans quoi je m’étais empêtré en acceptant de l’aider à vider le bureau de son père. Je venais tout juste d’être conduit dans le repère d’un chasseur. Un chasseur redoutablement bien armé, en plus. Pendant une fraction de seconde, l’instinct de m’enfuir me submergea, et je m’obligeai à me concentrer sur Nyméria plutôt que sur les armes. L’idée qu’elle soit l’un d’eux me traversa rapidement l’esprit, mais je l’écartai presqu’aussitôt. Non, ce n’était pas possible, que je me disais. Elle ne savait pratiquement rien du surnaturel, et il y avait de fortes chances qu’elle n’ait jamais même osé s’avouer que son père faisait partie de ce monde-là avant le soir de sa mort, qu’il ait pu lui mentir sur une grande partie de sa vie. Je réalisais qu’elle devait une fois de plus se sentir trahie, et je serrai la mâchoire. Le surnaturel lui avait volé son père bien plus tôt qu’elle ne le croyait.

Lentement, délicatement, elle passait le bout de ses doigts sur les lames d’argent. Si seulement elle pouvait s’imaginer que ce genre d’armes m’étaient destinées, à moi aussi. Elle dû réaliser que je n’étais pas dans mon assiette, parce qu’elle tenta de nous rassurer, elle et moi, en me disant que là, au moins, nous étions en sécurité. «Les lames en argent ou les flèches trempées dans une solution d’aconit, ça reste des armes qui sont aussi dangereux pour une humaine.» murmurrai-je doucement. Je ne réalisai même pas que j’aurais sans doute dû dire «pour un humain», m’inclure moi aussi plutôt que de parler d’elle.

Je m'avançai dans la pièce et, une fois à la auteur de la jeune femme, je m'arrêtai pour la prendre dans mes bras comme l'on prend quelqu'un en deuil dans ses bras pour le consoler. Sans lui laisser le choix, je la serrai contre moi, une main sur sa nuque. «Ça va.» chuchotai-je doucement. Concentré sur les palpitations rapides de son coeur, j'attendais patiemment qu'elle se calme.

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyDim 17 Avr - 22:03


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Les souvenirs qui rongeaient ses entrailles. Ses démons qui ne venaient que plus s’immiscer dans son esprit déjà torturé par un passé douteux. Nyméria, elle se sentait suffoquer dans cette pièce. Elle se submergeait de questions, remettant une vie entière en question alors qu’elle se trouvait entourée d’armes mortelles. Comment l’homme qui la berçait de ses bras musclés pouvait ôter des vies. Que ce soit des bêtes ou des humains, elle ne pouvait imaginer une mise à mort. Rien n’était tout noir ou tout blanc, elle connaissait ce juste milieu qui rendait le monde bien plus supportable. Elle se sentait oppressée, incapable de rester rationnelle devant ce spectacle. Ses doigts qui touchaient ses armes, narguant un peu plus cette mort qui ne cessait de la poursuivre. Un goût amer qui commençait à lui prendre la gorge, la déception et la haine qui nourrissait ses idées. Elle voulait des réponses, connaitre l’histoire de sa famille. Nyméria, elle ne demandait qu’à apprendre son identité. Sa mère, elle croupissait certainement dans une grande ville en usant d’alcool pour oublier sa lâcheté. Elle ne devait pas être au courant, ignorante qui ne s’intéressait qu’à sa propre personne. Les poings de la jeune femme se serraient à cette pensée, se résignant à oublier ce dommage collatéral. À présent, l’humaine se retrouvait seule face à ses démons. Sa famille décimée, elle serait la seule survivante potable qui cherchait la vérité. Elle ne demandait que cela…

