membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez
 

 when the darkness comes (killersen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thaddeus Killingworth
we pledge ourselves to the goddess

Thaddeus Killingworth
Messages : 490
Pseudo : metropolis (steph)
Avatar : grant gustin
Crédits : (avatar @cheap thrills)
Double compte : helios & astoria
Image : when the darkness comes (killersen) Tumblr_o9jfbn89FA1qeufx0o2_500
Âge : vingt-six hivers, écorché vif.
Statut civil : coeur à la dérive, âme à l'agonie. il prend ce qui vient, ni plus ni moins.
Occupation : il entretient et entraîne le corps des autres le jour, avant d'aller exposer le sien dans les bars le soir
Élément : les abysses qui étouffent, asphyxient, et détruisent. l'eau, destructrice.
Date d'inscription : 17/01/2016
Age : 24

TO KNOW MORE
Relations:

when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptySam 27 Fév - 0:38


thaddeus & poppy
Just close your eyes, the sun is going down. You'll be alright, no one can hurt you now. Come morning light, you and I'll be safe and sound. Don't you dare look out your window darling everything's on fire. The war outside our door keeps raging on. Hold onto this lullaby even when the music's gone

Il l’avait écouté sans trop savoir pourquoi. Enfin, si, il savait pourquoi. Ce qu’il ignorait, en revanche, c’était les raisons pour lesquelles elle lui avait demandé cela aux premiers abords. C’était stupide, c’était insensé. Dangereux. Thaddeus le savait, il n’aurait jamais dû dire oui, et encore moins l’écouter. Il pouvait encore faire demi-tour, sortir d’ici, de cette pièce qui commençait déjà à l’étouffer, à l’asphyxier et à l’empoisonner de l’intérieur. Il pouvait encore fuir cette atmosphère toxique, et fuir ce qu’il savait déjà être une erreur monumentale. Il était encore temps, il le pouvait, il le devait. C’était crucial. Il n’avait jamais fait cela auparavant, n’avait même jamais tenté de résister à l’appel de sa Mère, à cette folie lunaire qui l’envahissait chaque mois. Il se contentait d’obéir, et de fuir son foyer, trois nuits durant. Mais il avait fini par céder, sans grande résistance, à vrai dire. Il ne pouvait pas lui dire non, il ne pouvait rien lui refuser. Pas après ce qu’il lui avait fait enduré. Poppy. C’est elle qui avait eu cet idée, elle qui lui avait proposé ce plan désastreux, aux arrière-goûts douloureux et complètement délurés. Elle devait le savoir pourtant, c’était un besoin physique, psychologique, qu’il ne pouvait résister, et encore moins contrôler. Sa Mère, la Déesse, avait toute emprise sur lui en cette soirée, et elle ne comptait pas le laisser en paix si aisément. Il n'allait pas réussir à surmonter cette épreuve, cela lui était impossible. Comment l'aurait-il pu, à vrai dire ? Tout sorcier sensé aurait hurlé au scandale, et il était le premier à le faire, à maudire ce choix qu'il avait fait, et qui lui en coûterait, pour sûr. il se souvenait encore bien trop amèrement de sa première nuit, de sa première fois. Son premier sacrifice. Il était encore jeune, à l'époque, un adolescent qui ignorait tout du monde, et de qui ce dernier dépendait déjà. Misty. Misty. Misty. Elle le hantait sans cesse. Mais pas cette nuit. Il avait bien trop mal, il suffoquait déjà, son coeur palpitant de plus en plus à mesure que les  secondes s'écoulaient, inlassablement. Thaddeus avait l'impression de revenir dix ans en arrière, lorsqu'il avait seize ans, et connaissant sa première pleine lune. Les sensations étaient les mêmes, mais en plus décuplés, en plus éprouvantes. Sa Mère le punissait, il le savait pertinemment. Elle lui intimait l'ordre de sortir d'ici, de se libérer de ces chaînes invisibles, et de lui délivrer son bien le plus précieux. Et le sorcier n'en éprouvait qu'une honte plus grande. Il se refusait à sa Mère, et à ce don  qu'elle lui avait fort. Et en cet instant, tout ce qu'il souhaitait, c'était embrasser ce côté sombre de sa personnalité, accueillir la nuit à bras ouverts, et faire couler le sang d'un innocent - tout en sachant pertinemment que non loin de lui, à quelques mètres seulement, un sacrifice potentiel était là, à portée de mains. Une lueur démente dans les yeux, il ne bougea pas, néanmoins, se contentant de souffrir en silence,  une agonie primaire, sauvage, envahissant tous ses sens.  

