membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 what if i fall? (elijah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nyx Westfall
we hunt those who hunt us

avatar
Messages : 111
Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
Avatar : teresa oman.
Crédits : mon bae (velvety.)
Double compte : nolan et leith, les deux bg.
Âge : enfant à peine sortie de l'adolescence, future jeune femme qui grandit, s'épanouit. elle a dix-huit ans, mais rêve de grandir plus vite, trop vite.
Statut civil : enfant sauvage, solitaire. nyx est célibataire. elle protège son cœur, ne veut pas être blessée ou déçue, mais cherche désespéramment la chaleur humaine, le réconfort d'une étreinte.
Occupation : étudiante en première année à l'université de dublin. elle suit des études de littérature, passionnée par les lettres et les mots.
Armes de prédilection : une belle collection de dagues, toujours à sa taille. quelques unes légèrement plus longues, mais aussi des dagues de jet ainsi qu'un stylet, dont elle se sert pour infliger les blessures les plus mortelles.
Date d'inscription : 14/03/2016

MessageSujet: what if i fall? (elijah)   Mer 13 Avr - 23:33




what if i fall?
but if i sit in the rain maybe i can drown in something other than my own thoughts


La lame effleure la glace, laissant derrière elle un léger sillon. Elle prend son élan, se concentre, avant de s'élancer dans les airs. Elle voltige, tourne telle une ballerine qui n'aurait plus les pieds sur terre. L'espace de quelques milli-secondes, elle a l'impression de voler. Elle se sent libre, tel un oiseau. Pas d'encrage, aucune attache. Ses jambes se plient tandis qu'elle se réceptionne comme on lui a toujours appris, avec la grâce qui lui est propre. Un sourire vient éclairer son visage alors qu'elle s'arrête au centre de la piste, son regard se posant sur son entraîneur. « God, I dit it. I fucking did it. » Nyx ne peut camoufler sa joie. Voilà plus d'une heure qu'elle s'entraîne, que les pirouettes et les attitudes se suivent sans trop de soucis, qu'elle exécute les mouvements qu'on lui ordonne de faire. Jusqu'au moment du flip qui lui résiste. Elle enchaîne les chutes, se relève à chaque fois, persiste. Une mentalité qu'elle a  adopté au fil des années, à force d'entraînements qui se sont parfois terminés en larmes. Bien sûr que ça n'est pas facile, mais ça la fait se sentir bien. Et la jeune femme souhaite en profiter aussi longtemps qu'elle le peut. Avant de ne plus avoir le temps, avant d'être obligée de changer de voie, peut-être. La petite brune tourne sur la glace encore quelques minutes, observant les autres élèves s'exercer à leur tour, avant d'enfin quitter la patinoire. Elle se sent exténuée, comme après une session d'entraînement réussie. Tous les muscles de son corps se détendent tandis qu'elle avance vers le vestiaire. C'est agréable, de se sentir vider de toutes les frustrations et émotions négatives accumulées. La jeune femme ne connaît pas de meilleur exutoire que le patinage. Lorsqu'elle est ici, elle oublie tout. Théia, sa mère, les loups, la chasse, les cours. Elle fait le vide et se concentre uniquement sur l'essentiel. Et à la simple pensée de retourner chez elle, de retrouver cette maison qu'elle considère comme sa propre cage dorée,  Nyx sent son estomac se nouer. Elle a appris à détester cet endroit, à haïr la façon dont il la fait se sentir. Comme si elle n'avait aucune valeur. Rien de ce que l'adolescente a pu faire n'a jamais compté. Les bons résultats, les médailles et les honneurs, rien n'a jamais pu égaler la magnificence de Théia. La brune s'est fait une raison désormais, elle s'y est habituée, mais n'arrive toujours pas à se sentir à l'aise dans cet univers. Assise sur le banc, ses doigts s'affèrent à démêler les lacets de ses patins. Rapidement, elle les enlève, les essuie et les range dans son grand sac. Des gestes qu'elle a l'habitude de répéter, qu'elle effectue sans même y réfléchir. Un automatisme, une routine réconfortante. Enfilant un pull fin par-dessus son débardeur, elle ne prend même pas la peine d'ôter le legging qui lui servait de tenue pour l'entraînement pour se vêtir de quelque chose de plus convenable. Après avoir revêtu son blouson, Nyx lance son sac sur son épaule et prend la direction de la sortie. Chaque pas lui donne l'impression de marcher sur des nuages. Elle ne sait pas comment décrire cette sensation qu'elle a lorsqu'elle ôte ses patins. Elle se sent légère, presque comme si elle flottait. La jeune femme pousse la lourde porte qui mène à l'extérieur, avant de s'arrêter sous le auvent qui protège l'entrée de la patinoire. Des trombes d'eau qui tombent, qui trempent les rues de Dublin, qui donnent un air maussade à la ville. Un soupir échappe des lèvres de la brune tandis qu'elle observe les passants presser le pas sous leurs parapluies. S'appuyant contre l'un des murs, Nyx sort un paquet de cigarettes de la poche de sa veste. Un joli paradoxe, sortir d'une heure et demi d'effort physique pour se tuer la santé avec du tabac. D'ordinaire, la chasseuse n'est pas une grande fumeuse, mais elle ressent le besoin de se donner un peu de courage pour affronter le chemin qui la sépare de chez elle. Un mouvement dans la périphérie de sa vision attire son attention. Son regard se pose sur la silhouette qui se tient près d'elle tandis qu'elle allume sa cigarette. La surprise s'empare de son visage alors que ses iris croisent ceux de l'homme. Elle le connaît, mais le voir ici est inattendu. Morgenstern, ou Elijah comme Nyx se plaît à l'appeler auprès de ses amis. Les souvenirs d'une discussion datant de quelques jours lui reviennent en mémoire. Elle avait fièrement levé à la main alors qu'il avait demandé à tous les élèves si certains pratiquaient ce sport. Et à la fin du cours, ils en avaient discuté brièvement. Elle lui avait fait part de ses horaires d'entraînement, sans vraiment y croire. Plus une information lancée dans le vent qu'un véritable désir d'attirer l'attention. Et pourtant il est là, devant elle. La brune se sent stupide en réalité. Un sourire vient étirer ses lèvres, comme un mécanisme de défense, pour parfaire la carapace qu'elle s'est construite au fil des années. « Hi. That's quite surprising to see you here. » Au fond, elle le savait. Durant l'entraînement, son regard s'est posé durant quelques secondes sur les gradins. Elle a cru reconnaître cette silhouette sans vraiment s'attarder dessus. Ça n'était tout simplement pas possible à ses yeux. Et pourtant. Nyx tire sur sa cigarette, laissant son regard s'attarder sur son professeur. « I wasn't at my best today. » Elle ressent soudainement le besoin de se justifier, le besoin d'expliquer ses chutes. Consciente qu'on l'observait, qu'on la jugeait, elle n'est plus si fière d'elle désormais. Toujours la même histoire, toujours la même rengaine qui la déchire, qui lui mine le moral. Elle aurait pu faire mieux, elle aurait faire mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah Morgenstern
humanity in our veins