Elle le regardait du coin de l’oeil, cherchant simplement à se raisonner. Sa présence lui faisait du bien, elle pouvait percevoir son souffle qui l’apaisait grandement. Kaidan, il ne semblait pas choqué par cette pièce glauque. Cela tracassait la jeune femme, bien trop émotive pour comprendre la neutralité de l’homme. Elle faisait le tour de la pièce mais arrêta bien vite ses pas à la réponse de son invité. Il mentionnait une humaine, ce séparant de cette impression de sécurité que Nyméria communiquait. Elle arquait un sourcil, restant muet quelques secondes. Il devait simplement s’être mal exprimé, cela devait simplement être une coïncidence. L’humaine pensait pouvoir reconnaitre un loup, elle ne tomberait pas dans le panneau d’une de ses bêtes. Du moins, c’est ce qu’elle pensait. Elle finissait par se mettre face à lui, fronçant les sourcils par incompréhension. « Une humaine qui est seule dans cette pièce avec un parfait inconnu, soit dit en passant. » Elle appuyait ses derniers mots, montrant l’erreur de l’homme. « À moins que l’un de nous décide de jouer avec ses choses, nous sommes en sécurité. C’est ça d’être humain, être menacé par tout ce qui nous entoure sans en avoir conscience. On peut se faire duper. On est naïf. » Elle haussait finalement les sourcils avant de rouler des yeux nonchalamment. Elle se persuadait qu’il était dans le même bateau qu’elle, qu’il n’était que chose fragile qu’on piétinait également. Elle était douce, cette mélodie du mensonge qui planait dans la pièce.

Elle se retrouvait dans ses bras. Elle ne savait pas comment ni pourquoi. Nyméria, elle appréciait simplement le moment. Son coeur commençait doucement à reprendre son rythme de croisière alors qu’il calait une main contre sa nuque en la rassurant. Elle lâchait prise, une fois encore. Elle était là, la chose fragile prête à être dévorée. Un soupire. Elle oubliait tout, sa tête contre le torse d’un loup. L’humaine, elle passait finalement ses bras autour de la taille de l’homme comme si cela était naturel. « Ça n’ira jamais tant que cette pièce sera ainsi. Tant que je ne détiendrais pas cette vérité. » Elle finissait par dire ses pensées à haute voix pour la première fois, phrase qui lui donnait des nausées. « Et si mon père était un meurtrier ? » Les sanglots qui commençaient à gagner ses pupilles. Elle se retenait, restant forte devant Kaidan. Pourtant, elle se décomposait. Quelque chose se brisait, la noirceur qui ne cessait de la gagner depuis des années. Depuis l’hôpital psychiatrique, depuis son retour en ville. Depuis que les loups devenaient cibles de ses interrogations.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyLun 25 Avr - 2:06


Elle reprit la parole rapidement pour préciser qu’elle était bel et bien humaine. Elle était une humaine seule dans cette pièce avec un inconnu, seule avec moi. Je détournai la tête des étagères pour regarder dans sa direction, les sourcils légèrement haussés. Je réalisai alors mon erreur, parce que j’avais dit que ces armes étaient dangereux pour une humaine au lieu de dire qu’ils l’étaient pour les humains. C’était toujours aussi étrange de ne plus me considérer comme faisant partie de cette classe, parce que j’en avais pourtant l’impression jusqu’à ce que chaque pleine lune ne m’oblige à m’enfermer. Je me mordis la lèvre et soupirai. «Tu as raison.» Étrangement, ça me faisait quelque chose qu’elle me considère toujours comme un inconnu. J’étais d’accord avec elle, elle ne connaissait pratiquement rien de moi et ne me côtoyait que depuis environ un mois. C’était la même chose pour moi, dans ce sens-là. Pourtant, je crois que je la considérais comme plus qu’une inconnue, et j’étais certain qu’elle le savait. Même si c’était sans doute au plus profond d’elle-même, j’arrivais à me dire qu’elle devait savoir qu’elle était plus que ça. Pour moi, peu importe ce qu’elle pouvait dire, c’était le cas. Elle rajouta qu’à moins de se frotter à «ces choses», nous ne risquions presque rien, mais que de toute façon, c’était ça d’être humain : être continuellement menacé par tout ce qui nous entourait, se faire tromper. Plus elle parlait, plus je serrais la mâchoire. Lorsqu’elle s’arrêta pour rouler les yeux, je me forçai à détendre les muscles de mon visage, mais restai toujours aussi tendu. Elle avait encore raison. Enfin, mis-à-part le moment où elle nous incluait tous les deux dans ce qu’elle disait, mais elle avait raison, pour elle. Elle était fragile. Elle était toujours en danger. Je la mettais en danger. Constamment.

