membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 18

MessageSujet: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   Jeu 14 Avr - 23:08

EVERYBODY WANTS TO RULE THE WORLD

 nephaël & siren
 
Il est de ces jours ou tu ne peux tout simplement pas en supporter plus. Il est de ces jours où tu te détestes tout particulièrement, où tu t’en veux de vivre, où tu estimes que tu serais mieux morte. Ces jours là, tu les passes dans le noir, dans ton lit, ou bien dans la forêt, seule, entourée par le bruissement des feuilles et éclairée par les rayons de la lune, comme si elle veillait sur toi alors qu’il n’en est sûrement rien. Ces jours là, la seule chose que tu peux faire, Siren, c’est penser. Te reprocher mille et un maux, avoir des pensées plus obscures qu’il ne le faudrait, songer à en finir. Aujourd’hui est l’une de ces journées noires, une de ces journées qui sera de toute manière nécessairement mauvaise puisque absolument rien de positif ne peut se passer alors que tu es dans un tel état d’esprit. C’est pour cette raison que tu n’as pas mangé, c’est pour cette raison que tu fumes cigarettes sur cigarettes et que tu t’empêches tellement de boire. Oui, c’est tout simplement parce que c’est l’un de ces jours où tu t’es levée du mauvais pied, et qu’on ne peut maintenant plus rien faire. Tu t’es donc traînée toute la journée, et maintenant que la soirée commence, tu ne comptes pas qu’il en soit de même. Etrangement, dans l’obscurité, tu t’es toujours sentie plus à l’aise alors il n’est pas tellement étonnant que tu décides d’aller te balader, allant naturellement à Glencullen, commençant par arpenter cette forêt que tu connais par cœur, pour avoir passé tellement d’années à t’y cacher, lorsque tu jouais dans l’innocence de l’enfance, avant que ta vie entière ne bascule dans le monde de la magie. Pourtant, même si la magie a totalement bousculé ton monde et tes convictions, tu es heureuse de te sentir plus puissant grâce à elle, et elle est une sorte d’échappatoire à tes yeux, même si tu détestes certaines facettes de ce que tu ne cesses de considérer comme un don.

Quand tu vas mal, quand tu ne sais pas quoi faire, il n’y a qu’un seul endroit où tu peux aller, qu’une seule personne à qui tu sais que tu peux tout raconter : Nephaël. Même si tu es très proche de ton géniteur, il ne sait pas tout de toi et sait encore moins ce qui te torture le plus, à savoir cette enfant à laquelle tu as donné la vie huit ans plus tôt, cette enfant que tu as abandonné à une famille que tu ne connaissais pas, ayant l’utopie qu’elle serait plus heureuse ailleurs. Maintenant, tu regrettes, ton égoïsme te ronge, et tu ne supportes pas ce sentiment ; tu n’es pas égoïste, tu ne l’admets pas. Simplement, cette enfant n’était pas prévue, tu ne pouvais pas l’accueillir, tu étais trop jeune, donc tu as fini par choisir la voie de la facilité. Seulement voilà, tu aurais tellement aimé réfléchir davantage. Tu aurais tellement aimé garder contact avec elle, même sans te présenter directement comme sa génitrice biologique. Tu aurais tellement aimé voir cet enfant grandir que maintenant, tu te détestes et tu ne peux même pas le raconter à n’importe qui, puisque tu as tenu cette grossesse la plus secrète possible, n’étant pas tellement fière de t’être fait avoir. A pieds, parce que tu as besoin de sentir l’air frais sur ta peau, dans tes cheveux, tu vas chez ton cousin. Comme à ton habitude, tu entres, faisant comme chez toi, parce que tu n’s jamais fait particulièrement attention à frapper, comme le font pourtant les personnes normales ; A tes yeux, chez Neph, c’est comme chez toi, et c’est pour cette raison que tu n’as pas frappée. Cependant, en entendant les gloussements d’une femme, tu te crispes et restes dans le salon. Tu te montres néanmoins bien bruyante, allant jusqu’à hausser la voix pour te faire entendre par ton salaud de cousin. NEPHAËL ! Tu cries presque, douée pour donner des ordres que tu es, attendant que ton cousin daigne te porter de l’attention sans pour autant aller dans sa chambre à coucher. Vires cette traînée. Maintenant. Ordre sec qui claque sur ta langue, poings serrés, tu te retiens pour ne pas faire une scène devant l’autre péripatéticienne, comme on dit.