avatar
Messages : 55
Pseudo : songbird, chloé
Avatar : nikolaj coster-waldau
Crédits : ganseys. (clari bb)
Double compte : saoirse o'callaghan la bg de la night
Image :
Âge : quarante-deux ans
Statut civil : l'anneau à son doigt le veut marié, mais il s'égare auprès de jeunes demoiselles
Occupation : professeur de littérature à l'université de Dublin
Date d'inscription : 13/03/2016

MessageSujet: Re: what if i fall? (elijah)   Mar 26 Avr - 17:18


nyx, elijah ◊ ”Strongest taste, Loudest drop, head is filled, the thought unlocked. You'd be thirteen, I'd be thirty-five, Gone to find a place for us to hide.”

Elijah avait toujours été passionné de sport, en plus d'art. Il y avait toujours eu cette aura spéciale autour des sportifs, quelque chose d'indescriptible qui l'envoûtait complètement – il se fichait pas mal des footballeurs ou du basket, mais il y avait ce quelque chose dans les sports artistiques sur lequel il n'arrivait pas à mettre de mots. Il aimait la grâce qui se dégageait des gymnases, il se laissait emporter par les émotions face à une belle danse, il enviait la poésie des patineurs. Et dès que son regard s'était posé sur eux, c'était fini : il voulait en être. Il avait supplié tant et tant de fois ses parents de l'amener à la patinoire, ses petits pas et ses grandes chutes envahissaient la moindre étendue gelée, peu importe où ils étaient – si bien que ses parents avaient prit l'habitude de fuir dès qu'ils apercevaient un panneau indiquant une patinoire à proximité. Elijah y restait aussi longtemps que possible, chaque mercredi et samedi, de ses cinq ans à la fin de ses études.
Il avait réussi, au cours des années, à ressentir cette légèreté, celle qu'il avait tant envié. Il avait par moments eu cette poésie lui aussi, il avait senti cette grâce qui l'emportait d'un bout à l'autre de la glace. Elijah ne se sentait jamais plus libre que ses patins aux pieds, et sa partenaire au bout du bras. Il laissait ses soucis dans les gradins, laissait tout et – dieu, que cette liberté-là lui manquait.
Ça faisait plus de vingt ans qu'il n'avait pas patiné pour autre chose qu'accompagner Seres et Luan. Il n'avait plus volé depuis trop longtemps, il n'avait plus rêvé depuis des millénaires, et dès que l'idée de remonter sur des matins lui montait à la tête, il ne pouvait plus s'en défaire. C'était presque une obsession, qui l'empêchait de plus en plus de respirer au fil des années. Et il avait craqué.
C'était l'avantage d'être professeur de littérature: avec de nouveaux élèves chaque année, il pouvait aborder tous les sujets possibles et imaginables. Il pouvait trouver un rapport ou un autre selon ses envies, changer du tout au tout si ça lui prenait un jour. Bien injuste pour les étudiants qui ne voyaient de toute façon rien dans les phrases qu'on leur faisait analyser, mais une liberté des plus agréables pour lui. Alors il lui prenait de parler de tout, et les sujets fusaient parfois – son obsession aidant, il avait décidé de lier la thématique de l'un de ses cours au patinage. Lui-même n'était pas sûr de savoir comment il avait réussi, mais il l'avait fait. Et étonnamment, le sujet avait prit. Elijah s'était assis sur le bord de son bureau, écoutant attentivement les débats qui prenaient place dans les gradins et chacune des voix qui s'y élevait. Et puis, dans un bref silence, c'est lui qui avait prit la parole. Has any of you ever been figure skating? C'était déjà l'heure de finir le cours, mais Elijah les retenait une seconde de plus pour avoir une réponse à sa question. Il hocha la tête à la seule petite main levée parmi les élèves, laissant les autres partir et ne retenant que celle-ci.