Sans trop savoir pourquoi, en entrant finalement dans la pièce, je m’arrêtai à la hauteur de Nyméria. Pendant un instant, je ne bougeai pas, puis je l’attirai soudainement vers moi et la serrai dans mes bras. Elle soupira doucement quand je posai une main contre sa nuque et, la tête posée contre mon torse, elle passa les bras autour de ma taille. Soudain, tout était plus calme, mais je ne me laissai pas aller à fermer les yeux, parce que je savais, au fond de moi et même si je ne voulais pas vraiment me l’avouer, que ce que j’allais dire était un mensonge. Ça allait aller, que je lui dis. Elle le savait aussi, que rien n’irait plus totalement bien. C’était le cas depuis qu’elle avait vu son père être tué, et c’était pour moi le cas depuis que les crocs de Maya s’étaient refermés sur mon avant-bras. Elle prononça la question fatidique comme si elle s’en délivrait. Elle n’avait jamais osé la poser, pourtant je sentais qu’elle lui avait toujours brûlé les lèvres. Et si son père était un tueur? Pire, en fait, elle se demandait s’il était un meurtrier. Je raffermis un instant ma prise sur elle, la serrant plus fort contre moi lorsque je sentis les battements de son cœur s’emballer. Je ne savais plus quoi lui dire. J’avais toujours quelque chose à dire, pourtant j’étais complètement paniqué, cette fois, à l’idée de lui dire quoi que ce soit. Sans trop réfléchir, les cinq mots qu’elle avait besoin d’entendre sortirent de mes lèvres dans un murmure : «Ton père tuait des monstres.» Je fermai les yeux un instant. «Ton père tuait des sorciers… des loups…» Je pinçai les lèvres et rouvris de nouveau les yeux. «Il tuait des tueurs.» C’était ce que j’étais. J’avais tué, et je le ferais sans doute de nouveau.

Je me séparai délicatement d’elle et me détournai pour marcher jusqu’à l’étagère qui se trouvait à notre droite. Je fuyais son regard, je me dégoutais. Je devais être déboussolant, parce que je ne contrôlais pas mes émotions. Ils partaient dans tous les sens, et je n’arrivais pas à les maitriser. Quoi qui était tellement posé, a l’habitude. Je détestais ça. Rapidement, j’essayais de penser à autre chose, parce que je sentais déjà la colère monter en moi, c’en était ridicule. Lentement, j’observais ce qui se trouvait dans la petite bibliothèque, et je fronçai les sourcils en repérant un flacon de verre translucide, rempli d’eau et de plusieurs petits morceaux d’aconit, à côté duquel Coopland avait posé une tasse de café qu’il n’avait jamais pu terminer. Sans réellement y réfléchir, j’agrippai le flacon et l’approchai de mon visage pour en observer le contenu. «Si tu le souhaites, je t'apprendrai ce que tu as à savoir sur eux.»

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMer 27 Avr - 22:03


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Elle se souvenait de l’odeur du soufre, quand son père faisait encore chauffer l’argent dans la vieille cheminée. Ce feu qu’elle ne devait jamais approcher, tuant cette famille en silence. Nyméria, elle ne vivait que pour cette vérité qu’elle touchait du doigt. Cela l’obsédée. Les loups, les sorciers, les chasseurs. Tous ses sujets qui lui valaient des séjours en hôpital psychiatrique mais grâce à Kaidan, elle se sentait lucide. Il la rendait bien plus vivante qu’avant, comme ci l’humaine respirait pour la première fois. Il buvait ses paroles, la suivait dans les théories les plus farfelues. Elle se sentait comprise, soutenue. Sa mère, elle ne pouvait imaginer le monde qui l’entourait. Elle ne lui apporterait jamais ce bien qui commençait à la gagner une fois de plus. Il n’y avait que lui, cet homme qui rentrait dans son jeu quitte à faire partie des fous. Voilà pourquoi il se trouvait dans cette pièce, entouré d’armes qui lui seraient fatales. Elle lui donnait un bout de sa confiance, infime mais pourtant si précieux. Personne d’autre ne mettait les pieds dans ce bureau. Parce que l’endroit regorgeait de souvenirs qu’elle ne voulait effacer, parce que lui serait ancré en elle à jamais. Nyméria, elle s’enfonçait peu à peu dans cette relation qu’elle fuyait pourtant depuis des jours. Des aimants, des alter ego. Elle pouvait se mentir, détourner l’attention, il serait irrémédiablement dans ses pensées. Il s’imitait tel un poison, ancrant son carmin jusqu’à la carotide. Elle le sentait en elle, imprégnait comme un tatouage qui passait l’épiderme. Impossible de s’en séparer. Encore faudrait-il la volonté de se battre, de l’oublier. Elle ne le pouvait. Parce que c’était lui. Parce qu’il était ce qu’elle imaginait depuis toutes ces années. Il était le surnaturel, l’objet de ses enquêtes et de ses désirs. Kaidan, il représentait son but ultime même si l’humaine n’en savait rien. Elle le sentait, se laissant attirer par l’inconnu.

