membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 C'est la débâcle des sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Iseult Oakheart
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 106
Pseudo : VOYOU.
Avatar : Lily James
Crédits : avatar @Stolen paradise | Signature @Alaska | Gif@Wahlien52
Double compte : Astrée et Théia
Image :
Âge : Vingt huit grains de sable tombés dans le sablier du temps, un temps que subit et qui glisse entre tes doigts.
Statut civil : Amour passionné et étreinte langoureuse qui la lie aujourd’hui à son ennemi naturel. Son amour la propulse au delà de ses limites, au delà du bon sens.
Occupation : Danseuse à la carrière brisée, elle distille sa passion dans des cours de danse, incapable d'abandonné son rêve à la fatalité.
Élément : Sensation légère et aérienne distillé par son élément de prédilection. un courrant d'air qui souffle sur son passage, la portant avec grâce.
Date d'inscription : 05/02/2016

MessageSujet: C'est la débâcle des sentiments   Dim 13 Mar - 19:02


Isadora & Helios & Leith & Iseult
C’est la debacle des sentiments


La voix d’Isadora résonne à l’autre bout du fil. Le portable coincée entre ta joue et ton épaule, tu finis de mettre la dernière couche de vernis sur tes orteils. Mh. Ok. Je vois avec Leith et je passe le prendre. Des bisous. Tu raccroches, non sans usé de stratagèmes loufoques pour ne pas ruiner le vernis qui sèche toujours sur tes ongles. Mon cœur, ça te dérange de faire un crochet chez Isa avant d’aller manger ? J’ai oublié mon sac la dernière fois que j’y suis allée.

Une heure plus tard, le vernis sécher, Leith gare la voiture en bas de chez ta meilleure amie. Tu redresses le regard vers l’appartement où elle vit, hésitante. Tu ne t’es pas retrouvée seule avec Isadora depuis que tu t’es retrouvée avec Helios… Dans ce même appartement. Le malaise s’empare de ton être alors qu’un picotement dérangement s’empare de tes membres. La culpabilité te ronge les entrailles, s’il ne faisait pas si sombre, ton adoré constaterait probablement le feu qui s’est emparé de tes joues. Il te toise d’ailleurs, curieux et interrogatif. Tu pinces les lèvres, tes pensées se bousculent. Et si tu venais avec moi ? Ca éviterait que tu restes coincé dans la voiture si on s’embarque dans une loooongue conversation. Tu t’en veux d’avoir recours à de tel procédé pour éviter d’avoir à te retrouver seule avec la demoiselle. Tu t’en veux d’user Leith de la sorte, plus encore de lui mentir, même si c’est pour le préserver d’une vérité qui ne lui plairait pas et briserait votre couple définitivement. Tien que d’y penser, tes tempes battent douloureusement alors que ton cœur est assaillis par une douleur aigue, semblable à celui de l’acier.  Tu détestes la personne que tu es en train de devenir. Tu te sens répugnante. Tu as du mal à garder ce sourire illusoire, faux et hypocrite. Cela ne te ressemble pas. Tu n’entends pas la réponse de Leith, tout ce que tu sais c’est qu’il est sorti de la voiture et qu’il se penche pour voir ce que tu fais. Tu t’empresse de le rejoindre à l’extérieur. Tu viens t’emparer de sa main, hypocritement, parce que tu viens chercher le courage de refaire ce trajet qui t’a mené à une trahison que tu n’assumes pas. T’essayes de rien montré, de ne pas le laisser d’entrevoir une faille, de ne pas le laisse s’apercevoir que tu n’es plus celle qui l’aime. Tu crèves de trouille à l’idée qu’il puisse comprendre ce que tu lui as fait endurer, alors qu’il demeure à tes côté, malgré l’enfant que tu ne peux lui donner, malgré la malédiction que ta propre mère lui a infligé. Tu commences à croire que les chasseurs n’ont pas tort à ton sujet. Une monstruosité rongée par ses actes.  Tu frappes à la porte, tu regrettes de l’avoir emporté avec toi… Et encore, tu ne sais pas à quel point parce que lorsque la porte s’ouvre, ce n’est pas la silhouette familière d’Isa qui t’apparaît, mais celle d’Helios. Ton cœur loupe un battement, désarçonné. Tu sais pourtant qu’il vit ici. Votre dernière rencontre te hante encore, l’emprunte des baiser qu’il a laissé sur ta peau semble encore te bruler de désir. D’un mouvement imperceptible, tu lâche la main de Leith par la reprendre aussitôt. Euh, salut, j’ai eu Isa au téléphone je venais chercher… Mon… Mon sac. Tu te penches à l’intérieur pour indiquer le sac abandonné quelques jours auparavant. Tu cherches aussi la présence d’Isa.Tu implores la lune de sa présence, croyant bêtement que sa présence rendra la situation bien plus facilement surmontable. Cruelle illusion. T’es bien trop occupée avec tes propres démons pour constater ce qui ronge ton fiancé. Vous êtes à l’intérieur, la forme se referme sur vos mensonges.