_________________


A cold wind was blowing from the north, and it made the trees rustle like living things. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

shipwhore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyLun 29 Fév - 5:38


thaddeus & poppy
When all those shadows almost killed your light. I remember you said, "Don't leave me here alone" But all that's dead and gone and passed tonight. Just close your eyes... The sun is going down, You'll be alright.

Tout autour d'elle, il n'y avait que cela. La pleine lune et les monstres qui venaient avec. Ça lui faisait peur à la blonde. Bien qu'elle continuait de les côtoyer les monstres dans sa vie. Sa mère pour commencer et maintenant, y'avait Thaddeus. Qu'elle avait vu les mains couvertes de sang, le regard assassin. Elle aurait dû courir, s'enfuir et ne jamais se retourner. Parce qu'il était un sorcier et elle pourrait être une proie facile. Pourtant, ses pas l'ont menée ce soir à son appartement. Par elle ne savait quel miracle, elle avait réussi à le convaincre de ne pas sortir tuer ce soir même si la Lune était haute dans le ciel et bien ronde. L'humaine ne comprenait pas trop ce que ça impliquait d'être sorcier. Elle comprenait à peine sa mère, une louve depuis un an. Tout ce qu'elle voulait, c'était continuer de les voir comme des humains. Pas des meurtriers, bêtes, monstres. Tant de diminutifs qu'elle ne pouvait se résoudre à accepter. Tout ce qu'elle savait, c'était que ça ressemblait à une pulsion. Un besoin qui les poussaient à tuer. Comme un addict à sa drogue. Elle n'arrivait pas vraiment à se mettre à leur place. Comprendre ce qui pouvait se passer dans leur tête ou leur corps un soir de pleine lune. La Andersen était tout de même heureuse que Thaddeus ait accepté. L'avoir vu couvert de sang... Cela suffisait à faire couler un frisson dans son dos. L'idée que ce soir encore il recommencerait, l'avait poussée à lui faire cette demande probablement insensée. La soirée venait à peine de commencer et Poppy voyait bien que l'état du jeune homme empirait. Elle regretta bientôt de lui avoir demandé de rester avec elle ce soir. Elle détestait le voir souffrir comme ça. Sans parler de ce regard brillant d'une douce folie qu'il jetait sur elle dans le silence de la pièce. Elle finit par se lever du divan et aller à la cuisine et de préparer du café. Pour elle, pour lui. Elle allait rester réveillée toute la nuit s'il le fallait pour le soulager du mieux qu'elle pouvait. Lui changer les idées aussi. Malheureusement, elle ignorait comment s'y prendre et tout ce qu'elle pouvait faire, c'était tâtonner dans le noir total. Elle revint au salon et s'assit à côté de lui en lui tendant la tasse. « Je t'ai fais un café aussi. » Il devait bien se ficher du café. N'ayant soif que de meurtres et de sang... « Est-ce... Est-ce que ça va ? T'as besoin de quelque chose d'autre ? » Elle savait déjà que ça n'allait pas. Ça se voyait, il avait l'air malade et tout ce qu'elle voulait, c'était l'aider à passer à travers cette nuit. Ça lui faisait mal à elle aussi qu'il souffre ainsi, l'inquiétude se lisant sur les traits de son doux visage.
Revenir en haut Aller en bas

Thaddeus Killingworth
we pledge ourselves to the goddess

Thaddeus Killingworth
Messages : 490
Pseudo : metropolis (steph)
Avatar : grant gustin
Crédits : (avatar @cheap thrills)
Double compte : helios & astoria
Image : when the darkness comes (killersen) Tumblr_o9jfbn89FA1qeufx0o2_500
Âge : vingt-six hivers, écorché vif.
Statut civil : coeur à la dérive, âme à l'agonie. il prend ce qui vient, ni plus ni moins.
Occupation : il entretient et entraîne le corps des autres le jour, avant d'aller exposer le sien dans les bars le soir
Élément : les abysses qui étouffent, asphyxient, et détruisent. l'eau, destructrice.
Date d'inscription : 17/01/2016
Age : 24