Ses bras autour d’elle, la serrant un peu plus fort pour la réconforter. A vrai dire, il emportait sa peine à cet instant. Elle ne pensait plus qu’à cet homme qui ne fuyait pas devant ses démons. Elle fermait les yeux, profitant de ce moment d’innocence. Son coeur qui s’emballait. Nyméria, elle abandonnait une fois de plus ses barrières mais qu’importe. L’homme rompait bien vite le silence en avouant que son père tuait des monstres. Cela semblait si juste et chevaleresque sur le papier. Ses doigts qui se promenaient dans le dos du loup, titillant quelques nerfs au passage à travers ses vêtements. Elle se mordait la lèvre inférieur, toujours accroché au prédateur. Un soupire. Elle ne pouvait mettre de mot sur ce qu’elle ressentait. La haine, la colère et la tristesse, une bombe prêtent à exploser. « C’était donc un meurtrier. » Elle fronçait les sourcils, restant confortablement blottie. « Il ne vaut pas mieux que ceux qui tuent. Que se soi-disant monstre. » Nyméria, elle voyait ses idées changeaient depuis quelque temps. Les rôles semblaient à présent neutres, ne donnant pas plus ne tord à l’un qu’à l’autre. « Personne ne peut garantir qu’il a épargné des innocents. Personne ne connaît la rédemption de ses créatures. » Elle ramenait sa main droite sur le torse de l’homme, la posant près du son palpitant pour s’enivrer du rythme. « Il a ôté des vies, arrêté des coeurs de sa simple volonté. Il a surement détruit des familles, des filles qui se retrouvent sans famille comme moi. Celui qui trouve cela juste n’est pas humain, tout ceci n’est pas humain. » Elle secouait la tête, révoltée. « Il n’y a rien de glorieux la dedans, loin de là. » La jeune femme finissait par reprendre son étreinte, se calmant une fois de plus grâce à la tendresse de ses bras.

Il rompait cet instant paisible, se détachant d’elle alors que le temps semblait se suspendre. Le manque se trouvait déjà bien présent, elle se sentait à nouveau creuse. Nyméria, elle observait son invité évoluait dans la pièce. Il semblait bien plus froid, plus nerveux. Elle fronçait les sourcils tandis que Kaidan s’emparait d’une fiole remplie de tue loup. Elle inclinait légèrement la tête tandis qu’il lui proposait de répondre à ses questions. L’humaine se rapprochait doucement. « Je veux surtout que tu te tiennes à l’écart du danger, Kaidan, j’ai perdu assez de personnes dans mon entourage. » Certainement sa façon de lui avouer l’attachement qu’elle éprouvait. Tentant de prendre la fiole, elle faisait valser cette dernière a quelques centimètres par accident. Maladresse légendaire. Le bruit du verre strident la faisant grimacer tandis que le liquide se répandait sur le parquet. Une odeur forte s’en dégager, cela devait trainer depuis des années. Elle grimaçait toujours, réalisant sa faute. « Je suis désolée, j’ai vraiment un don pour les mauvais plans. » La jeune femme jurait silencieusement, se préparant à évacuer la pièce si l’odeur ne se dissipait pas.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyVen 29 Avr - 0:02