_________________
Complicated
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... [b]@The Notebook ≈[/b ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Isadora Agallon
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 210
Pseudo : ganseys (kat).
Avatar : phoebe tonkin.
Crédits : (av) mischief insane, (gif) tumblr.
Double compte : clarissa killingworth, la seule et l'unique.
Image :
Âge : vingt-six années qu'elle oscille, qu'elle brûle, prisonnière de son propre état.
Occupation : vendeuse au the old curiosity shop, elle est celle qui gère les choses quand le propriétaire n'est pas là.
Élément : le feu, dévastateur, il n'est que le reflet néfaste de son âme tourmentée.
Don : guérisseuse déchue, cadeau toxique dont elle ne parle jamais.
Date d'inscription : 07/02/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: C'est la débâcle des sentiments   Dim 20 Mar - 19:23

c'est la débâcle des sentiments
"The minute you realize that we are all pretenders is the minute everything stops intimidating you: punishment, and failure, and death. Even people. There is nothing so ingenious about another human who has pretended well. They are, in fact, just another soul, perhaps more clever, better at failing than you are. But not worth a second of intimidation." | iseult & leith & helios & isadora


« […] Des bisous.À tout à l’heure, bisous. » La voix rassurante de Iseult, à l’autre bout du fil, était l’ancre qui l’enracinait au présent. Le monde pouvait brûler, pouvait s’écrouler, pouvait s’effriter d’entre ses doigts et pourtant les paroles de la blondinette arriveraient toujours à l’infuser d’un calme olympien. Ironie cruelle, Isadora ne pouvait pas s’empêcher d’aimer ce petit bout de femme, de l’admirer, de lui accorder une place à part entière dans son cœur calciné.

Elle était la lumière à sa noirceur, la douceur à sa violence ;

Avec Ola ainsi que Nerys, Iseult était celle qui l’aidait à illuminer son obscurité, celle qui la guidait hors du petit monde, hors de la petite prison que Isa avait pris l’habitude de se créer. Lui mentir, alors, lui cacher des choses, ne pas lui révéler l’acte affreux qu’elle avait commis, la trahison ultime qui lui avait échappée, petite poupée inconsciente de sa propre corrosion, était terriblement, terriblement difficile pour la jeune femme. Cela la bouffait littéralement de l’intérieur, telle une tumeur en voie d’expansion, qui s’était amerri dans son organisme. « Lio ? la brunette passa sa tête à travers l’embrasure de la porte, tout en s’accrochant au chambranle Isy va passer dans une heure ou deux chercher son sac, d’ici là je vais prendre une douche. Tu peux mettre une bouteille de vin au frigo, s’il te plaît ? » Requête d’une banalité affligeante sur laquelle elle se retira sans attendre une quelconque réponse de la part du Mcleod et sans remarquer sa réaction face au nom de sa meilleure amie ; jamais auparavant n’avait Isadora pensé pouvoir vivre, se comporter de façon aussi domestique. Surtout pas l’adolescente perdue qu’elle était, en arrivant ici ; tirée loin de son propre cauchemar, elle ne se croyait pas capable d’aimer quelqu’un au point de se laisser apprivoiser par un train-train ordinaire et qu’elle aurait considéré d’ennuyeux, dans une autre vie.

Mais quand elle croyait être enfin une autre personne, toutes ses erreurs, tous ses mensonges lui revenaient au visage comme une gifle.

Bientôt ses vêtements retrouvèrent le sol de sa chambre et sa peau rejoignit les courants d’eau bouillante de la salle de bain. Perdue dans ses pensées qu’elle détestait, égarée dans ses craintes qui revenaient la griffer dès ses paupières closes, Isadora perdait toute notion du présent et de ce qui l’attendait. C’est presque quarante-cinq minutes plus tard qu’enfin, la brunette se faufila d’entre les parois embuées, le corps tremblant face au changement de température qu’elle s’empressa de sécher. Laissant ses cheveux humides s’égoutter sur la serviette enroulée autour de son ossature, la sorcière quitta la pièce sans se dépêcher, croyant avoir le temps. Mais les minutes étaient comptées. Et la voix provenant du couloir en était témoin. Un souffle lui échappa, une respiration rapide d’avant jeu, l’annonce de sa préparation. She could deal with Isy. She could.