◊ ◊ ◊


Terré dans l'obscurité des gradins, Elijah observait avec attention. Il avait vu des dizaines d'adolescentes les patins aux pieds, pendant qu'il pratiquait comme il en voyait maintenant à la télévision, mais il y avait quelque chose de plus. C'était peut-être le manque de sa passion qui changeait sa vision des choses, ou quelque chose de plus profond encore qui l'animait, mais il trouvait en tout cas cette poésie en Nyx. Le genre fragile et imparfaite, qu'il trouvait plus touchante que les autres. Il n'avait, du début à la fin de l'entraînement, pas su ôter son regard d'elle. Même quand elle tombait. Encore plus quand elle se relevait. Elijah avait lâché un long soupir, quand l'entraîneur avait annoncé la fin de cette séance, avant de se diriger vers la sortie de la patinoire. Et puis il avait attendu. Pas si longtemps, mais il avait eu l'impression de patienter des heures là, jusqu'à ce que la grande porte vitrée s'ouvre à nouveau. Son regard l'avait suivi de loin, jusqu'à s'en approcher suffisamment pour attirer son attention. Hi. That's quite surprising to see you here. Elijah sourit en réponse à son élève, se postant parfaitement face à elle et sa cigarette. I wasn't at my best today. Avec délicatesse, il se pencha vers elle, jusqu'à ne plus laisser que quelques centimètres entre leurs deux visages. I cannot wait to watch you do your best, then. Ses yeux plongés dans ceux de l'adolescente, Elijah ne cessait de s'avancer, sentant même la respiration de Nyx contre la sienne – d'une main, il se saisit de sa cigarette, se redressant aussitôt en la calant entre ses lèvres à lui. You shouldn't smoke. It's quite disgraceful for a young girl like you; not what's gonna make boys fancy you, really. Un sourire étirait ses lèvres alors qu'il tirait sur la cigarette fraîchement volée, sa main libre dans sa poche. Il y avait une fine ligne à ne pas traverser, même quand ils n'étaient pas dans l'enceinte de l'université, et Elijah soupirait à la simple idée de devoir respecter cette limite-là. Il déglutit en silence, se concentrant sur le ciel plutôt que sur Nyx et recoiffant en vitesse ses cheveux, l'une de ses mèches restant bêtement en l'air malgré tout. Ses pieds le démangeaient d'envie de remonter sur des patins, mais il n'était pas sûr que ce soit raisonnable à son âge – à vrai dire, il n'était plus sûr de pouvoir s'en passer s'il en chaussait à nouveau, comme il n'était plus sûr de se passer de la vision de Nyx dansant sur la glace. Don't judge yourself too harshly. One day you'll stop skating, and when you'll think about it... you'll just wish that you had made the most of it. Don't waste your time searching for perfection. Elijah fronça les sourcils en réponse à ses propres paroles, peu satisfait de sa propre nostalgie. Il avait vu une telle magie dans chacun des mouvements de Nyx que ç'aurait été du gâchis de laisser ça se perdre. Un soupir s'échappa de ses lèvres, alors s'approchait lentement d'elle – presque dangereusement – et qu'il brisait de nouveau le silence, d'une voix bien plus douce et basse cette fois. Un murmure à peine, à quelques millimètres seulement de ses lèvres d'enfant, pendant qu'il se perdait dans ses yeux.  I thought you were splendid. La raison le reprit juste à temps, entendant la porte s'ouvrir et laisser passer une vieille dame, et Elijah se redressa à contre-cœur, la gorge serrée.

