membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez
 

 Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyMar 8 Mar - 11:28



   
Jonas O'Leary - Snezhana Volkov

   Un ciel clair, parfois virant au rose, teinté de moutons bleus, d’une boule rouge ou d’éléments brûlants à des millions de kilomètres de là. Comme à son habitude, le corbeau se laisse planer au-dessus des immeubles de cette ville si animée, trop animée. Chaque jour, il observe cette masse humaine se faire du mal, perdre son temps à s’agiter convaincue que c’est le seul objet de son existence. Il finit par se poser près de cet homme, qui contemple lui aussi ce lieu depuis toujours. « Comment allez-vous Maestro ? ». Silence, la personne en question réfléchie. « Je vais bien, et vous sieur Corbeau ? ».

08h 30

En déambulant à travers les rues désertes, Jonas réalisait combien le froid lui avait manqué durant ces trois dernières années d'armée. Ce qu'il y avait de déprimant en Asie du sud-est, c'était l'absence de saisons... toujours la même humidité si lourde et la chaleur pesante et particulièrement épuisante.
Trois jours venaient de passer depuis son arrivée, et il avait passé un temps fou à dormir. Le décalage horaire l'avait plus épuisé qu'un combat. Et il avait à peine pris le temps de parler avec les siens qu'il avait deja envie d’être ailleurs.
C'est pourquoi il était là, à une heure si matinale, à marcher dans les rues de cette ville qu'il connaissait si bien. Cela le détendait et l'apaisait grandement. Il avait vissé sa casquette sur sa tête, davantage pour cacher sa coupe militaire que par froid. Il espérait que d'ici quelques semaines il retrouverait une longueur normale de cheveux, pour ne plus ressembler à un prisonnier sortant de prison.
Il enfonça ses mains dans les poches de sa veste et accéléra sa marche. Il avait laissé sa moto au domaine. Il aimait la marche solitaire dans les landes puis les rues. Ses grandes enjambées lui permettaient d'avancer sans effort et presque sans y penser.
En coupant par les landes sans suivre la route il était arrivé en ville avant le régisseur du domaine partit en camionnette pratiquement en même que lui.
C'était un jeu puérile qu'il livrait avec celui ci depuis l'enfance et le vieux régisseur n'était jamais parvenu à le battre. Jonas s'était bien dit qu'un jour il le laisserait gagner, mais il détestait perdre... alors hors de question de faire une fleur. Même à quelqu'un qu'il aimait et respectait depuis toujours.

Jonas se laissa guider au hasard. Il se dit qu'il pourrait tomber sur quelque chose de nouveau... et au détour d'une ruelle, il stoppa brutalement sa marche devant la devanture d'une boutique inconnue. Cette dernière n'était pas ouverte, mais Jonas pouvait voir distinctement à l’intérieur, à travers la grande baie vitrée de l'entrée. Les murs était couvert de tableaux exposant des modèles de tatouages
Pendant un bref instant Jonas se prit à envisager l'idée d'un dessin indélébile...

Il sortit de sa poche l'une de ses mains et contempla songeur le dessus de sa main. Une cicatrice débutait du dos de la main et remontait jusqu'au coude. C'était un souvenir de quelques mois. Un enfant soldat avait réussit ce que bien des créatures surnaturelles n'était pas parvenues à faire... c'est à dire, le surprendre. Il se prit à songer qu'un tatouage pourrait cacher cette honte.

Il en était là de ses pensées, quand il entendit des pas légers. Il se retourna et du baisser le regard pour remarquer une jeune femme. Sans doute la propriétaire qui vient ouvrir...

       
     
   


   
© By Halloween sur Never-Utopia

   
Revenir en haut Aller en bas

Snezhana Volkov
howling at the moon

Snezhana Volkov
Messages : 1018
Pseudo : + cranes for spidey. (not so serious)
Avatar : + ira chernova.
Crédits : + ciel.
Double compte : + nephaël asshole morgenstern.
Image : Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Tumblr_muz34h4AJg1slhgs2o3_500
Âge : + 30 ans.
Statut civil : + célibataire.
Occupation : + tatoueuse.
Poste dans la meute : + bêta.
Don : + transformation instantanée.
Date d'inscription : 25/01/2016
Age : 21

TO KNOW MORE
Relations:

Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyMar 8 Mar - 16:36


jonas & snezhana
Now she walks through her sunken dream To the seat with the clearest view And she's hooked to the silver screen. But the film is a saddening bore For she's lived it ten times or more.