Je sentais ses bras qui se resserraient autour de ma taille, ses doigts qui se promenaient dans mon dos, et j’étais bien. Douloureusement bien, en fait, en considérant que je ne pensais qu’au fait que je me dégoutais d’être comme ça, il y a un instant. Sans se séparer de moi, elle conclue rapidement que, même s’il tuait des tueurs, comme je venais de lui dire, son père était bel et bien un meurtrier. Il ne valait pas mieux que ces gens qu’il avait tués, au final. Elle posa une main sur mon torse et je pris une grande inspiration. Elle insinuait soudainement, de façon plus claire que jamais auparavant, que ces monstres qu’elle avait toujours détestés, n’en étaient peut-être pas tous, en fait, qu’ils pouvaient sans doute être bons aussi. J’aurais voulu parler, dire quelque chose, n’importe quoi, mais j’étais tellement abasourdi par ce qu’elle me disait que je ne dis rien. C’était sans aucun doute la première fois que quelqu’un qui n’était pas un loup me mettait du bon côté. Elle secoua la tête, complément révoltée à l’idée que son père ait pu non seulement enlever des vies, mais aussi détruire celles des proches de ces créatures. Elle passa de nouveau ses bras autour de ma taille et je la serrai plus fort. Je respirai son odeur, cette odeur dont j’étais complètement imprégnée, et caressai ses cheveux avant de me détacher doucement d’elle pour me rapprocher de l’étagère qui se trouvait à ma droite. J’évitais déjà son regard, parce que je me sentais coupable. Je m’en voulais d’être celui qui lui mentirait indéfiniment sur ce que j’étais. Si je le pouvais, je lui avouerais tout, mais j’étais trop égoïste. Je ne voulais pas la perdre, et c’était ce qui allait arriver si elle découvrait que j’étais un loup. Que je sois bon ou mauvais –je ne savais pas réellement de quel côté j’étais, d’ailleurs– j’étais pratiquement certain qu’elle ne le supporterait pas.  Je me sentais mal aussi d’avoir tellement apprécié notre étreinte. N’étais-ce pas étrange qu’elle ait autant d’effets sur moi? Un objet posé sur l’étagère me sortit soudainement de mes pensées. Lentement, les sourcils froncés, je pris une fiole de solution tue loup et la portai à la hauteur de mon visage pour l’observer un instant. Sans y réfléchir, je proposai à Nyméria de répondre à ses questions, que ce soit à propos des sorciers, des chasseurs, ou des loups. J’étais réellement prêt à lui raconter tout ce que je savais si ça pouvait lui faire plaisir, ou même la sécuriser. Je la sentis se rapprocher de moi, alors j’abaissai la fiole et tournai la tête dans sa direction. Elle m’avoua qu’elle tenait surtout à ce que je me tienne à l’écart du danger. Elle avait déjà perdu trop gens, et elle ne voulait pas me perdre non plus. Mon cœur se serra à la seule idée qu’elle venait de m’avouer qu’elle avait peur de me perdre. Elle tenait à moi. J’entrouvris la bouche puis la refermai, et souris. «Tu ne me perdra pas, Nym. Je t’ai promis que je serais toujours là pour toi.» C’était sorti naturellement, dans un souffle sincère et libérateur. «Je tiens toujours ma parole.»

Sans prévenir, elle tendit la main vers la fiole et la fit tomber, celle-ci explosa au pied de l’étagère, à nos pieds. Un réflexe d’autoconservation me fit reculer de plusieurs pas, et elle s’excusa de sa maladresse qui, sans qu’elle ne le sache, aurait pu m’être dangereuse. «Ça va, ça va... Y a pas de mal.» Sur le coup, en réalisant que je n’avais pas reçu la moindre goutte de liquide, je me détendis. Je n’avais toutefois pas pensé que la solution dégagerait une si forte odeur de par les années à fermenter avant que celle-ci ne se répandent dans la pièce comme une vapeur toxique pour les loups, pour moi. En quelques secondes à peine, tous mes sens faiblissaient alors que mon odora semblait complètement accaparé. Je n’arrivais plus à distinguer le rythme cardiaque de Nyméria, sur lequel j’étais pourtant concentré un instant auparavant. Ma gorge se serra et je toussai à plusieurs reprises. Plus je toussais, plus j’avais l’impression de manquer d’air. Je reculai de quelques pas de nouveau et m’appuyai contre un meuble en sentant ma vision se troubler légèrement. J’étais en train de m’empoisonner, je devais définitivement sortir de là, pourtant je relevai les yeux dans la direction de cette jeune femme que j’avais si peur de décevoir. Il ne me restait plus qu'à espérer qu'elle ne sache pas ce que contenait cette maudite fiole. Mes instincts prirent rapidement le dessus. Je ne pouvais définitivement pas rester dans la pièce, alors j’en sortis et marchai en toussotant jusqu’à la porte d’entrée. Je l’ouvrai et sortis dehors, descendis les marches du balcon et m’appuyai sur mes genoux pour tenter de reprendre une respiration normale. Elle restait saccadée, pour l’instant, mais j’avais au moins l’impression que l’air frais réussissait à se frayer un chemin plus facile jusqu’à mes poumons. «Eh merde.» Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir lui raconter?