_________________

did you know the sun was made out of our cries ? each tear we drop is gold and this is how it shines.

”the world breaks everyone and afterwards many are strong at the broken places. but those that will not break it kills. it kills the very good and the very gentle and the very brave impartially. if you are none of these you can be sure it will kill you too but there will be no special hurry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nyx Westfall
we hunt those who hunt us

avatar
Messages : 111
Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
Avatar : teresa oman.
Crédits : mon bae (velvety.)
Double compte : nolan et leith, les deux bg.
Âge : enfant à peine sortie de l'adolescence, future jeune femme qui grandit, s'épanouit. elle a dix-huit ans, mais rêve de grandir plus vite, trop vite.
Statut civil : enfant sauvage, solitaire. nyx est célibataire. elle protège son cœur, ne veut pas être blessée ou déçue, mais cherche désespéramment la chaleur humaine, le réconfort d'une étreinte.
Occupation : étudiante en première année à l'université de dublin. elle suit des études de littérature, passionnée par les lettres et les mots.
Armes de prédilection : une belle collection de dagues, toujours à sa taille. quelques unes légèrement plus longues, mais aussi des dagues de jet ainsi qu'un stylet, dont elle se sert pour infliger les blessures les plus mortelles.
Date d'inscription : 14/03/2016

MessageSujet: Re: what if i fall? (elijah)   Lun 2 Mai - 17:41

Un simple sourire habillait son visage, alors qu'elle détaillait la silhouette de son professeur. Nyx ne s'attendait pas à ça, lorsqu'elle avait vu la porte de l'amphithéâtre s'ouvrir lors de son premier jour de cours. Pourtant, elle savait qu'il enseignait à l'université de Dublin. Elle avait même déjà eu l'occasion de l'apercevoir, chez Daphne. Il n'avait pas marqué ses souvenirs, à l'époque, mais la fillette avait grandi et sa vision des autres avait changé avec elle. Elle n'était plus une enfant désormais, pas totalement une adulte non plus, mais elle avait les désirs et les besoins d'une femme. Alors lorsqu'il se pencha vers elle, faisant preuve d'une proximité inattendue, Nyx sentit le feu lui monter au joue. Elle qui d'ordinaire faisait preuve d'une assurance désarmante, se sentait ridicule face à lui. « I cannot wait to watch you do your best, then. » Leurs souffles s'entremêlaient presque. La tête levée vers lui, la jeune femme n'arrivait pas à quitter ses yeux. Son regard était d'une intensité qui donnait l'impression à l'adolescente que son âme était mise à nue, comme s'il était capable de lire en elle comme dans ces livres qu'il leur présentait en cours. Elle avait envie de faire un pas en arrière, de s'éloigner de cette tension qui grandissait entre eux, mais le mur froid du bâtiment l'en empêchait. De toute façon, elle se sentait attirée comme un aimant, elle aurait probablement été incapable de s'écarter même si elle en avait eu l'occasion. Avant même qu'elle n'ait eu l'occasion de réagir, la cigarette que Nyx tenait entre ses doigts fins lui fut ôter, trouvant sa place entre les lèvres d'Elijah. Un soupir échappa à l'adolescente alors qu'il se redressait, et que le poids qui lui écrasait la poitrine semblait s'alléger. « You shouldn't smoke. It's quite disgraceful for a young girl like you; not what's gonna make boys fancy you, really. » Elle ne pouvait s'empêcher de rire suite aux paroles de son professeur.  