 
acidbrain

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephaël Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 218
Pseudo : cranes for spidey (not so serious).
Avatar : matthew gg.
Crédits : viceroy.
Double compte : snezhana bitch volkov.
Image :
Âge : 28 y.o.
Statut civil : plus habitué aux prostituées qu'aux femmes qui l'ont choisi pour sa resplendissante personnalité.
Occupation : flic pourri.
Élément : l'air. un coup de vent et l'homme vous étrangle sans avoir eu à souiller ses mains.
Don : guérisseur, un don à l'opposé de sa personnalité qui lui permet pourtant d'acquérir un pouvoir encore plus malsain sur les autres.
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   Ven 29 Avr - 7:08


siren & nephaël
Look at me when I'm talkin' to you. You looking at me but I'm lookin' through you. I see the blood in your eyes, I see the love in disguise. I see the pain hidden in your pride. I see you're not satisfied.

Boulot. Dodo.
Alcool. Café. Boulot. Clope. Dodo.
Alcool. Café. Boulot. Café. Illégalité. Clopes. Dodo.
Alcool. Café. Boulot. Café. Illégalité. Prostituées. Clopes. Nuits courtes.
Alcool.  Café. Flicaille. Café. Truand. Violence. Alcool. Clopes. Baiser. Alcool. Comatose.


Quelle absurdité ta routine. Tout est toxique dans ta vie. Du matin au soir ou plutôt du lever au coucher aux horaires aléatoires tout est un non-sens aux couleurs d’ultra violence. Portant ta haine toute la journée pour cracher le venin sur les innocents comme les coupables. Trouvant l’amour chaque soir sur un trottoir entre des jambes parées de bas troués. Le tout arrosé de liqueur noyée dans le café. Tu as tout de la lie de la société. Pourtant ce n’est pas pour ça que c’est absurde. Ce train-train est aberrant parce qu’il n’a aucune raison d’être. Ton seul démon s’appelle Marianna et il est bien petit à noyer, tu n’as pas besoin d’un océan d’alcool pour l’oublier.
Alors pourquoi ?
Tu sais, je comprendrais si quelque part tu pensais pouvoir y trouver le bonheur. Ce serait fou de ta part d’attendre que ça marche mais si il y a la moindre chance, pourquoi ne pas le tenter ? C’est tomber amoureux ou prendre des drogues, ça finira très probablement en cœur brisé ou en addiction mais sait-on jamais, ça peut arranger les choses. On dit que Van Gogh mangeait de la peinture jaune malgré sa toxicité dans l’espoir que tapisser ses organes de cette couleur positive le rende un peu plus heureux. Cette folie-là a du sens à mes yeux. Le bonheur n’a pas marché avant alors tu aurais pu te dire que les filles de joie, l’argent même sale et la bouteille ont une réputation d’égayer les esprits et essayer la recette. Sauf que tu ne crois pas au bonheur. Tu ne le recherches pas, tu y es indifférent. Ce n’est même pas un désir de mort.
Alors pourquoi putain ? Pourquoi ?
Parfois il n’y a pas de raison, pas de parfaite explication pour satisfaire la curiosité des gens qui restent sur le côté de la route regarder l’accident de train qu’est ta vie. Pas de passé tragique, de grande motivation profonde ou nihiliste. Tu as choisi ton propre chemin et tu as choisi de la merde. Tant pis, tant mieux, qu’importe, tu y es, c’est absurde mais voilà, au moins tu sais où tu en es. Tu es une ordure, un meurtrier, un des pires connards qu’on puisse trouver dans le coin. La seule personne qui te verra jamais comme quelqu’un de bien c’est ton chien. On peut pas dire que ce soit un accomplissement dans ta vie. Même ceux qui t’aiment le savent que t’es pourri jusqu’à la moelle, leur amour est presque une simple obligation contractuelle. Ou alors ils aiment les seules cellules de ton corps qui ne sont pas encore corrompues. Dieu sait qu’elles sont peu nombreuses.