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyLun 2 Mai - 22:10


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Elle n’était pas de ses filles qui tombaient amoureuses comme un sirote son café du matin. L’humaine ne connaissait pas l’attachement et encore moins la dépendance à une personne. Elle n’enviait pas les longues étreintes nocturnes qui torturaient tous les célibataires. Nyméria, elle se trouvait en couple avec la solitude depuis sa naissance. La chaleur d’un baiser, la joie des retrouvailles, cela se passait à la télé. Elle ne désirait pas le vivre, elle ne demandait pas à s’amouracher et vivre cette vie. Non, la jeune femme ne demandait rien. Du moins, avant qu’il ne croise son chemin. Il était un inconnu qui passait dans un bar. Kaidan, il représentait cet homme qui croyait au grand méchant loup. Pourtant, elle appréciait cette étreinte comme un coucher de soleil face à la plage. Elle s’en délectait, elle en jubilait. La chaleur d’un corps, de son corps plus précisément. Nyméria, elle ne demandait qu’à réitérer la chose au plus vite possible. Elle se sentait en sécurité avec lui, protéger de ce monde qui lui donnait des vertiges. Il savait lui parler, il savait la tenir en haleine. Chacune de leurs rencontres faisait avancer la brune dans sa quête. Elle puisait le meilleur de cet homme, s’attachant peu à peu sans jamais s’en rendre compte. Pour la première fois, elle connaissait ce sentiment étrange qu’était le manque alors qu’il se trouvait dans la même pièce. Elle ne pouvait pas affirmer qu’elle l’aimait, cela semblait bien trop fort et conventionnel. Il restait un inconnu et un fantasme qu’elle n’avouerait jamais. Pourtant, Nyméria commençait à l’apprécier. Cela lui arracherait le coeur de l’avouer mais elle ne supporterait pas l’idée de le perdre. Car tout le monde partait un jour mais pour la première fois, elle rencontrait une personne qu’elle voulait retenir.

Elle lui faisait néanmoins sous-entendre qu’il manquerait à sa vie. À sa façon, maladroite et très vague. Nyméria, elle ne saurait trouver les mots pour les exprimer ses sentiments présents. Un attachement qu’elle ne connaissait pas dans le passé. L’homme, il réitérait la promesse qui refroidissait la jeune femme. Parce que cela ne pouvait pas être tenu, personne ne pouvait maitriser le destin. Elle soupirait, s’approchant un peu plus pour s’emparait de la fiole et changeait de sujet. Elle ne voulait plus en parler, plus débattre sur ce sujet qu’elle évitait à chaque fois. Une fois de plus, sa maladresse faisait diversion tandis que la fiole se brisait contre le parquet. Elle s’excusait mais l’homme la reprenait directement. Nyméria, elle se mordait la lèvre inférieure tandis qu’elle zieutait les bouts de verre qui jonchaient le sol. Kaidan commençait à tousser, s’appuyant ensuite contre un meuble avant de quitter la pièce sans un mot. Elle fronçait les sourcils, ne comprenant pas la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux. Elle inhalait tout d’abord le liquide de prêt pour comprendre mais cela ne lui faisait aucun effet. Une vieille étiquette trainait au sol, indiquant un liquide tue-loup fait de plantes naturelles. Cela devait être une coïncidence, Kaidan devait faire des allergies. Elle cherchait des excuses, ne pouvant pas croire qu’il lui mentait. Nyméria sortait de la pièce une minute plus tard, rejoignant son invité devant la maison. Elle s’accroupissait devant lui, prenant son menton dans ses fins doigts pour que leurs regards se croisent. « Cava ? » Son regard inquiet qui la trahissait. Nyméria, elle ne pouvait s’empêcher d’être désolée.

Elle finissait par perdre sa main dans le cou de l’homme, gardant ses pupilles ancrées dans les siennes. L’humaine, elle s’inquiétait de l’état de son ami. Elle se demandait également pourquoi l’homme réagissait ainsi. Une dizaine de questions brûlaient ses lèvres. Elle décidait de garder pour elle l’information qu’elle lisait sur l’étiquette, faisant mine de ne pas connaitre la contenance du flacon. « Que sait-il passer ? Sensible au vieux nectar de mon père ? » Elle l’interrogeait du regard. « Tu penses que cela va passer ou tu veux que je te raccompagne chez toi ? Ça semble insoutenable pour toi. » Non, il ne pouvait être un loup. Il lui dirait et elle fuirait. Nyméria, elle espérait qu’il trouve une bonne excuse. Même si ses mots seraient mensonges, histoire d’éloigner cette hypothèse qui semble maintenant bien trop proche de la vérité.