Ces mots, elle les avait entendu à plusieurs reprises dans la bouche de sa mère lorsque cette dernière l'avait appris. Prononcés sans aucune bienveillance, sans l'inquiétude qui teintait la voix des parents d'ordinaire. « I don't want boys to fancy me. » Elle insista volontairement sur ce mot, soutenant toujours le regard d'Elijah. Elle n'en avait que faire des garçons de son âge, déjà bien trop déçue auparavant. Elle s'en fichait bien de ce qu'ils pouvaient penser d'elle, de l'image qu'elle pouvait leur renvoyer. Ses pensées n'étaient pas occupées par un garçon, mais bien par un homme. Et si Nyx avait conscience que c'était une très mauvaise idée, sur bien des niveaux, elle n'arrivait pas à se résonner. Jusqu'ici, elle avait su rester raisonnable car il ne s'agissait que d'un fantasme non partagé, mais le voir ici remettait tout en cause. Le voir s'intéresser, le voir tout court. Elle n'arrivait pas à détacher ses iris de sa silhouette, profitant du fait qu'il l'avait quitté du regard pour détailler ses traits sans aucune gêne. Elle en avait passé, des heures de cours, perdue dans la contemplation d'Elijah, mais elle avait rarement eu l'occasion de l'observer de si près. Et s'il avait trouvé grâce depuis longtemps aux yeux de l'adolescente, elle ne se lassait pas de cette vision. « Don't judge yourself too harshly. One day you'll stop skating, and when you'll think about it... you'll just wish that you had made the most of it. Don't waste your time searching for perfection.  » Doucement, elle secoua la tête pour manifester son désaccord. On lui avait appris à être ainsi, on l'avait conditionné pour. La perfection, elle travaillait pour l'atteindre depuis toujours; depuis que son âme d'enfant avait cessé de penser que la performance n'était pas importante, depuis que les mots de ses parents l'avaient blessé, depuis qu'elle les avait vu poser ce regard sur Théia, ce regard de fierté qu'ils ne lui accordaient jamais. Alors elle s'était promis de briller dans tous les domaines qu'elle effleurait, qu'il s'agisse du patinage ou de sa scolarité. Nyx ne faisait pas les choses à moitié, contrairement à sa jumelle, mais ça n'était jamais suffisant. Elle ne pouvait tout simplement par se permettre d'être médiocre, moyenne ou même bonne. Car la perfection, c'était tout ce qui lui restait pour attirer un peu l'attention. « When I'll think about it, I want to be proud. I don't want to have regrets because I could have done better. » Les regrets, c'était probablement ce qui l'effrayait le plus. Comprendre, trop tard, qu'elle aurait dû profiter de chaque instant, ne pas se laisser dicter par ses peurs. Des rêves, elle en avait pleins la tête, mais quelque chose la retenait ici, la coinçait dans cette routine qui l'empoisonnait. Et si elle savait qu'à son âge, il n'était pas trop tard pour ouvrir les yeux, elle n'en avait pas le courage pour l'instant. Car elle avait bien trop besoin de sa soeur, car elle avait bien trop besoin de Daphne et que le monde qui lui tendait les bras l'effrayait. Juste une goutte d'eau dans l'immensité de l'océan, voilà ce qu'elle était. Et elle avait peur de se faire engloutir par les vagues. Les pensées de Nyx devenaient bien trop envahissantes, jusqu'à ce qu'Elijah y mette fin en s'approchant à nouveau d'elle. Une proximité dangereuse, qui fit augmenter la cadance de son coeur. Perdue dans le bleu de ses yeux, sa voix résonnait comme une mélodie aux oreilles de la jeune femme, un son dont elle ne voulait plus jamais se passer. « I thought you were splendid.  » Son coeur manqua un battement lorsque le bruit de la porte vint interrompre ce moment. Les paupières de Nyx se fermèrent l'espace de quelques secondes, pour lui permettre de retrouver ses esprits. Depuis longtemps elle n'avait plus ressenti ça en présence de quelqu'un. Ce désir si intense, ce débâcle des émotions. Tout ça n'était pas raisonnable, mais l'adolescente avait arrêté de l'être depuis longtemps déjà. Envahie par l'excitation du moment, elle s'approchait à son tour de lui. Délicatement, sa main vint trouver la sienne, la caresse de ses doigts s'attardant au contact de sa peau plus longtemps que nécessaire. La cigarette qu'il lui avait dérobé retrouva sa place entre ses lèvres entrouvertes. « It's even better now. » Elle-même ne savait pas vraiment ce qu'elle sous-entendait. Meilleur car elle savait que ça lui déplaisait, meilleur car cette cigarette s'était retrouvée entre ses lèvres à lui. Peut-être un peu des deux, en réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah Morgenstern
humanity in our veins