TO KNOW MORE
Relations:

when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyMer 2 Mar - 0:45

Il était de plus en plus difficile de résister. Et au fond, Thaddeus n'avait plus envie de se battre, de combattre cette pulsion qui l'animait. Il voulait y céder, pour ne plus avoir à souffrir ou à entendre ces voix qui résonnaient dans sa tête, échos successifs, lui faisant peu à peu perdre la raison. Tuer, c'est la seule chose à laquelle son esprit parvenait à penser. Tuer, tuer, tuer. Il se répétait ces quatre lettres en boucle, tel un mantra, un psychopathe. La Lune le poussait dans ses vices, exerçant sur lui cette influence mortelle que seule une mère pouvait avoir sur sa progéniture. Et il lui désobéissait, pour les beaux yeux d'une humaine. Humaine qu'il ne pouvait se résoudre à sacrifier, malgré les circonstances, et malgré la situation dans laquelle il se trouvait. Il persistait à résister, à repousser les exigences de sa mère, à cet appel du sang, grandissants. Et ce malgré les tremblements qui l'animaient. La souffrance. Il ne pensait en avoir connue une telle de toute sa vie. Elle était intolérable, insurmontable. Il peinait à imaginer comment Nerys pouvait s'infliger pareil supplice deux nuits durant, sans jamais céder à ses pulsions, ou même mourir. Il voulait hurler, mais aucun son ne parvenait à franchir ses lèvres. C'était comme  être enfermée à l'intérieur de son propre corps, sans moyen d'en sortir. La douleur le tétanisait, l'empêchant de faire le moindre geste, si ce n'est garder les yeux rivés sur la seule être personne dans la pièce. Le sorcier savait qu'il faisait peur, ressemblant à un semblant d'être humain, un monstre. Comme tous ces drogués qui n'avaient pas eu leur dose. Thaddeus comprenait leur combat, lui-même en proie à ses propres démons. Il avait soif de mort, de sang, et de violence. Plaisirs qu'il se refusait pour elle. Pour la protéger de l'horreur qui l'animait, et la libérer d'une certaine terreur. Mais au fond, il n'était pas certain qu'elle soit plus rassurée de le voir ainsi, recroquevillé sur lui-même, en proie à la douleur et à l'influence meurtrière de la Déesse. Elle s'approcha de lui, et le sorcier souhaitait plus que tout au monde qu'elle le laisse seul. Il ne voulait pas qu'elle reste là, à le voir dans cet état, surtout quand il se savait beaucoup trop faible. Et qu'il était capable de céder à n'importe quel moment. Il s'en voudrait si quoique ce soit lui arrivait par sa faute. Si son sang finissait par couler en cette nuit de cauchemars. Un café. Il sourit en son fort intérieur. Il voyait bien qu'elle faisait des efforts, qu'elle essayait de comprendre et d'aider. Mais elle ne faisait qu'empirer les choses. Elle ne pouvait pas comprendre. Elle ne comprendrait jamais. C'était ainsi. Tu... tu ne devrais pas rester si près de moi. Il n'avait pas sa dague sur lui, mais un accident était si vite arrivé. Tout, autour de lui, était susceptible de servir d'armes. Absolument tout. S'il avait besoin de quelque chose. Il avait l'envie amer de lui répondre que oui. Que lui fournir un sacrifice et le laisser sortir était son veux le plus cher. Qu'il désirait céder à sa folie lunaire et sortir trancher des gorges et contempler le sang couler à flot sur ses mains. Mais il ne pouvait s'y résoudre. Ce n'était pas des mots qu'il pouvait lui adresser, qu'il devait même prononcer en sa présence. Alors, il enfouit ses pensées sanguinaires au fond de lui, et se contenta de hocher négativement de la tête. Je... le mieux à faire... c'est d'attendre... que ça passe. Une nuit entière à souffrir le martyr, à souffrir en silence. Pourquoi ? Il n'en savait plus vraiment la raison, au final. Une quinte de toux le prit, son propre sang venant se déverser sur ses mains. Il avait mal, beaucoup trop mal. Chacune de ses paroles lui irritaient la gorge, lui brûlaient les entrailles. Il avait l'impression de mourir sur place.   Et au fond, il acceptait son sort.

_________________


A cold wind was blowing from the north, and it made the trees rustle like living things. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

shipwhore:
 


Dernière édition par Thaddeus Killingworth le Sam 2 Avr - 14:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyMer 2 Mar - 4:42


thaddeus & poppy
When all those shadows almost killed your light. I remember you said, "Don't leave me here alone" But all that's dead and gone and passed tonight. Just close your eyes... The sun is going down, You'll be alright.