_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaidan Sutter
howling at the moon

Kaidan Sutter
Messages : 210
Pseudo : xradioaktiv, joanie.
Avatar : ian somerhalder.
Crédits : avatar de xradioaktiv et gif de indamonseyes.
Double compte : maven, le sorcier désaxé.
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_o8yrf15tJU1qba5zuo4_400
Âge : vingt-sept longues années derrière lui.
Statut civil : elle est soudainement devenue plus importante que tout, et il ne sait plus ce qu'il doit faire.
Occupation : de retour en ville depuis un peu plus d'un mois, il essaie encore de s'y refaire une place. pour l'instant, un emploi de barman au johnnie fox's pub lui suffit amplement.
Poste dans la meute : bêta de la meute westfall, une meute en laquelle il a confiance et pour laquelle il se battrait sans hésitation. elle est sa nouvelle famille.
Date d'inscription : 22/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMar 3 Mai - 0:06


Elle prit une bonne minute à me rejoindre. Toujours appuyé sur mes genoux, j’avais encore du mal à respirer, mais j’avais réussi à me calmer. Je n’avais plus l’impression d’étouffer, l’air frais faisait clairement son effet. Je conclus avec soulagement que je n’avais pas eu le temps d’inhaler de trop du gaz toxique, et que j’allais probablement pouvoir m’en tirer sans séquelles. Rapidement, Nyméria m’avait déjà contourné. Elle s’accroupi devant moi de façon à voir mon visage, l’air inquiète. Je détournai légèrement la tête, c’était plus fort que moi, mais elle prit mon menton entre ses doigts pour m’obliger à la regarder. Elle me demanda si ça allait, et je sentis mon cœur se serrer douloureusement. Non, ça n’allait pas, en fait. Ça n’allait pas, parce que si elle comprenait ce que j’étais, si elle s’avouait que j’étais un loup, je savais, au fond de moi, qu’elle fuirait. Elle n’était pas prête. Peut-être qu’elle ne le serait jamais, d’ailleurs. La bouche entrouverte, la respiration légèrement sifflante, j’hochai la tête sans réelle conviction. «T’inquiètes pas.» Je baissai les yeux et me raclai la gorge. Elle passa sa main dans mon cou, et je fermai les yeux, pendant un instant, avant de les rouvrir pour de nouveau croiser son regard. Que s’était-il passé, qu’elle voulait savoir. Je soupirai et haussai les épaules, sans mot. «Euh… Je…» Est-ce que j’étais sensible aux vielles potions que son père concoctait? Visiblement, c’était le cas, elle le voyait bien. Ce qu’elle voulait savoir, c’était pour quelle raison est-ce que ça me faisait cet effet-là, à moi, et ça, je ne pouvais évidemment pas lui expliquer. Je ne voulais pas lui avouer, en fait. Je ne voulais pas la perdre, j’avais terriblement peur de la perdre, même. Pourtant, lui mentir, ce serait tout aussi pire que de lui dire la vérité, parce que je sais, au fond de moi, qu’elle le devinera un jour, et que si ce jour-là, elle comprend en plus que je lui aurais menti, je n’aurais plus aucune chance de regagner sa confiance. Je ne pouvais donc pas lui dire la vérité, pas maintenant, mais je ne pouvais pas non plus lui mentir. J’étais complètement désemparé, et je sentais que la lune y était aussi pour quelque chose. Tout me paraissait plus grave, plus compliqué, et je n’arrivais pas à gérer ce que je ressentais ou même à réfléchir à ce que je devrais faire. Le regard interrogateur, elle me demanda finalement si je voulais qu’elle me raccompagne. Elle m’avoua que ça avait l’air insupportable, toujours aussi inquiète. Ce fut d’ailleurs à ce moment-là que je réalisai avec certitude qu’elle savait forcément ce que contenait la fiole. Ça aurait été insupportable pour un loup, et vu comment j’avais réagis, je m’étais incriminé tout seul. Je soupirai, j’étais en colère contre moi-même même si je savais que, techniquement, je n’aurais pas pu réagir autrement qu’en sortant le plus rapidement de la pièce. Ma vie aurait pu être en danger, et mon instinct aurait pris le dessus, que je ne le veuille ou non. Je secouai la tête et relevai les yeux dans sa direction. «Je vais m’en remettre, t’inquiètes pas.» Je me redressai en prenant une grande mais prudente inspiration. Ce fut plus fort que moi, je toussai derechef, et ce, à quelques reprises, avant de pousser un petit grognement découragé. «Tu sais quoi? Euhm…» Je passai une main dans mes cheveux en jetant un petit coup d’œil rapide aux alentours. «Je crois que je vais quand même aller voir quelqu’un... pour ça. Enfin, pour m’assurer que ce n’est rien de grave. Ça te va?» Malgré une forte hésitation due à la peur qu’elle me repousse, je replaçai une mèche de ses cheveux derrière son oreille. «Pardonne-moi, j’aurais aimé t’aider... On remet ça à plus tard, d'accord?» J’esquissai un léger sourire, sincèrement désolé, mais pressé de m'enfuir. Cette fois, ce fut de façon totalement naturelle que je posai un doux baiser sur son front en guise d’au revoir. J’aurais voulu la serrer dans mes bras, mais je n’osai pas, parce que ça me manquait déjà, et que ça ne ferait que me manquer davantage. C’est ainsi que je reculai, puis me retournai et marchai jusqu’à ma voiture en craignant déjà que je n'ai plus jamais l'occasion de l'enlacer.