avatar
Messages : 55
Pseudo : songbird, chloé
Avatar : nikolaj coster-waldau
Crédits : ganseys. (clari bb)
Double compte : saoirse o'callaghan la bg de la night
Image :
Âge : quarante-deux ans
Statut civil : l'anneau à son doigt le veut marié, mais il s'égare auprès de jeunes demoiselles
Occupation : professeur de littérature à l'université de Dublin
Date d'inscription : 13/03/2016

MessageSujet: Re: what if i fall? (elijah)   Lun 16 Mai - 2:06


nyx, elijah ◊ ”Strongest taste, Loudest drop, head is filled, the thought unlocked. You'd be thirteen, I'd be thirty-five, Gone to find a place for us to hide.”

Les mouvements agités du cœur d'Elijah ne faisaient que le conforter dans ses décisions les moins raisonnables. Son regard se posait avec douceur sur Nyx, comme il l'avait toujours fait depuis qu'il l'avait vue assise dans les gradins de son amphithéâtre, et il mordit sa joue par réflexe. Pour s'empêcher de sourire, un peu, quand il ne devrait rien faire d'autre que s'enfuir à toutes jambes loin de cette tentatrice sur glace. Et s'il voulait sourire, c'est parce qu'il sentait qu'il touchait du bout des doigts ce qui lui avait manqué depuis longtemps. Depuis vingt ans, presque – une éternité.
Il ne fallait pas plus qu'un regard pour rêver encore un peu, que son cœur revienne deux décennies en arrière. Il trouvait en Nyx, même s'il ne faisait que se tenir face à elle en un silence religieux, ce qu'Aurora lui avait fait ressentir il y a longtemps. Ce qu'il avait cru avoir avec Anna. Nyx était une nouvelle étoile qui s'élevait dans les yeux du professeur, un espoir que l'on attendait plus. Le miracle d'une vie.
Ce moment n'étais pas terminé qu'Elijah le chérissait déjà – il bénissait la vie d'avoir fait naître un tel bout de femme, autant qu'il la maudissait de l'avoir faite naître avec vingt ans de retard. Oh, comme il l'aurait emmenée au bout du monde, s'ils n'avaient pas eu une telle différence d'âge. Il l'aurait couverte de tous les trésors du monde s'ils n'avaient été que d'eux. S'il n'y avait eu qu'elle – mais un pincement au cœur d'Elijah lui rappela le poids insupportable de l'alliance à son doigt. Elle avait été une bénédiction pour vingt ans, mais pour un instant, juste un instant les yeux plongés dans ceux de son élève, elle n'était rien de plus que le rappel d'une relation dont il se serait presque senti prisonnier. Il aimait Aurora, oh, bien plus qu'il n'avait jamais aimé quiconque – mais il y avait entre Nyx et lui plus qu'un devoir de vie partagée. Il y avait, entre Nyx et lui, ce besoin de franchir les limites, cet interdit qui faisait monter l'adrénaline. Cette peur d'être aperçu, démasqué, en une seconde voire moins, qui l'attirait sans qu'il puisse se l'expliquer, jusqu'à en arriver au point où il ne saurait qui choisir entre la jeune femme et son épouse si on le lui demandait. Nyx était une tempête, dévastatrice mais belle quand observée à distance ; elle balayait son monde et tourmentait son âme. Un démon de moins de vingt ans qui s'encrait en ses pensées comme une marque au fer rouge. Et pourtant, il ne pouvait qu'apprécier ce vent-là qui lui griffait la peau, l'électrisait à chaque contact qui manquait d'être fait. C'en aurait été douloureux à regarder si ça n'avait pas aussi été beau en un sens.
I don't want boys to fancy me. Elijah ne put cette fois s'empêcher de sourire, appréciant la manière que Nyx avait d'insister ainsi - de lui dire ce qu'il voulait entendre. Ça faisait un bien fou d'entendre ne serait-ce que quelques mots de Nyx ; et quand elle lui promettait un espoir en silence, son cœur ne pouvait que bondir sous sa peau.