Ta conquête de ce soir s’appelle… Attends… Oui, Aoife. Une blonde que tu aimes bien. De toutes façon tu as l’habitude de souvent payer pour les mêmes filles, tu ne les prends juste pas souvent plusieurs fois de suite. Etrangement tu connais tous leurs noms et tu t’en souviens. Bien plus que quand ce sont des filles que tu ramasses dans des bars ou boîtes. Vous avez tous les deux bu, elle moins que toi. Elle n’est pas alcoolique. Beaucoup de prostituées le sont, il y a aussi quelques junkies mais elle n’en fait pas partie. Tu sais qu’elle a une fille qui a cinq ans et qu’elle travaille aussi à mi-temps de jour dans un café. Tu connais bien la plupart de ces femmes, ce n’est pas l’anonymat qui te motive dans le fait de recourir à des travailleuses du sexe mais la simplicité de la relation et de la procédure. Et tout se passe bien, comme tous les soirs ou presque.
Jusqu’à-ce que tu entendes la porte claquer. La porte que tu as verrouillée. Un voleur ne ferait sans doute pas autant de bruit alors c’est forcément quelqu’un qui a un double. La liste n’est pas si longue. La voix qui t’engueule te permet de déterminer immédiatement à qui tu as affaire. Putain de Siren. « Vire cette traînée. Maintenant. » Tu serres les mâchoires en te retirant et séparant de la blonde. Toi aussi tu sais gueuler, ça fait partie de tes spécialités. « Shut the fuck up Siren, don’t call her that. » « Ta gueule Siren, l’appelle pas comme ça. » Pour autant tu te plies aux désirs de ta cousine. Malgré le respect que tu as pour les prostituées qui passent dans ton lit, elle passe bien avant elles. Elle attendra néanmoins quelques minutes. Tu enfile caleçon et pantalon et sors de la chambre sans jeter un regard sur la rousse dans le salon, traversant la pièce pour aller jeter la capote dans la poubelle de la cuisine. De là, alors que tu te laves les mains, tu soupires. « Staying on the couch and cuddling with the dog for a while wasn’t enough was it? You know you’re a pain in my arse sometimes? » « Rester un peu sur le canapé avec le chien ça te suffisait pas hein ? Tu sais que tu me casses les couilles des fois ? » Lorsque tu reviens dans le salon Aoife s’est rhabillée et s’apprête à filer. Tu lui ouvres la porte. « Sorry about that, we’ll do this another night. Be safe out there love. » « Désolé, on fera ça un autre soir. Fais gaffe à toi dehors, love. » Tu l’embrasses sur les lèvres avant qu’elle ne se casse et que tu fermes à clé derrière elle. Tant pis si ta flamboyante cousine est énervée par le temps que tu prends, honnêtement si elle vient faire chier sans prévenir elle peut au moins te laisser quelques minutes pour mettre tes affaires en ordre, elle n’a pas son mot à dire. Enfin tu te retournes vers elle, l’énervement passé. Tu t’approches pour la serrer dans tes bras. « What’s wrong Rapidash? » « Qu’est-ce qui va pas Galopa ? » Peut-être que tu devrais arrêter de l’appeler comme un pokémon, vous n’y jouez plus ni l’un ni l’autre. Tu vas t’asseoir sur le canapé, attendant qu’elle se pose à ta droite puisque ta gauche a été immédiatement envahie par Méphisto. Chez toi il n’y a pas de règle bannissant le meilleur ami de l’homme du sofa. Tu t’allumes une cigarette en attendant les explications, elle vient rarement te hurler de virer les prostituées à cette heure-ci quand elle est de bonne humeur. 