_________________

collide
even the best fall down sometimes, even the stars refuse to shine, out of the back you fall in time, I somehow find, you and I collide. howieday ~ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyméria Coopland
humanity in our veins

Nyméria Coopland
Messages : 113
Pseudo : Littlewolf. (Hélène)
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Avatar : Sparrow & signature : alaska
Image : (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Tumblr_nej34mMq9T1r20fsao6_250
Âge : Vingt-cinq années qui ne cesse de s'écouler. Elle refuse de grandir, du moins, aux yeux du monde qui ne sait la comprendre.
Statut civil : Elle ne sait aimer. Célibataire, Nyméria est fait de maladresse et d'incompréhension. Pourtant, il chamboule ses principes. Il est sa quête.
Date d'inscription : 27/03/2016

TO KNOW MORE
Relations:

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. EmptyMar 31 Mai - 20:57


You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.
ft/Kaidan Sutter

Sa maladresse lui faisait défaut une fois de plus. Nyméria, elle s’inquiétait réellement pour cet homme plein de bonne volonté. En le regardant, elle ne s’empêchait de culpabiliser. C’était sa faute, une fois de plus. L’humaine possédait ce don de tout foutre en l’air, d’écraser toutes les bonnes choses sur son passage. Kaidan, il faisait partie de ses victimes. Elle se pinçait les lèvres tandis qu’il lui demandait de ne pas s’inquiéter mais c’était bien trop tard, elle se liquéfiait d’angoisse. Les questions se bousculaient également dans son esprit. Pourquoi l’homme réagissait ainsi ? Pourquoi elle ne ressentait aucun effet, elle. Nyméria, elle laissait ce doute au goût amer l’envahir. Et s'il lui mentait depuis le début. Elle secouait doucement la tête, effaçant ses hypothèses de son esprit. Il ne pouvait pas lui faire cela, impossible. Même si Kaidan ne lui devait rien, il se promettait d’être toujours honnête et de veiller sur elle. Difficile de croire que l’homme jouait à ce jeu dangereux. Il déposait un baiser sur son front, cherchant toutes les excuses pour s’enfuir. Tant pi pour le bureau de son père et ce temps précieux qu’ils partageaient. Elle faisait mine de comprendre, le laissant s’en aller sans dire un mot. Quelques pas en avant, l’envie oppressante de le retenir mais il semblait déjà tellement loin. Kaidan, elle finissait par ne plus le reconnaitre de dos. Comme une face cachée qu’elle ne saurait expliquer. Elle sentait le mystère l’appeler une nouvelle fois. Une fois de trop. Nyméria serait certainement hantée par ses récentes découvertes, incapable d’effacer ses hypothèses jusqu’à ce que la vérité soit révélée. Elle se devait d’être sûre, de pouvoir l’enlacer sans retenue.


RP TERMINE
Merci mon petit chat (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. 1248656873

_________________

Comet
Tu files comme une comète, ne sachant pas où tu finiras ni sur quel obstacle tu iras finir tes jours. Pourtant, tu fonces à toute allure, marquant ton millénaire. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty
MessageSujet: Re: (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.   (NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(NYDAN) You are much more than a simple friend, a mark when the moon makes threatening.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: out of darkness :: le cimetière :: dans le jeu :: rp saison 1-