Tu as du mal à te lever le matin en sachant ce qui t’attend au travail. Savoir que tu dois faire face à Saul tous les jours enlève beaucoup de plaisir à ton boulot, ce serait mentir que le nier. Pourtant tatouer c’est ta passion, faire des gens ton canevas te transporte. Il n’y a pas grand-chose de plus beau que la confiance qu’on ces gens en toi lorsqu’ils te confient leur corps pour les transformer en œuvre d’art. Tu pourrais détruire leur peau pour toujours mais ils viennent malgré cette possibilité. C’est un peu un saut dans le vide un tatouage, on a beau avoir vérifié plusieurs fois toutes les références du tatoueur, rien n’est jamais garanti. Et ça tu adores, cette sensation d’avoir une influence sur la vie des gens, de transformer leur peau, leur corps et eux par la même occasion. Leur donner une nouvelle image d’eux-mêmes. Après bien sûr pour accomplir cela tu dois aussi te taper un nombre faramineux de tatouages moches et sans intérêt qui ne servent qu’à payer tes factures. Se dire donc qu’un seul homme arrive à t’ôter ce plaisir, à teinter d’amer ta passion, est donc reconnaître l’immense pouvoir qu’il a sur ta vie. Il faut dire aussi qu’il t’a presque tout appris le lascar, tu ne serais pas là sans lui ni géographiquement ni professionnellement. Ni émotionnellement d’ailleurs. Alors ce n’est pas avec une joie renversante que tu t’es levée ce matin. Tu es sortie de ta chambre comme d’habitude juste à temps pour croiser Félix s’en allant. Ce matin tu lui as fait un câlin. Des fois c’est un baiser sur le front de l’un ou l’autre, des fois des coups dans les épaules ou ailleurs, des fois des insultes lancées de loin et avec amour. Ce matin c’était donc de l’affection plus traditionnelle. Ensuite après avoir petit déjeuné dans un état quasi zombifié – tu pourrais mettre du rhum à la place du café, je ne sais pas si tu t’en rendrais compte – sans prêter la moindre attention aux chats qui faisaient comme si ils n’avaient pas été nourris (alors qu’ils l’ont été ces sales traîtres) tu t’en es grillée une dans la cuisine, appuyée contre le plan de travail. Alors un peu plus réveillée tu es allée vaquer à toutes les autres tâches matinales avant de sauter dans la voiture sans entrain. A la radio un débat que tu n’écoutes même pas. Garée dans le centre-ville, tu profites du trajet à pied jusqu’au salon pour fumer un autre bâton de cancer. Arrivée devant le lieu tu tombes sur un brun que tu as peut-être déjà croisé avant, tu ne t’en souviens plus, en dix ans de vie dans une ville on oublie ceux qu’on a vus ou non. En tout cas il est bien gaulé. Tu distingues une silhouette à l’intérieur du Transskinian mais la porte est fermée à clé. Tu hoches la tête pour saluer l’inconnu en sortant le trousseau de ton sac. « If you’re waiting for the saloon just give me a minute inside, I’ll come back and open the door for you. » « Si vous attendez pour le salon laissez-moi rentrer une minute, je reviendrai vous ouvrir. » Tu déverrouilles et pousses la porte principalement vitrée mais au chambranle de bois. Au moment de la refermer tu jettes quelques mots au potentiel. « I’m not leaving you there I promise. » « Je vous laisse pas là promis. » Tu n’as ajouté cela que parce que le mec n’a pas l’air trop antipathique et que tu es étrangement d’humeur sociale. Tu avais effectivement bien vu une silhouette, Saul est dans l’arrière-boutique. Super, de si bon matin les rencontres sont réellement extraordinaires ? « Why are you already here ? » « Qu’est-ce que tu fous déjà là ? » Sous-entendu : tu me fais chier connard, je veux être celle de nous deux qui a le droit de profiter de quelques minutes dans la boutique sans la présence insupportable de l’autre. Il te répond sans amabilité – en même temps tu n’en as pas mis dans ta question non plus – qu’il fait ce qu’il veut, qu’il t’a évité du boulot du coup donc que tu n’as pas intérêt à te plaindre. Admettons. Tu ranges deux trois affaires au comptoir et retournes à la porte d’entrée derrière laquelle est toujours planté le mec. Tu lui ouvres et le laisses rentrer. « So, what brings you here this early morning ? » « Bon, qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ? » Tu as même le courage de lui sortir un sourire professionnel. Mais un petit hein parce qu’il faut pas abuser.