Il souffrait, et elle souffrait. Ça se voyait derrière ce regard meurtrier qui la suivait dans chacun de ses gestes. Peut-être un mauvais présage... Peut-être bien que c'était d'appeler les ennuis que de rester avec lui ce soir alors qu'elle pouvait finir en sacrifice comme ça avait déjà été le cas. Et elle n'avait pas l'envie de retenter l'expérience. Mais alors pourquoi s'entêtait-elle à côtoyer le Killingworth ? Parce qu'elle lui faisait confiance ? Qu'elle aimait jouer avec le feu ? Elle ne savait trop pourquoi mais au fond, la réponse lui paraissait bien simple. Elle tenait à lui plus qu'elle ne se l'imaginait. Penser un seul instant qu'il pouvait être dehors, prisonnier de l'influence de la pleine lune et risquer de rencontrer des loups ou des chasseurs lui est insupportable bien plus que le fait qu'il faisait couler le sang. La guerre, là dehors, entre les créatures de la nuit risquait à tout moment de lui arracher sa mère, mais aussi le sorcier. Cette idée la dérangeait plus qu'elle ne voulait se l'avouer. Lui, plus que n'importe qui. Elle s'était promis après son ex-petit ami de ne plus jamais s'attacher et pourtant c'était bien ce qui était en train d'arriver alors qu'elle tenait compagnie à Thaddeus en nuit de pleine lune. Nuit meurtrière et sanglante. Elle l'avait vu. Thaddeus, le sorcier. Le tueur. Et maintenant, il avait l'air d'un animal sauvage acculé dans un coin. Il doit bien y avoir quelque chose qu'elle peut faire, non ? C'était ce qu'elle essayait de se convaincre alors qu'elle s'installait à ses côtés, tasse en main, qu'il déclinait dans un tremblement. « Tu... tu ne devrais pas rester si près de moi. Je... le mieux à faire... c'est d'attendre... que ça passe. » Que ça passe... quelque chose lui disait que ce qu'il voulait dire, c'était qu'il allait devoir attendre que la lune disparaisse dans le ciel pour faire plus au matin. Mais elle était fin prête à lui tenir compagnie aussi longtemps qu'il le fallait. Ça avait été son idée après tout. Il avait mal à cause d'elle et Poppy parut encore plus inquiète en le voyant cracher du sang. Elle déposa les deux tasses sur la table basse et alla chercher une serviette pour nettoyer l'hémoglobine. Le voir ainsi lui faisait peur, lui faisait mal... mais plus que tout, ça l'enrageait. Tout ce qu'elle savait des sorciers c'était qu'ils étaient poussés par la lune - une supposée déesse - et si c'était le cas, elle la maudissait cette Mère qui lui infligeait une telle punition. Si elle pouvait lui parler, elle lui ferait savoir sa façon de penser. Traiter ainsi son... enfant... c'était inhumain. Et elle se sentait elle-même mal à présent de lui avoir demandé de rester à l'intérieur ce soir. Avec elle. Peut-être était-ce égoïste, de vouloir voler le jeune homme à sa Mère. Malgré tout, elle ne comptait pas aller nulle part, peu importe ce que pouvait en penser le jeune homme. « Si tu comptais t'en prendre à moi, tu l'aurais déjà fait. Alors... J'suis là. Et je vais nulle part. » Glissant ses doigts fins contre son épaule pour le rassurer, se rassurer elle-même aussi, elle entreprit de nettoyer le sang tâchant maintenant les mains du sorcier avec la serviette qu'elle tenait dans l'autre main. Le sang de Thaddeus, pas celui d'un sacrifice et pourtant la vue lui était aussi insupportable. Elle passait pourtant par dessus son malaise et tâchait de ne rien montrer. « Je... je savais pas que ça te rendrait malade à ce point. » Ajouta-t-elle d'un air inquiet devant sa mine qui empirait à chaque seconde. Par la fenêtre, la nuit était véritablement tombée. Noire et inquiétante. Bien qu'une certaine partie d'elle, son instinct lui disait de se méfier de Thaddeus, elle ne pouvait imaginer le sorcier s'en prendre à elle. Pas même alors qu'il jetait des regards sanguinaires sur elle. Parce que si elle avait été une sorcière, elle savait qu'elle aurait tout fait en son pouvoir pour ne jamais s'en prendre au jeune homme également...
Revenir en haut Aller en bas