Le professeur serrait la cigarette entre ses lèvres, soufflants des nuages de fumée qui s'envolaient entre eux deux. Il tentait tant bien que mal de se concentrer sur leur forme changeante, mais Nyx ne lui en laissait pas l'opportunité. Elle était trop belle pour qu'il se contente d'autre chose. Et pourtant, il aurait du comprendre à leur sursaut, au bruit menaçant de cette porte qui s'était ouverte, à tout ce qui leur hurlait se s'en aller loin d'ici et loin de l'autre qu'il ne fallait pas insister. Mais c'était plus fort que lui. Sa main manqua de s'avancer à nouveau pour aller s'enrouler dans les cheveux de la chasseuse, mais Nyx réagit plus rapidement en venant lui reprendre sa cigarette. Elijah la suivit des yeux, jusqu'à aller détailler ces lèvres qui le faisaient mourir de ne pouvoir y goûter. It's even better now.
Il fronça les sourcils, faisant la moue comme un enfant. C'est qu'il en était un peu un, cette fois, à faire un caprice pour une fille qui ne devrait jamais être à lui. Il attrapa le bras de Nyx fermement, la tirant sans demander son avis quelques mètres plus loin. D'un côté où il n'y aurait qu'eux, où il pouvait rêver à eux deux, rien qu'eux deux. Elijah la fit le suivre jusqu'à ce qu'on ne puisse plus les voir depuis aucune fenêtre, aucune place de parking ; jusqu'à être trop loin pour que quiconque ait l'idée de venir chercher quelque chose par ici. Il lâcha son bras et avança, jusqu'à ce que Nyx n'ait d'autre choix que d'être dos au mur de la patinoire. Là, il prit son temps – la détailla de long en large pendant quelques minutes, sans plus avoir à s'en gêner – et un sourire s'imprimait sur son visage, sans qu'il n'ait envie de l'en effacer. Il était bien, électrisé par la présence de Nyx. Did I say you were splendid ? Sa voix n'était plus qu'un murmure, un secret qui devait bien rester entre eux. Elijah se saisit à nouveau de la cigarette qui se consumait entre les lèvres de Nyx, et la jeta au sol pour l'écraser du bout du pied. Sa main libre en profitait pour parcourir la joue de la jeune femme du bout des doigts, par peur de la briser, de faire fuir ce moment. Sa course finit sur ses lèvres rosées, qu'il effleura tout aussi délicatement, avant de faire remonter son regard jusqu'à celui de Nyx. What I meant is : you were splendid, but... Elijah se rapprocha plus encore, allant presque poser sa tête dans le cou de Nyx. Il sentait son souffle s'écraser contre la peau de l'adolescente, et ses lèvres effleurer sa peau interdite, avant d'y déposer un baiser si léger qu'il n'était pas sûr qu'elle le sente. Et, enfin, un dernier murmure naquît au creux de son oreille. ...but you're right ; it's better now. And you're being absolutely perfect, Nyx.

_________________

did you know the sun was made out of our cries ? each tear we drop is gold and this is how it shines.

”the world breaks everyone and afterwards many are strong at the broken places. but those that will not break it kills. it kills the very good and the very gentle and the very brave impartially. if you are none of these you can be sure it will kill you too but there will be no special hurry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: what if i fall? (elijah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

what if i fall? (elijah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: Dublin-