_________________

- aux sombres héros de l'amer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyMer 9 Mar - 10:58



Jonas O'Leary - Snezhana Volkov

Jonas se dit qu'il était étrange que cet endroit lui ait échappé si longtemps ainsi que sa curieuse propriétaire aux allures renfrognées et à l'accent qui trahissait des origines slaves. Pendant un bref instant, alors qu'il était encore à l’extérieur et qu'il la voyait s'activer de l'autre coté de la vitre, il se demanda quelle pouvait être la route qui avait conduite une slave ici

Peut être pour le climat si agréable, la population locale si sociable, le tourisme, la folle vie nocturne... sous toutes ses formes. Puis il secoua la tête. C'était dans sa nature intime de présumer que le mal était partout. Il se devait d’être moins paranoïaque pour sa propre tranquillité..
Et puis il suffisait d'attendre pour voir les gens finir par se dévoiler. Car on ne peut pas mentir et cacher éternellement sa propre nature. Il y avait toujours un détail, un geste pour trahir ce que l'on était. Et il était très attentif à ses détails qui échappaient aux autres.

Il en était là de ses pensées quand la jeune femme revint lui ouvrir et l'inviter à entrer. Après quelques pas à l’intérieur, il sourit en songeant qu'il avait le sentiment d’être entré dans une véritable tanière. Il y avait un homme dans l'arrière boutique, il ne le voyait pas mais il entendait distinctement sa toux grasse de fumeur et son pas lourd...

Mais la voix délicate de la demoiselle l'interpella

« Bon, qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ? »

Il baissa de nouveau pour la regarder et la détailler. Il était rare pour lui de pouvoir parler à quelqu'un les yeux dans les yeux, sans avoir les baisser pour réaliser la présence d'une personne... Elle respirait l'insolence. Mais elle convenait parfaitement au lieu et à la fonction de tatoueuse.

C'est d'abord le hasard. J'étais surpris que ce lieu m'ait échappé . Après tout... je suis du coin.

Et puis il se dirigea vers les murs ou se trouvait exposé des modèles de tatouages... des plus beaux au plus basiques.

Et puis j'ai été tenté...

Il se tourna de nouveau vers elle.

J'ai une cicatrice qui serpente autour de mon bras. Je me suis demandé si l'on pouvait la cacher derrière un dessin, l'un des ces tatouages compliqués? Combien de temps cela prendrait? Et si cela était douloureux?


Il lui sourit de sa manière aimable et indéchiffrable

L'idée m'inquiète. Je suis assez douillé et craintif






© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Snezhana Volkov
howling at the moon

Snezhana Volkov
Messages : 1018
Pseudo : + cranes for spidey. (not so serious)
Avatar : + ira chernova.
Crédits : + ciel.
Double compte : + nephaël asshole morgenstern.
Image : Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Tumblr_muz34h4AJg1slhgs2o3_500
Âge : + 30 ans.
Statut civil : + célibataire.
Occupation : + tatoueuse.
Poste dans la meute : + bêta.
Don : + transformation instantanée.
Date d'inscription : 25/01/2016
Age : 21

TO KNOW MORE
Relations:

Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyDim 13 Mar - 19:38



Des clients de si bon matin ça peut être chiant, après tout il est des fois plus sympathique de rester tranquille dans le silence ou avec un peu de musique à dessiner des tatouages sans s’emmerder avec le côté humain de la chose. Pourtant aujourd’hui tu es très heureuse d’avoir un visiteur à cette heure-ci, tu n’aurais pas supporté l’inactivité avec la sensation de Saul dans ton dos. L’atmosphère dans cette boutique est bien trop épaisse avec uniquement votre duo, la tension tellement visible qu’il est étonnant que le couper au couteau ne soit pas physiquement une option. Avant de venir ouvrir à l’homme tu jettes un œil à votre livre, vérifiant tes rendez-vous de la journée, ceux de ton ancien compagnon et ceux de l’employée qui l’avait remplacé. Cette dernière commence dans un peu moins d’une heure par ailleurs. Cela fera au moins une personne que tu ne détestes pas pour travailler dans le salon. Tu n’as rien avant midi, tu n’avais pas vérifié hier. Tu aurais dû, tu ne serais pas ici maintenant. Enfin, au moins il y a un potentiel client. Tu vas ouvrir à l’humain et t’enquiers de la raison de sa présence.