Thaddeus Killingworth
we pledge ourselves to the goddess

Thaddeus Killingworth
Messages : 490
Pseudo : metropolis (steph)
Avatar : grant gustin
Crédits : (avatar @cheap thrills)
Double compte : helios & astoria
Image : when the darkness comes (killersen) Tumblr_o9jfbn89FA1qeufx0o2_500
Âge : vingt-six hivers, écorché vif.
Statut civil : coeur à la dérive, âme à l'agonie. il prend ce qui vient, ni plus ni moins.
Occupation : il entretient et entraîne le corps des autres le jour, avant d'aller exposer le sien dans les bars le soir
Élément : les abysses qui étouffent, asphyxient, et détruisent. l'eau, destructrice.
Date d'inscription : 17/01/2016
Age : 24

TO KNOW MORE
Relations:

when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyDim 6 Mar - 1:32

C'était une sensation étrange que celle de se sentir mourir, lentement, et douloureusement. Il se sentait partir à petit feu, sans rien pour le soulager. C'était une épreuve qu'il ne souhaitait à personne, pas même à ses ennemis, pas même à ces abominations qu'étaient les loups. Elle était irréelle, inhumaine. C'était ainsi que l'avait voulu sa Mère, et c'était ainsi qu'il devait subir sa colère divine. Recroquevillé sur lui-même, et tremblant de tout son être. Il avait l'impression désagréable que les murs l'entourant se refermaient sur lui, comme pour mieux le piéger, et le faire suffoquer. Ce qui n'arrangeait en rien sa situation, déjà plus que pitoyable. Il leva les yeux vers l'humaine, et ravala un sanglot. Il pouvait lire tant de compassion dans ceux de cette dernière, que son coeur lui fit mal. Le sorcier ne comprendrait jamais pourquoi elle s'entêtait à vouloir l'aider, et à vouloir le soutenir ainsi. Elle méritait mieux que lui, mieux que toute cette vie. Et, pourtant, elle était là, prenant bien soin de retirer le sang sur ses mains, sur ses lèvres, sans même fuir. Etait-il chanceux à ce point ? Poppy ne s'en rendait sûrement pas compte, mais aux yeux du sorcier, elle était un ange gardien venue le sauver de sa perdition, le repentir de ses péchés. Thaddeus n'aurait jamais cru tomber sur un être aussi rempli de bonté et de tolérance en ce monde. Sa famille l'avait rejeté, il n'y avait plus rien de bon en lui. Seulement des ruines, que la Déese prenait plaisir à reconstruire, pour mieux les détruire par la suite. Poppy était son seul chemin vers la Lumière. Lumière à laquelle il s'accrochait, toujours autant plongé dans les ténèbres. Pourquoi est-ce... pourquoi est-ce que tu restes là ? une question toute simple, mais non dépourvue d'affection. Il voulait savoir, il voulait comprendre. Il avait besoin d'être rassuré. Mais avant tout, il voulait la remercier, même s'il en était incapable. Une partie de lui ne cessait de lui répéter que c'était de sa faute à elle s'il était dans cet état, et qu'il devait se venger de la meilleure façon qu'il soit. Mais l'autre partie, plus sensée, lui murmurait qu'elle n'était pas responsable, qu'elle n'était qu'une énième victime dans cet univers impitoyable, aux règles sadiques, et cruelles. Deux voix qui s'exécutaient dans son esprit, le fatiguant d'autant plus. Il décida de n'en écouter qu'une seule, toutefois. Sa raison, son coeur. Il tremblait toujours autant, crachait toujours autant de sang, encore plus qu'avant, les yeux rivés sur elle, partagé entre une folle envie de la prendre dans ses bras, et celle de lui tordre le cou. Mais le fait de savoir que sa confiance en lui ne faiblissait pas - ne faiblirait jamais - rendait son supplice moins difficile. Ce n'est pas ta faute... c'est la ... mienne. Comment Poppy aurait-elle pu savoir ? C'était lui qui avait accepté, alors qu'il savait ce à quoi il se heurtait. Il tremblait trop et perdait trop de sang, et n'était même plus certain de pouvoir supporter tout cela, ni même d'être en mesure de survivre à cette nuit. Les mains de l'humaine sur ses épaules suffirent à briser les dernières barrières qu'il possédait, des larmes se déversant sur ses joues, se mélangeant au sang déjà présent sur ses mains, et à la sueur sur ses vêtements. Ses yeux croisèrent de nouveau les siens, toute la douleur et la compassion -l'amour- qu'ils avaient l'un pour l'autre s'y déversèrent. Merci... pour tout... un seul mot, qui décrivait pourtant bien plus.  Thaddeus ne voulait plus paraître fort. Il ne voulait plus fuir qui il était, ce qu'il était. Ni même ce qu'il ressentait. Il avait peur, il avait mal. Mais, avant tout, il lui était reconnaissant à elle d'être présent à ses côtés. Pour le meilleur, et pour le pire.