« ..... Mon… Mon sac. » Seules paroles qu’elle entendit en sortant de la pièce et pris le chemin de leur provenance, pas lents qui la guidaient à sa perte. « Pardon Isy, je ne t’attendais pas si tôt, du coup j’en ai profité pour prendre une… » Sa voix mourût sur la fin de sa phrase au fond de sa gorge, alors qu’elle fut à une bonne distance pour remarquer une autre silhouette se dessiner derrière sa meilleure amie. Ses yeux s’écarquillèrent presque imperceptiblement, face au rappel de ses aberrations. La surprise vint empourprer ses faciès, chose qu’elle tenta de cacher avec un sourire hésitant. Elle n’avait pas revu le jeune homme depuis leur dernier tête à tête perdu dans les effluves de l’alcool. Un souvenir éphémère, sur lequel la sorcière revenait avec une certaine amertume face à ses actes. Elle se blâmait plus qu’elle ne blâmait Oswald ; Ils étaient tous les deux coupables, mais elle, elle avait été faible. Elle n’avait plus supporté la pression et en cédant au poids de ses mensonges, elle avait entrainé l’homme avec elle, dans une chute respective. « Oh... Leith. Je ne t’attendais pas à voir ici. » C’était pourtant logique, à ce qu’ils soient ici tous les deux, ensemble. Leith et Iseult. Un couple. Un tout. Contrairement à Helios et elle, qui ne vivaient que dans une illusion, une utopie irréelle. Un secret, voilà ce qu’ils représentaient. Une escarre de plus pour la jeune femme. « Ah, ton sac ! » Se souvenant enfin de la raison de leur présence ici, la Agallon se détourna des regards rivés sur elle afin de se rendre un peu plus loin dans le salon. Avec seulement son dos exposé à l’entrée, Isa fit semblant de chercher le sac en question – bien qu’il était juste là – tout en essayant de faire accrocher une expression agréable sur son visage, de ses yeux brillants à ses lèvres décorées d’un sourire dévoilant la moitié de ses dents. Bientôt la lanière en cuir de l’accessoire vint se creuser dans la peau de sa main et il lui ne restait plus de temps pour faire taire les battements alarmés de son cœur – plus de temps pour fuir la confrontation, fuir les vérités et les mensonges, comme elle savait si bien le faire. « Here it is ! » Revenant à leurs côtés en quelques enjambées, la brunette fit passer l’objet à sa propriétaire. « Je suis désolée de vous avoir fait venir en ville juste pour le chercher, j’aurais pu faire un saut rapide chez toi demain matin, mais je n’y ai pas pensé sur le moment. » s’adressa-t-elle à la blondinette avec un ton contrit, les mots lui échappant pour combler la gêne qu’elle n’était apparemment pas la seule à ressentir. « You… Hum.. » Sa raclant la gorge pour stopper sa voix avant que celle-ci ne vire dans les aigües, elle se força à sourire de plus belle tout en resserrant sa prise sur sa serviette. « You want to stay for dinner ? elle lança une œillade interrogatoire à Helios tout en continuant Il ne me semble pas avoir des plans pour ce soir.. Helios ? » Affirmation qui devint une question dans sa bouche, elle haussa légèrement un sourcil, toujours en regardant son demi-frère. « Enfin, sauf si vous en avez, vous. Je comprendrais tout à fait. » Please, pretty please, tell me you have somewhere to be. La maîtresse de maison qu’elle n’était décidément pas se montrait d’une politesse absolument forcée et espérait sincèrement à ce que les deux fiancés refusent son invitation.


_________________

she had been innocent once
"a little girl playing with feathers on the floor of a devil's lair. she wasn't innocent now, but she didn't know what to do about it. this was her life: magic and shame and secrets and teeth and a deep, nagging hollow at the center of herself where something was most certainly missing."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Helios McLeod
humanity in our veins

avatar
Messages : 52
Pseudo : metropolis, steph
Avatar : chris pratt
Crédits : wild heart
Double compte : thaddeus & astoria
Image :
Âge : trente-quatre pêchés à sanctifier
Statut civil : elle court, elle court, la maladie d'amour...
Occupation : c'est l'ordre qu'il doit maintenir, et la justice qu'il doit établir. inspecteur travaillant pour la police de dublin, il agit avant tout pour les intérêts de sa soeur, aux dépends de ce que stipule la loi
Date d'inscription : 07/02/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: C'est la débâcle des sentiments   Mer 1 Juin - 21:29

La situation n'aurait pas pu être plus embarrassante. Quelque chose que personne n'aurait pu prévoir, et spécialement pas Helios. Pourtant, c'était comme le Destin souhaitait se moquer d'eux, les mettant ainsi, tous les quatre, dans de telles circonstances. Helios aurait ri s'il n'était déjà pas aussi tendu devant l'état des choses. Et quelqu'un là-haut, que ce soit la Lune ou une autre divinité -au fond, il s'en moquait- était bien décidé à les punir, et à les voir confronter à la réalité des choses. Ils avaient merdé sur toute la ligne. Tous les quatre. Mais aux yeux d'Helios, seuls Iseult et lui étaient fautifs. Une culpabilité qui ne cessait de le ronger depuis ce jour fatidique où la blonde et lui s'était lancé dans un jeu dangereux - d'où personne ne ressortirait indemne.