« C'est d'abord le hasard. J'étais surpris que ce lieu m'ait échappé. Après tout... je suis du coin. » Du coin ? C’est absolument possible, il a un sourire à l’américaine mais malgré tout un côté très anglo-saxon. Et puis son visage ne t’est pas entièrement inconnu. Je n’irais pas jusqu’à dire que tu le reconnais mais il est possible que tu l’aies croisé sans qu’il te marque. « Well we’ve been here for ten years. » « Pourtant ça fait dix ans qu’on est là. » Il fait quelques pas, détournant son regard de toi pour regarder les dessins et photos accrochés au mur. De ton côté tu continues à le fixer. Il est grand. Tu n’es pas minuscule, approchant du mètre quatre-vingt mais celui-là te domine de vingt centimètres peut-être. « Et puis j'ai été tenté... » Ouais, l’histoire de la création de la plupart de tes tatouages ça. J’ai été tenté. A nouveau tu croises ses yeux bleus.

« J'ai une cicatrice qui serpente autour de mon bras. Je me suis demandé si l'on pouvait la cacher derrière un dessin, l'un de ces tatouages compliqués ? Combien de temps cela prendrait ? Et si cela était douloureux ? » Il parle de façon un peu vieillotte. Ou disons pas vieillotte mais structurée, plus proche d’un langage écrit qu’une langue vivante, un peu comme les familles d’anciens aristocrates qui s’attachent énormément à la rigidité de leurs traditions. Peut-être qu’il vient d’un tel milieu. Auquel cas le tatouage est assez étrange. Sa question est la question typique du mec qui ne s’est jamais fait faire de tatouage. Sauf que la plupart viennent quand même avec une idée. Ceci dit sa demande peut potentiellement te laisser exprimer ta créativité et ça c’est toujours bon à prendre. Quant au temps… Pense-t-il que tu puisses le dire alors que tu n’as presque aucune info sur ses envies de tatouage ? Il a un beau sourire ceci dit alors tu pardonneras. « L'idée m'inquiète. Je suis assez douillet et craintif. » Allons bon, monsieur et son attitude de warrior sont en réalité une princesse ? Tu as un petit ricanement amusé, pas vraiment moqueur mais juste un brin. « So, a) sure it’s absolutely possible to cover up the scar b) the arm’s not really the most painful bodypart for tattoos, although the elbow is a tad harder to bear and c) no idea, depends on the size of the scar, how complex it’ll be, whether or not you want colour… Can’t tell you anything more without information. » « Alors, 1) c’est absolument possible de cacher la cicatrice 2) le bras n’est vraiment pas l’endroit le plus douloureux, le coude ça l’est un peu plus déjà et 3) aucune idée, ça dépend de la taille de la cicatrice, de la complexité, de la présence ou absence de couleurs… Là je peux rien dire sans plus d’infos. » Ah le pire c’est les gens qui arrivent en mode ‘‘je voudrais un oiseau sur l’épaule ça coûtera combien ?’’. Eh ben ça dépend connard, tu veux un poussin de moineau dessiné juste en lignes ou un putain d’aigle qui te prendra toute l’épaule et dessiné au poil de cul près avec toutes les couleurs ? Un peu de précision putain. Enfin cet homme n’a pas non plus l’air d’être de ce genre-là, il est juste un peu hors de son élément de toute évidence. Tu regardes brièvement son avant-bras mais les manches ne te parlent pas beaucoup.

« Could I see your arm ? » « Je peux voir votre bras ?  » Tu restes à distance respectueuse mais tends la main pour examiner la cicatrice dont il parle.  « What sort of tattoo would you have in mind? Trees, words, stuff? And what style? Watercolor, more regular…? Have a design in mind or should I draw something? » «Vous pensiez à quel genre ? Des arbres, des mots, n’importe quoi ? Et quel style ? Aquarelle, plus classique… ? Vous avez un dessin en tête ou est-ce que je devrais croquer quelque chose ? »

_________________

- aux sombres héros de l'amer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyLun 14 Mar - 17:54



 
Jonas O'Leary - Snezhana Volkov

  Jonas écoutait la jeune femme mais son regard papillonnait un peu partout pour revenir sur elle. Il se donna le temps de répondre. Quelque chose le troublait, le dérangeait et il détestait ce sentiment d'incertitude.
Elle avait bien dit, dix de présence dans sa ville. Comment ce lieu avait-il pu lui échapper pendant sept ans... si l'on retirait trois de guerre bien loin d'ici. Jonas se prit à penser que les propriétaires devaient avoir un don certain de discrétion... ou de camouflage.
Il observa cette slave à l'allure gothique en se disant qu'elle le perturbait. Et il détestait les questions sans réponse.