_________________

- aux portes de l'enfer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 18

MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   Dim 1 Mai - 21:16

EVERYBODY WANTS TO RULE THE WORLD

 nephaël & siren
 
Tu n’as pas l’habitude de t’incruster dans la vie des gens, pas ainsi en tout cas. Et pourtant, aujourd’hui, tu n’as pas hésité. En quel honneur ? Excellente question, toi-même tu ne le sais pas vraiment. Mais voilà, tu es venue chez Nephaël, tu n’as pas vraiment réfléchi. Sûrement qu’il était occupé, seulement voilà, la famille avant tout, qu’on dit. Comme un frère pour toi, tu t’es toujours très bien entendue avec l’homme, bien mieux qu’avec n’importe qui. Il est le seul qui sait tout de tes états d’âmes, et il est le seul chez qui tu oserais te rendre, même si la porte est fermée, preuve que tu n’es pas véritablement la bienvenue. Non, tu veux être la bienvenue, tu ne veux pas lui laisser le choix, clairement. Tu t’imposes comme tu sais le faire ; si tu as décidé que ta soirée se passerait chez Neph, personne ne pourra te forcer à ce que cela se passe autrement, et certainement pas une porte verrouillée. Insérant la clé dans la serrure de chez ton cousin et écoutant le cliquetis familier qui prouve que tu as déverrouillé cette porte, tu entres comme si tu étais la propriétaire des lieux, alors que c’est bien loin d’être le cas. Sachat que ton cousin est là, et sûrement accompagné, un ordre sec claque sur ta langue. Et pourtant, qui es tu pour lui ordonner quelque chose ? Absolument personne, la voilà la réponse. Et pourtant, tu es sûre qu’il va t’écouter, parce qu’il sait que non, tu ne viendrais pas chez lui de la sorte sans absolument aucune raison. Shut the fuck up Siren, don’t call her that. Tu restes dans le salon, te moquant bien de ce que l’homme peut bien avoir à te dire. Surtout que tu le vois bien rapidement sortir et que tu souris, te concentrant néanmoins sur le chien que tu caresses, assise sur le canapé, attendant patiemment que ton cousin daigne virer la traînée qui est très probablement dans son lit. Tu souris en caressant l’animal, espérant que Nephaël va néanmoins se dépêcher. Staying on the couch and cuddling with the dog for a while wasn’t enough was it? You know you’re a pain in my arse sometimes? Tu ris et le regardes. Non, tu ne comptais pas attendre, parce que tu n’es pas patiente, que tu ne l’as jamais été et que de toute façon, ton cousin s’exécute, alors à quoi bon? Voilà tout, il ne se tapera pas l’une de ses prostituées pour un soir, ce n’est pas si dramatique. Dépêches toi, au lieu de râler. Tu affirmes en pinçant les lèvres, le regardant aller raccompagner sa traînée jusqu’à la porte comme si elle avait une quelconque importance ; une fille de joie que l’on paie pour se sentir moins seule, rien de plus, tu en es certaine, et pourtant, il la traite avec respect, au moins. Sorry about that, we’ll do this another night. Be safe out there love. Tu lèves les yeux au ciel et détournes le regard avec une moue dégoûtée ; tu n’as décidemment pas besoin de le voir bécoter sa pute, tu n’as pas vraiment envie de voir ça, puisque ça te dégoute, les petits gestes de ce genre. C’est ce qui te répugne facilement, et c’est ce qui fait que tu passes bien souvent pour une coincée et que tu n’as pas d’aventure, Siren. Tu es bien trop platonique dans tes relations, voilà tout. Tu t’es levée et, bras croisés sur ta poitrine, regardant dans la pièce de vie, tu attends que cette fichue porte se ferme, tout simplement. What’s wrong Rapidash? Il vient t’enlacer et cette fois tu lui rends son étreinte, sincèrement contente de le voir. Il s’assied et tu en fais de même, blasée. Tu ne sais même pas par où commencer, tu te sens tellement idiote d’être venue directement. Qu’est-ce qui ne va pas ? Pour commencer, tu n’es pas un pokémon, et encore moins une jument. Tu le regardes en souriant en coin, essayant au passage de te remonter le moral. C’est toi le pokémon, vas. Tu peux trouver mieux qu’un cheval, en plus ! Tu dis en le bousculant alors qu’il fume sa clope et que toi, tu fronces le nez parce que tu détestes cette odeur, c’est plus fort que toi. Tout va mal, comme d’hab. Sinon je serais pas là, tu t’en doutes, non ? Tu dis en soupirant, lui prenant finalement sa cigarette des mains pour tirer dessus, souvenir d’une époque où tu étais un peu moins calme, posée et il faut se le dire, coincée, que tu ne l’es maintenant. Je repensais à la petite. Pas besoin de préciser, sûrement qu’il comprendre. Nephaël est l’un des rares à savoir l’existence de cette enfant, à savoir ta fille, âgée de sept ou huit ans aujourd’hui. Tu le regardes, soupirant. J’me demande où elle est. Si elle est tombée sur des tarés, si j’aurais pas mieux fait de la garder. Si je devrais pas aller la chercher et la récupérer. Et… J’avais personne à qui en parler, tu sais pourquoi. Tu affirmes en faisant la moue, te levant pour aller ouvrir le frigo et en sortir deux bières, dont une que tu lui tends, puis une que tu ouvres à l’aide de son briquet. T’en dis quoi, toi ? Tu demandes à l’homme.




