membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 Broken Soul (Astrée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cain Killingworth
we hunt those who hunt us

avatar
Messages : 134
Pseudo : Weakness
Avatar : Austin Butler
Crédits : Junkiie
Double compte : Elric Marbh, Caleb Westfall
Âge : 18 ans
Statut civil : Célibataire
Armes de prédilection : Sniper
Date d'inscription : 07/03/2016

MessageSujet: Broken Soul (Astrée)   Mer 4 Mai - 17:07


Astrée & Cain
Broken soul

Visage brûlé lors de l'incident, tu résides à l'hôpital, mais pas pour une raison de gravité, ce n'est qu'une brûlure du premier degré après tout. Non, tu restes, parce qu'ils ont peurs que tu fasses une connerie parce qu'à peine, réveiller, tu as tout balancé, véritable déferlement de rage d'un homme blessé plus que physiquement dans la petite chambre, sous le regard apeuré des autres patients inconnus à ta personne. Maintenant libre d'être bloqué dans ici, tu sors de cette pièce où les regards te jugent encore. Profitant de l'air frais la santé des patients ne semblent pas être si importante aux yeux des médecins pour avoir l'accès direct au toit du bâtiment sans aucune surveillance. Véritable appel au suicide, tu y vas quand même, certain d'y trouver un peu de paix sans être dérangé par une quelconque personne suffisamment délicate que pour te défigurer un peu plus par les œillades pas si discret. Pourtant, tu y découvres Astrée, assise sur le bord, un sourire ironique au visage, elle est la seule chose que tu as pu sauver pendant l'hécatombe et tu ne comptes pas la laissé tomber comme ça. Tronche cramée ou non, elle reste une des rares personnes que tu considères comme plus importante que ta beauté ou n'importe lesquels de tes problèmes existentiels.  

"On est dans un sale état, hein." Feignant la bonne humeur, tu ne crois même pas un minimum en se sourire ravageur lancé avec cette phrase. Même maintenant, le masque ne doit pas tomber, tu tentes de garder un minimum de prestance malgré la couche de cette atroce pommade que tu t'étales chaque jour sur le visage. Tu te poses près d'elle, cherchant peut-être du réconfort sans pouvoir le dire, encore trop fier que pour lâcher prise sur tes idées de la faiblesse. "Ils ont dit que sa redeviendrai certainement comme avant, même si la couleur ne sera peut-être pas tout à fait la même. Beaucoup trop de peut-être donc. Qui sait, je vais peut-être devoir apprendre à me maquiller." L'ambiante n'y est pas, tu vois vos cœurs lourd écraser l'atmosphère alors que tu tentes bêtement de donner un ton léger avec ton humour absurdes, même si l'idée de te maquiller ne semble pas tant stupide à y réfléchir. Le regard posé à l'horizon, tu préfères éviter de voir le dégoût s'afficher sur le visage des gens à la simple vision de ta gueule de double face, éternel ennemis du héros chauve-souris. Tu passes un bras derrière son dos, la main sur son épaule, tentant de lui offrir le peu de chaleur que tu peux te permettre de donner puisque vous semblez tous deux en avoir besoin. Pas aussi joviale qu'à l'accoutumé, ton naturel enjoué semble partir dans les flammes pendant que tu te forces à faire transparaître que tout va bien face à elle qui ne doit pas être dupe deux secondes. "Tu n'as même pas envie de faire un petit sourire ? Même pour me rassurer un peu sur ce qu'il t'arrive mon bébé ?" Sans demander précisément ce qu'elle a, tu comprends qu'il y a un lien avec le rouquin de l'autre fois. Tu espères juste avoir le droit d'être mis dans la confidence, de savoir ce qu'elle subit. Elle a la chance de ne pas avoir une blessure aussi voyante que la tienne, s'il en est de la chance puisque qu'elle le cache si bien qu'on peut lire la mort sur son visage. Laisse quelque peu tombé ta face heureuse aussi, tu rejoins ton acolyte de cœur souffrant, il ne te manque qu'une bouteille d'alcool fort pour parfaire la scène que vous mettez en place au bord du précipice de ce toit peu accueillant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Astrée Harkwood
we hunt those who hunt us

avatar
Messages : 431
Pseudo : VOYOU.
Avatar : Kaya Scodelario
Crédits : avatar @juice | Signature @ Alaska
Double compte : Iseult, Théïa et Eithne
Image :
Âge : Vingt année qui glisse sur le fil du temps.
Statut civil : Tu vises et le touche en plein cœur, c'est pas l'amour, c'est la mort.
Armes de prédilection : Un médaillon inlassablement autour de cou qui se change en une chaîne d'acier tranchant. Sans oublier tes précieux desert eagle dont les balles sont empoisonnées.
Date d'inscription : 15/01/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: Broken Soul (Astrée)   Ven 6 Mai - 9:31