Puis il regarda machinalement son bras droit. Il avait fini par oublier sa cicatrice. Puis il songea à sa longueur. Il était impossible de faire passer cela pour un accident quelconque... Quelqu'un qui connait les lames et leurs usages allait reconnaitre une blessure par arme blanche.

Il sourit  de sa manière nonchalante et étrangement amicale.

J'ai un blouson et un pull. Je vais devoir les retirer. Je ne vois pas très bien comment faire autrement pour vous la montrer.

Jonas retira son blouson et son pull avec le naturel et l’indifférence qu'il aurait eut dans le cabinet d'un médecin. Il déposa le tout sur un tabouret égaré au milieu de la pièce. Il présenta son bras à la jeune femme. De son doigt, il suivit la cicatrice qui partait du dos de sa main et s'enroulait comme un serpent jusqu'à son coude et un peu au-dessus.
Jonas eut cette fois un sourire crispé. Il songea au jeune garçon, à l'enfant soldat qui lui avait fait cela. Ce dernier aurait pu lui trancher une artère. Et il en aurait fini avec ses questionnements stupides sur son avenir

Il baissa les yeux vers la jeune femme

Je crois que j'ai changé d'avis... Il ne faut pas avoir honte de nos cicatrices. Elles font partie de nous. Ce serait assez pathétique de ma part de vouloir la cacher

Il se savait très pale. Il avait toujours détesté le soleil. Il s'était toujours protégé de lui de manière visiblement efficace. Pour un peu, on pourrait lui trouver une blancheur lunaire. L'idée et l'image l'amusèrent beaucoup

Il présenta son autre bras à la tatoueuse.

J'aurais une autre demande.
Et je l'avoue... Ceci est une impulsion de ma part....


Il prit le temps de respirer. Il se sentait un peu nerveux. Après tout, un tatouage était comme une cicatrice... on mourait avec. Un mariage sans divorce possible...

Je souhaite à mon autre bras, un tatouage autour de mon poignet. J'imagine quelque chose qui évoquerait un bracelet-jonc

Et puis l'image qu'il voulait s'imposa.

Cela représentera le corps d'un loup enroulé autour de mon poignet... un loup mort

Cette image lui était venue et s'était imposée quand ses yeux bleus avaient accroché le regard de la jeune femme.

 

     
   
 


 
© By Halloween sur Never-Utopia

 
Revenir en haut Aller en bas

Snezhana Volkov
howling at the moon

Snezhana Volkov
Messages : 1018
Pseudo : + cranes for spidey. (not so serious)
Avatar : + ira chernova.
Crédits : + ciel.
Double compte : + nephaël asshole morgenstern.
Image : Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Tumblr_muz34h4AJg1slhgs2o3_500
Âge : + 30 ans.
Statut civil : + célibataire.
Occupation : + tatoueuse.
Poste dans la meute : + bêta.
Don : + transformation instantanée.
Date d'inscription : 25/01/2016
Age : 21

TO KNOW MORE
Relations:

Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov EmptyDim 3 Avr - 2:06



« J'ai un blouson et un pull. Je vais devoir les retirer. Je ne vois pas très bien comment faire autrement pour vous la montrer. » Demander à des beaux mecs de faire des striptease dès le matin est au moins une façon à peu près satisfaisante de commencer sa journée de travail, ça peut compenser la présence de Saul. Enfin, tu restes professionnelle bien évidemment, ce n’est pas par plaisir lubrique que tu as demandé à voir son bras mais parce que tu en as besoin tout simplement, on ne peut pas s’attendre à ce que tu travailles sans avoir rien vu du sujet avant. Ce serait tout simplement stupide. Alors tu ne bronches pas en le regardant enlever ses vêtements, faisant simplement une note mentale de ses muscles sans rien en laisser paraître. D’ailleurs le mec est un cachet d’aspirine, fidèle à son pays. Tu pris son poignet sans être trop brusque mais tu es loin de la douceur dans tes mouvements. La cicatrice est impressionnante c’est clair mais tu as l’habitude. Les gens n’ont pas idée du nombre de marques ignobles que voient les tatoueurs. C’est logique pourtant, quand son corps a été marqué contre sa volonté, qui ne voudrait pas se le réapproprier en camouflant la trace outrageuse par de l’art désiré ? Tu as toi-même quelques cicatrices de chasseurs ou sorciers qui ont été recouvertes d’encre. Pas aussi profondes et longues que celles de l’inconnu bien sûr. Tu te demandes si c’est une des créatures de la nuit qui lui a fait ça ou si cela n’a aucun rapport avec la malédiction de cette ville. « Je crois que j'ai changé d'avis... Il ne faut pas avoir honte de nos cicatrices. Elles font partie de nous. Ce serait assez pathétique de ma part de vouloir la cacher. » Allons bon, le mec fait des décisions sur des coups de têtes, ce n’est pas le genre de clients qu’on apprécie dans la profession. Cependant tu peux comprendre ce revirement, heureusement qu’il est venu avant que le travail ne soit commencé. « Hiding it doesn’t always mean you’re ashamed, might just mean you want to get to another chapter of your life without constantly carrying past burdens. » « Les cacher c’est pas forcément honteux, ça peut juste vouloir dire qu’on veut tourner la page sans constamment avoir son passé sous les yeux. » Tout le monde ne veut pas se regarder dans le miroir chaque matin et voir une tragédie. Ou ça peut être simplement esthétique. Malgré tout son point de vue se respecte et même si tu n’étais pas d’accord ce ne serait de toute façon pas ta décision.

« J'aurais une autre demande. Et je l'avoue... Ceci est une impulsion de ma part... » Encore ? Mais franchement, combien de fois ce mec s’est-il marié à Las Vegas pour divorcer quelques heures plus tard ? On ne le saura jamais, what happens in Vegas stays in Vegas… Tu pousses un très léger soupir, amusée autant qu’exaspérée devant tant d’indécision et d’impulsions. « Je souhaite à mon autre bras, un tatouage autour de mon poignet. J'imagine quelque chose qui évoquerait un bracelet-jonc. » Ce serait certes beaucoup moins imposant que ce qu’il aurait fallu pour recouvrir cette cicatrice monstre. Un bracelet-jonc c’est plus classique, tu peux le faire juste à la limite de la manche pour qu’il puisse le cacher, sait-on jamais, pour le travail. « Cela représentera le corps d'un loup enroulé autour de mon poignet... un loup mort. » C’est en regardant dans tes yeux qu’il te dit ça et immédiatement la paranoïa passe dans tes veines. Est-ce qu’il sait ? Est-ce qu’il est un chasseur ? Cette volonté d’exhiber un loup mort semble bien de leur trempe. Parce qu’un tatouage de loup c’est un grand classique mais mort, c’est un peu dérangeant. Cependant tu ne laisses pas paraître grand-chose à part que tu es un peu déroutée. Tu lèves un sourcil. « Dead? That is a bit strange but mostly… In a bracelet tattoo I don’t really know how I’m going to be able to show that the animal is dead. Do you have any ideas about that? » « Mort ? C’est un peu bizarre mais… Dans un tatouage-bracelet je sais pas vraiment comment je vais montrer qu’le bestiau est mort. Des idées ? » Un animal mort n’est généralement pas fait pour ce genre de tatouages, ces dessins enroulés se prêtent surtout au mouvement. Un corps est souvent représenté en tas, alors qu’un loup bondissant se tatoue parfaitement en cercle. « Although I could represent a wolf lunging at something but riddled with arrows or with knives stuck in its back, the last moment of the hunt, kinda poetic, the last flight. » « Enfin je pourrais représenter un loup plongeant vers quelque chose mais criblé de flêches ou avec des couteaux plantés dans le dos, le dernier moment de la chasse, plutôt poétique, le dernier envol. » Tu lèves vers lui des yeux interrogateurs, te demandant si l’idée trouvera résonance dans le client.


_________________

- aux sombres héros de l'amer -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty
MessageSujet: Re: Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov   Un chasseur et une louve venue du froid -  Jonas O'Leary - Snezhana Volkov Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chasseur et une louve venue du froid - Jonas O'Leary - Snezhana Volkov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: out of darkness :: le cimetière :: dans le jeu :: rp saison 1-