_________________


A cold wind was blowing from the north, and it made the trees rustle like living things. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

shipwhore:
 


Dernière édition par Thaddeus Killingworth le Sam 2 Avr - 14:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyDim 6 Mar - 8:06


thaddeus & poppy
When all those shadows almost killed your light. I remember you said, "Don't leave me here alone" But all that's dead and gone and passed tonight. Just close your eyes... The sun is going down, You'll be alright.

La blonde n’avait jamais supporté la vue du sang. Ça lui donnait la nausée et l’odeur lui rappelait trop celle du métal. Pourtant, elle nettoyait minutieusement les mains et les vêtements du jeune homme à mesure qu’il continuait de se vider du carmin liquide vital. Poppy avait l’impression de le voir mourir sous ses yeux, seulement pour éviter qu’une autre personne soit victime de sa lame et des caprices de cette supposée déesse lunaire. C’était révoltant et bien qu’elle était d’une douceur incroyable avec Thaddeus, elle ne pouvait s’empêcher de rager en silence contre la Lune. Contre cette Mère indigne qui faisait souffrir le Killingworth seulement parce qu’elle lui avait demandé de ne pas sortir ce soir. Si elle avait pu monter aux cieux et envoyer un coup de pied dans l’astre lunaire, elle l’aurait fait. Mais elle devait se contenter de cette rêverie naïve pour supporter la vue d’un Thaddeus complètement affaibli et malade. Et même dans cet état, elle ne pouvait s’empêcher de le trouver beau. Le jeune homme qu’elle avait sous les yeux était à milieu de celui qu’elle connaissait depuis un an. Sûr de lui, amical, bavard et amusant. Impossible à faire fléchir. Lentement, elle le voyait pourtant devenir de plus en plus vulnérable et ça lui crevait le coeur. « Pourquoi est-ce... pourquoi est-ce que tu restes là ? » La question la prenait un peu au dépourvu. Rester à ses côtés alors qu’elle connaissait sa nature. Ce dont il était capable. En faire fi et continuer de le supporter malgré tout. Au fond, elle sait pourquoi mais elle ne veut simplement pas se l’avouer. Après ce qui était arrivé avec son ex petit ami, on aurait pu croire qu’elle avait appris sa leçon… On pourrait croire qu’elle ferait tout pour se tenir loin du monde lugubre des créatures de la Lune mais elle s’entêtait à rester aux côtés de Thaddeus. Parce que… Parce qu’au fond, elle ressentait plus que de la simple amitié pour lui. Ce mot qui commençait pas un grand A mais dont elle n’osait pas penser. Si elle se laissait ses pensées vagabonder de ce côté, ça lui ferait encore plus mal de le voir souffrir comme ça à ses côtés alors qu’elle est totalement impuissante pour le soulager. Il avait beau avoir échangé les regards meurtriers pour ceux remplis d’affection sûrement pour la rassurer, elle voyait bien qu’il se rongeait de l’intérieur d’un mal qu’elle avait l’impression de ressentir elle-même. « C’était mon idée, faut que j’assume jusqu’au bout. Et puis... Et puis j'veux pas te perdre alors je veille sur toi. » Elle continuait de nettoyer religieusement le sang qui s’échappait de ses lèvres, ainsi que la sueur qui perlait sur son front… Il serait bien ingrat de lui faire endurer une telle souffrance et de simplement aller se coucher sans plus se préoccuper de son sort. Ce n’était pas dans sa nature à la blonde de toute façon. « Ce n'est pas ta faute... c'est la ... mienne. Merci... pour tout. » Son coeur se pinça de le voir laisser tomber les armes comme ça. La remercier alors qu’elle était la source de sa douleur, c’était insensé mais elle n’avait pas la force de le contredire. Pas alors qu’elle le sentait si faible et tremblant à quelques centimètres d’elle. Ce qu’elle pouvait détestait la Déesse en ce moment, déchirée de voir Thaddeus dans cet état de plus en plus alarmant. Poussée par un instinct, une pulsion incontrôlable, elle vint doucement glisser ses bras autour de ses épaules et l’attirer contre elle. Et elle le serra. Doucement bien qu’elle avait l’impression de l’étouffer tellement sa respiration était erratique, comme s’il cherchait sans cesse à attraper quelques bouffées d’air. Elle se fichait bien du sang qui pouvait tâcher ses vêtements, elle n’aurait qu’à se changer ensuite. « J’vois pas pourquoi tu me remercies… je peux absolument rien faire pour toi… Sauf te soutenir… J’espère. » Répondit-elle d’une voix brisée. Et elle s’accrochait à lui presque désespérément, comme s’il allait rendre son dernier souffle, là dans ses bras. L’ayant tiré de sa position recroquevillée, elle l'enlaçait tendrement, sentant son front fiévreux dans son cou. Mais elle se fichait de tout. Du sang, de la sueur, du monde dehors. Tout ce qui comptait c’était Thaddeus et seulement lui. Et l’espoir que la simple présence de Poppy allait lui suffir pour passer la nuit...
Revenir en haut Aller en bas