]
Cain & Astrée
Broken soul



Tu flirtais avec le vide qui se trouvait sous tes pieds.  Tu flirtais avec l'envie de sauter dans ce vide et de t'écraser quelques mètre plus bas. Tu flirtais avec l'envie d'en finir. Voilà quelques heures que tu avais reppris conscience. Perdue et déboussolée, tu avais mis quelques secondes avant de reconstituer les événements. L'attaque de ces créatures de la nuit. le rouquin. Ennemi, puis ami. Et finalement... Adam. Le vide, l'absence et la détresse t'avait submergé. Le souvenir d'une perte que tu ne te sentais même pas le droit de pleuré. Tu l'avais perdu, tu l'avais perdu comme tu avais perdu Ariana, tu l'avais perdu avant de pouvoir tisser les liens fraternels que tu avais toujours désirés. Tu l'avais toujours aimé. Tu les avais toujours aimé. Lui, elle, eux. Tu les avais toujours aimé sans avoir l'impression d'en avoir le droit. Et une fois encore, il s'étaient retrouvés, ensemble, ils s'étaient retrouvés, sans que tu ne puisses le rejoindre. A moins d'embrasser le vide, de t'écraser le crâne contre le tarmac. Ton existence était floue, irréel, indésirable. Ta vie n'avait pas le moindre sens, puisque tu étais condamnée à la souffrance de les voir partir les uns après les autres. Adam avait raison, vous étiez tous condamné, damné, alors pourquoi attendre une seule seconde de plus... Puisque c'était la seule issue.

Une présence écrasante et familière. Cain. Tu ne tournes même pas le regard vers lui, le regard plongé dans le vide. Tu n'es plus qu'une coquille vide, désirant ardemment rejoindre les enfers. Il s'installe à tes côtés. Son visage est défiguré par d'atroce brûlure, tu le vois sans le voir. tu es une bien mauvaise amie. Tu n'arrives même pas à être là pour lui. Et sa voix s'élève, t'arrachant définitivement aux pensées morbides qui ensevelissent ton âme. On est dans un sale état, hein. Physiquement, on pourrait presque croire que tu en est sortie indemne. Ton enveloppe n'a pas été touchée. tu demeure, poupée de porcelaine parfaite, à peine égratignée. L'âme et l'esprit sont brisés, mais personne ne peut réellement voir le néant s'emparer de ton regard. Peut-être que lui le pourrait, si seulement elle daignait le regarder, si seulement elle osait le confronter. Elle dresse un mur entre elle et le monde, incapable de l'affronter, incapable de partager sa détresse. Enfermée dans un mutisme imposé. Ils ont dit que sa redeviendrai certainement comme avant, même si la couleur ne sera peut-être pas tout à fait la même. Beaucoup trop de peut-être donc. Qui sait, je vais peut-être devoir apprendre à me maquiller. Sa voix, en réponse à ton silence. Sa voix, à laquelle tu n'arrives pas vraiment à t'accrocher. Tu n'es même pas certaine de comprendre ce qu'il est en train de te dire, comme aspirée par les méandres d'une vie dont tu ne veux plus. Tu sens son regard se poser sur toi, tu sens son regard peser sur toi. Il t’oppresse, sans le vouloir, bien au contraire. Et tu t'en voudrais presque, si seulement la moindre de tes émotions n'étaient pas enfoncée derrière une carapace imperméable. Tu sembles inaccessible. Tu n'as même pas envie de faire un petit sourire ? Même pour me rassurer un peu sur ce qu'il t'arrive mon bébé ? Bébé. Sobriquet qu'il t'a affublé bien des années auparavant et qui perdure. Mh. Ce sobriquet te rattache à la réalité. Adam est mort. Ta mâchoire se crispe, tu contiens les larmes. Tu craches cette vérité avec une telle froideur, une telle distance qu'elle en devient difficile à croire. Adam est mort. Cette vérité cruelle se répercute en toi, réveillant la blessure de la veille. La détresse, la rage et la colère grondent, menaçant d'exploser. Et pourtant tu demeure impassible, compressant les sentiments, les maintenant à l'intérieur, les ravalant... Pour mieux te détruire. Tu es une âme errante, en perdition, incapable d'affronter ce que tu ressens sans être prise par l'envie de mettre fin à ta misérable existence.