 
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephaël Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 218
Pseudo : cranes for spidey (not so serious).
Avatar : matthew gg.
Crédits : viceroy.
Double compte : snezhana bitch volkov.
Image :
Âge : 28 y.o.
Statut civil : plus habitué aux prostituées qu'aux femmes qui l'ont choisi pour sa resplendissante personnalité.
Occupation : flic pourri.
Élément : l'air. un coup de vent et l'homme vous étrangle sans avoir eu à souiller ses mains.
Don : guérisseur, un don à l'opposé de sa personnalité qui lui permet pourtant d'acquérir un pouvoir encore plus malsain sur les autres.
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   Mar 3 Mai - 14:23


Si il y a bien une personne à qui tu puisses pardonner une intrusion aussi grossière c’est Siren. Siren c’est presque une sœur, bien plus proche de toi en âge que ton frère ou tes sœurs – ta sœur, rappelle-toi, Mari ne compte plus – vous avez grandi sans vous soucier de n’être que cousins. Vous êtes au moins aussi proches que les jumeaux ne le sont si ce n’est plus. Tu es le seul à tout savoir d’elle et de ses déboires d’adolescence. Hell, tu l’avais même aidée à ce sortir de toute cette merde, tu avais été une béquille. Sa seule béquille. Alors quand elle frappe – bon, ouvre avec sa propre clé – à ta porte même si c’est au mauvais moment, tu laisseras tomber tout ce que tu es en train de faire pour l’écouter parce que c’est comme ça. Puis tu te doutes bien qu’elle n’est pas passée juste parce que l’idée d’être un cockblock la faisait rire. Si la rousse a ramené ses fesses c’est qu’elle avait un besoin pressant de tes oreilles voire de tes conseils voire de ton aide physique. Alors tu fais pas chier, tu râles pour la forme et tu lui donnes ce qu’elle veut. « Dépêche-toi, au lieu de râler. » Oui bon faudrait pas non plus qu’elle abuse la gueuse, tu es bien magnanime déjà, elle ne va pas en plus t’empêcher de mettre tes affaires en ordre avant de la recevoir. Tu ne lui prêtes donc pas la moindre attention tout en sachant bien que dans ton dos elle lève les yeux à la vue du baiser. Ce n’est pourtant pas comme si tu étais mièvre, ce baiser n’est pour toi porteur d’aucune affection particulière. Tu trouves simplement agréable l’acte d’embrasser quelqu’un alors tu le fais. Elle ne va pas en plus te le reprocher. Tu ne lui en veux pas de ce trait de caractère mais ta douce cousine est un peu coincée physiquement parlant. Elle ne l’a pas toujours été mais maintenant c’est comme ça. Tu es la salope elle est la prude. Néanmoins elle te rend ton étreinte sans hésiter. Ce canapé sera votre confessionnal. « C’est toi le pokémon, va. Tu peux trouver mieux qu’un cheval, en plus ! » Tant que tu es un pokémon classe ça peut t’aller. Enfin, à part toute cette histoire d’être emprisonné par des adolescents dans une balle minuscule et être forcé à combattre tes pairs sans qu’ils ne t’aient jamais rien fait. Heureusement, les pokémon ça n’existe pas. « Come on, it’s not about the horse, it’s about the fiery mane. I’m changing my mind, after years of calling you Rapidash you’re gonna become Slowpoke. » « On s’en fout que ce soit un cheval enfin, l’important c’est la crinière enflammée enfin. J’ai changé d’avis, après des années à t’appeler Galopa tu vas être rétrogradé à Ramoloss. » C’est un des rares jeux vidéos auxquels tu aies joué et tu le connais sur le bout des doigts alors tu peux lui sortir tout le bestiaire. Il est cependant probable qu’elle est capable de la même chose, ce n’est donc pas si impressionnant.