Aux paroles de sa soeur, déjà, son corps s'était crispé et tendu, bien qu'il ait tout pour paraître le plus naturel et nonchalant qui soit. Iseult venait récupérer son sac. En soit, ce n'était pas la mer à boire. Rien  qu'une situation des plus communes. Sauf qu'ils n'avaient rien de commun. Et que chacun de leurs gestes semblaient apporter son lot de catastrophes en chemin. Il se contenta de répondre par un simple hochement d'un tête, tout en pestant entre ses dents, sans même se rendre compte de la disparition d'Isadora sous la douche. il s'exécuta, s'emparant de la bouteille de vin et la mettant au frais, convaincu que cette simple action suffirait à lui faire oublier les simples mots qui l'avaient effrayé dés le départ. Sans succès. Le fait de savoir qu'Isy et lui se retrouveraient de nouveau face à face avait de quoi lui occuper les pensées pour toute la soirée.

Il ignorait combien de temps exactement s'était passé depuis le moment où sa soeur avait lâché une telle annonce, et celui où il vint ouvrir la porte. A ses yeux, cela ressemblait à une éternité. L'humain n'avait cessé de cogiter, sans pour autant parvenir à trouver une pensée positive dans toute cette histoire. Mais il pouvait survivre à tout cela. Ce n'était que cinq minutes de pures tortures, suite à quoi, il pourrait s'enfuir et prétendre à des occupations imaginaires. Sauf que. La vie aimait se moquer ouvertement de lui, il en était certain. Leith était là également. Et Helios fut partagé entre un étrange soulagement et une anxiété dévorante. Soulagé de voir son meilleur ami, mais également anxieux de les voir là tous les deux, alors que même pas quelques jours plus tôt, sa fiancé et lui n'avaient cessé de se faire des avances. Néanmoins, il adressa un sourire à ce dernier, bien décidé à ne rien laisser paraître. Ton s... Une voix les interrompit derrière lui, et Helios jura ressentir la tension augmenter d'un cran à à l'arrivée de sa demi-soeur. Ils étaient là, tous les quatre, à se dévisager, sans même savoir pourquoi. Toutefois, l'humain était toujours ravi de la présence d'Isadora. Un lien les unissait qui dépassait même l'entendement, et la morale.

You want to stay for dinner ? A nouveau, Helios eut l'impression de sentir le sol se dérober sous ses pieds en entendant ces mots. Il se tourna légèrement vers les deux fiancés, jaugeant leurs expressions. Sans le savoir, Isadora et lui priaient pour la même chose au même instant. Priaient pour que le couple ne restent pas plus longtemps, leur évitant à tous une soirée- qu'il était certain- serait des plus gênantes. Hum... non, en effet. Nous n'avions rien de prévu pour la soirée. Il se racla la gorge discrètement, passant une main dans ses cheveux en même temps. C'était un mensonge, bien entendu. Bien qu'aucun d'eux n'avaient aucun plan, la plupart de leur nuit se terminaient avec les vêtements au sol et leurs corps enlacés l'un à l'autre. Mais c'était un fait que ni l'un, ni l'autre, ne pouvaient expressément avouer à leurs interlocuteurs.  

Se tournant de nouveau vers le couple, Helios finit par décider  à les laisser entrer. Inutile de faire traîner les choses en longueur en les laissant attendre dehors. Leith, ça fait un moment qu'on s'est pas vus ! Quoi de beau ? Tentative subtile de détourner la conversation, et de repartir sur des bases plus "saines". Et, au fond, Helios désirait plus que tout discuter avec Leith, et passer une soirée des plus agréables. Mais la présence d'Iseult risquait de ranimer la culpabilité en Helios, qui n'était pas certain de pouvoir le regarder en face, en se remémorant sa trahison à chaque instant.

_________________

I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
And so, they find themselves through the darkness, through the sadness, making love, making peace, making music. They find themselves, through the chaos, making sense. This is what they want. This is who they are. These are the things they need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C'est la débâcle des sentiments   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est la débâcle des sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: Dublin-