_________________
On a frolé la vie!
Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher. @Fight Club ≈ Grey's anatomy©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cain Killingworth
we hunt those who hunt us

avatar
Messages : 134
Pseudo : Weakness
Avatar : Austin Butler
Crédits : Junkiie
Double compte : Elric Marbh, Caleb Westfall
Âge : 18 ans
Statut civil : Célibataire
Armes de prédilection : Sniper
Date d'inscription : 07/03/2016

MessageSujet: Re: Broken Soul (Astrée)   Mer 1 Juin - 19:25


Astrée & Cain
Broken soul

Il est mort. Pour toi, il n'est qu'un nom dans une lettre, une personne connue à travers Astrée. Cette nouvelle ne te cause qu'un pincement au cœur. Tu sais ce qu'il n'est pas le premier de sa famille, tu connais l'histoire de cette sœur mordue comme ta mère, elle se termine de manière plus tragique que la tienne, quand on sait qu'une fois devenue loup le grand-frère a du achever sa soeur. Un grand chasseur à tes yeux, pour avoir eu la force de voir sa sœur devenir un monstre avant de la tuer et maintenant, lui-même à succomber aux bêtes, le mental ne suffit pas pour survivre. C'est ce que t'inspire cette nouvelle, la déception de n'avoir jamais rencontré ce chasseur. Mais elle, à cause de cette nouvelle, elle en crève en ce moment, d'une douleur semblable à celle que tout soldat de l'ordre ressent un jour, ce vide qu'on a tous ressenti en perdant quelqu'un. "Alors, c'est ça..." Tu lâches ça sans réfléchir, parce que la nouvelle est inattendu et semble si logique en même temps, puis qu'est-ce que tu peux dire de plus ? T'excuser ? Dire que tu es désolé et lui offrir toutes tes condoléances ? Quelle connerie. Tu craches sur ceux qui ont pensé t'aider en s'excusant, ceux qui croient que ça répare quelque chose de présenter ses condoléances. Non, tu ne peux rien faire pour elle, tu ne comprends même pas sa souffrance actuelle. Tu as connu une situation semblable avec ta mère, mais la douleur n'est pas la même, elle a perdu sa sœur et maintenant son frère. Sa famille semble s'effriter, un coup de vent pour tout faire disparaître, c'est la puissance du fléau des monstres.   Tout ce que vous pouvez faire, c'est pensé au vivant, croire que ceux encore là peuvent être sauvés et c'est tout ce que tu vas faire pour elle. "Rien de ce que je peux dire ne peut le ramener." Tu laisses le temps qu'elle digère le coup. "Tout ce que je peux certifier, c'est qu'il te reste l'ordre, je suis là aussi. En cas de besoin, n'hésite pas à demander." L'hôpital qui se fou de la charité, toi, celui qui craint ses faiblesses, celui capable de frapper toutes les personnes affirmant que tu es faibles pour leur prouver le contraire, toi, tu lui demandes de t'appeler en cas de besoin.  Parce qu'en ce moment, elle a besoin d'aide, tu sais à quel point on peut en avoir besoin, la douceur et la compassion ne sont pas des valeurs que ton père t'a apprit, c'est peut-être aussi pour ça que tu retires ton bras de son épaule, la laissant respirer posant tes bras sur tes genoux. Vous êtes préparé à faire face à la mort, à la voir arriver sur vous, mais pas à la voir vous arrachez des proches. Quelle merde, tu restes incapable de faire quoi que ce soit pour elle alors que tu vises le sommet, pourtant elle souffre et tout ce que tu peux faire, c'est lui dire que tu es là. Une maigre récompense, un écloper, celui qui a eu la chance d'échapper à la mort en ne perdant qu'une jambe et qui pourtant en est dévasté depuis des années. Tu n'es qu'un gamin bruyants, tu n'es qu'une boule de nerfs qui hurle à la vengeance, à l'envie de tous les éradiquer parce que tu n'as rien d'autre que la chasse. Comme résonnant à ta pensée, ta main ce glisse dans ta poche, poignant dans l'objet d'argent, cette balle unique que tu as fondu toi-même, le symbole de ton appartenance à l'ordre, au chasseur. "Tu comptes faire quoi maintenant ?" Tu es dur, tu poses les questions sur un ton mécanique, éloigné de cette réalité. Tu essayes d'aider, tu la prépares, demain elle va devoir se lever, ça paraît facile dit comme ça, mais demain va être pire et le suivant encore pire et celui d'après aussi jusqu'à accepter sa mort, jusqu'à pouvoir faire autre chose que de pleurer et tu comptes bien la poussée à faire autre chose. C'est pour ça que tu ne la laisses pas flancher, elle doit rester solide en ce moment de crise et se plonger dans la chasse, rien que la chasse. Si elle ne sait pas, tu es là pour l'aider à savoir que demain, elle va chasser, comme tous les autres jours de sa vie et ce, jusqu'à la fin. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Broken Soul (Astrée)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Broken Soul (Astrée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: le centre-ville :: Hôpital-