Elle te vole ta cigarette le temps de quelques taffes. « Tout va mal, comme d’hab. Sinon je serais pas là, tu t’en doutes, non ? » Je me doute aussi qu’elle a tendance à exagérer un peu, tout ne peut pas aller mal. Tu acquiesces cependant en reprenant ton bâton de cancer de ses doigts. Tu ne dis rien, fumant tranquillement. Elle va bien tout déballer, ce serait étrange que tu aies à la forcer. « Je repensais à la petite. » Ah. Ce n’est pas si étonnant que ça au final, elle y pense souvent. A sa place tu y penserais sans doute autant, avoir un enfant sans le connaître ce n’est pas rien, surtout quand on l’a porté. Tu adorerais être oncle mais tu n’aurais pas adoré voir la vie de ta cousine détruite à cause de cela. Même si elle aurait eu de l’aide pour l’élever tout aurait été tellement plus dur. Sentant sa détresse, Méphisto se fraie un chemin sur tes genoux pour pouvoir poser ton museau sur ceux de la rousse. C’est plutôt génial ces bestioles, tu ne sais pas ce que tu ferais sans ce chien. « J’me demande où elle est. Si elle est tombée sur des tarés, si j’aurais pas mieux fait de la garder. Si je devrais pas aller la chercher et la récupérer. Et… J’avais personne à qui en parler, tu sais pourquoi. » Le pire de sa grossesse et de sa décision était sans doute de ne pouvoir en parler à presque personne. Elle a dû faire son deuil quasiment seule, sans le moindre doute la chose la plus dure de sa vie. Elle doit se demander tous les jours où elle est, comment est sa vie, si elle a hérité de ses cheveux ou de son caractère de merde… Elle se lève, fait comme chez elle et te file une bière. Tu hoches juste un peu la tête en remerciement. « T’en dis quoi, toi ? » Beaucoup de choses. Tu lui tends ta cigarette et caresses distraitement la fourrure de ton retriever d’une main. Récupérant ton briquet tu ouvres la bière et en prends une goulée. « What I say is I was gonna get us some whisky but I guess beer'll be enough for now. » « J'en dis que j’allais nous servir du whisky mais que la bière suffira pour l’instant. » Calme ton alcoolisme très cher, le whisky ça coûte cher dans ce pays de merde. « You know they run background checks for adopting families especially for babies, not like foster homes so it's unlikely she ended up in a bad place. » « Tu sais, ils font des recherches quand même sur les familles pour l’adoption surtout pour les bébés, c’est pas comme les familles d’accueil alors il y a peu de chances qu’elle ait fini dans un mauvais endroit. » Une pause, une gorgée de bière. « But what I say is if you wanna go and get her I'll help you find her and I'll follow you to the other end of the world to bring her back if that's what it takes. But I doubt we'll need to. I think mostly you need to talk about it to realise your worries are most likely unfounded. » « Mais j’en dis que si tu veux aller la chercher je t’aiderai à la trouver et je t’accompagnerai jusqu’au bout du monde pour aller la récupérer si il le faut. Mais je doute qu’on en vienne à ça. Je pense que t’as besoin d’en parler pour te rendre compte que tes inquiétudes sont sans doute infondées. »

_________________

- aux portes de l'enfer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Siren Morgenstern
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 76
Pseudo : beating heart aka jade
Avatar : Rose Leslie
Crédits : beating heart (a)
Image :
Âge : vingt-sept années, tu approches de la trentaine et tu détestes ça.
Statut civil : éternelle solitaire, tu aimerais pourtant finir par te caser, mais ça voudrait dire perdre le contrôle.
Occupation : criminaliste, tu travailles à Dublin généralement, mais ton emploi peut t'amener à te déplacer dans les environs.
Élément : la légèreté d'une plume atterissant en douceur au sol; ton élément est l'air.
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 18

MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   Sam 7 Mai - 18:29

EVERYBODY WANTS TO RULE THE WORLD

 nephaël & siren
 
Tu rends son étreinte à ton cousin, que tu as toujours davantage considéré comme un frère à tes yeux, en étant bien plus proche que ta véritable fratrie malgré tout. Presque du même âge, avec des caractères bien différents, vous êtes néanmoins on ne peut plus proches, presque complémentaires. S’en est surprenant, quand on te connaît, et pourtant, c’est bel et bien le cas. Tu es très proche de Neph et il est le seul à connaître véritablement tous tes secrets, tout ce que tu t’es évertuée à cacher à ta famille pour ne pas leur montrer que tu avais perdu le contrôle et que tu étais donc indigne de la confiance que ton père place en toi. Ravie, tu te réfugies donc, même si ce n’est que pour un instant, dans ses bras, juste le temps de reprendre un semblant de contenance, juste pour pouvoir le regarder et lui répondre tranquillement en râlant parce qu’il t’appelle comme un pokémon. Come on, it’s not about the horse, it’s about the fiery mane. I’m changing my mind, after years of calling you Rapidash you’re gonna become Slowpoke. Tu ris et lui donnes un coup de coude. Ce Pokémon est l’un des plus ridicules à tes yeux, en tout cas. Je sais que t’es jaloux de mes cheveux parce qu’ils sont trop beaux, pas la peine de mentir. Et m’appelles plus jamais Ramolosse ou je te jure que tu va le sentir passer. Tu lui promets sur le ton de la menace alors que c’est totalement faux puisqu’il est clair que tu ne ferais rien susceptible de blesser l’homme. Après lui avoir raconté ce qui te tracasse, une fois de plus, tu attends. Tu ne sais pas quoi ajouter, alors tu le regardes ouvrir sa bière et tu l’imites aussitôt qu’il a lâché son briquet. What I say is I was gonna get us some whisky but I guess beer'll be enough for now. Tu lèves les yeux au ciel. Tu sais bien que Neph est un peu plus buveur que toi, et que lui passerait directement à plus fort. You know they run background checks for adopting families especially for babies, not like foster homes so it's unlikely she ended up in a bad place. Tu sais qu’ils vérifient, oui, mais c’est ta fille, donc tu ne parviens pas à être rationnelle, Siren. Tu ne parviens pas à penser correctement, tu ne parviens pas à te convaincre qu’elle est en sécurité. But what I say is if you wanna go and get her I'll help you find her and I'll follow you to the other end of the world to bring her back if that's what it takes. But I doubt we'll need to. I think mostly you need to talk about it to realise your worries are most likely unfounded. Infondées? Sûrement qu’elles le sont, tes inquiétudes, mais tu ne parviens pas à l’accepter. L’idée d’aller la récupérer avec ton cousin de tente, bien plus que tu ne peux te le permettre. Mais ça impliquerait de la faire vivre avec toi, de faire appel à un instinct maternel dont tu ne disposes pas, et aussi d’avouer à ta famille que tu leur as menti. J’aimerais aller la récupérer, ou au moins la retrouver. Mais tu sais que personne sait, et je veux que personne sache. Je serais vue comme une menteuse après. Tu renifles de mépris, énervée contre toi-même. Si tu n’avais pas tout caché à tes parents par fierté, sûrement que tu ne serais pas dans cette situation, ça ne fait même aucun doute. La clope que ton cousin t’a donnée à tes lèvres, tu tires longuement dessus et souffles la fumée, soupirant. Tu le regardes et poses le cancer ambulant dans le cendrier, caressant la tête du retriever de ton cousin en souriant tristement. T’imagines, ça se trouve elle est chez des loups… Ou alors dans une famille super croyante, et elle est pas heureuse… Tu affirmes en attrapant ta bière pour la boire, la finissant bien rapidement. Je crois qu’on va se bourrer ce soir aujourd’hui, tu en dis quoi ? Tu demandes à ton cousin avec un petit sourire, espérant changer de ce sujet qui te fait culpabiliser.
acidbrain

 

 

_________________
For the people who walked here before, to the ghosts and all that they saw, lost forever now and forever more. If you had the breathable speech, so we could learn how you could teach is what we will never know at the prize of our souls.tribes
Siren

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)   

Revenir en haut Aller en bas
 

everybody wants to rule the world. (nephaël & siren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: le centre-ville :: Habitations-