Thaddeus Killingworth
we pledge ourselves to the goddess

Thaddeus Killingworth
Messages : 490
Pseudo : metropolis (steph)
Avatar : grant gustin
Crédits : (avatar @cheap thrills)
Double compte : helios & astoria
Image : when the darkness comes (killersen) Tumblr_o9jfbn89FA1qeufx0o2_500
Âge : vingt-six hivers, écorché vif.
Statut civil : coeur à la dérive, âme à l'agonie. il prend ce qui vient, ni plus ni moins.
Occupation : il entretient et entraîne le corps des autres le jour, avant d'aller exposer le sien dans les bars le soir
Élément : les abysses qui étouffent, asphyxient, et détruisent. l'eau, destructrice.
Date d'inscription : 17/01/2016
Age : 24

TO KNOW MORE
Relations:

when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyMar 8 Mar - 1:13

Il comprenait mieux, à présent, pourquoi peu de sorciers s'amusaient à désobéir à l'influence de leur Mère. Il comprenait également pourquoi il ne l'avait jamais fait, jusqu'à présent. C'était un sentiment précieux, euphorique, de se laisser faire. D'embrasser sa nature, et de ne pas résister. Quelque chose que seuls les sorciers pouvaient connaître. Une force extrême, et une puissance comme nulle part ailleurs. Il n'aurait pas su l'expliquer en mots. Rien ne pouvait décrire cette sensation qui les envahissait à chaque pleine lune. Ce plaisir insatiable dés lors que leur victime se vidait de ce liquide. Non, il n'y avait rien de comparable. Thaddeus ne parvenait même à comprendre comment Nerys pouvait s'infliger une telle souffrance deux nuits par mois, sans même hésiter une seule seconde. Il n'avait vécu cela qu'une seule fois. Et déjà, il regrettait son choix. Il pouvait sentir ses forces diminuer à mesure que les minutes défilaient. Et plus ses forces le quittaient, plus l'influence que la Lune exerçait sur lui  augmentait. Elle l'appelait, l'envoûtait. Et il ne voulait qu'une chose ; répondre à son appel. Il l'avait déçu trop de fois. Il ne voulait plus être le fils irrespectueux, le rebelle que l'on doit punir, celui qui déçoit. Il aimait bien trop sa Mère pour cela. Mais le fait est que, il aimait Poppy bien plus encore. Et cela le perturbait profondément. Ses sentiments envers l'humaine était blasphématoire. Une hérésie. Et cela le terrorisait. Mais il ne voulait pas la perdre. Bien plus encore qu'il aimait tuer, et sacrifier, il voulait rester à ses côtés. Quitte à souffrir en silence, et à mourir à petit feu. Tu ne pouvais pas savoir ce qu'il se passerait... Le sorcier aurait du lui dire, lui expliquer que c'était insensé, dangereux. Qu'elle aurait du le laisser esclave de la nuit. Il y avait tant de raisons pour ce que cela dégénère. Des heures entières à passer ensembles, et un désir vengeur, tueur qui grandissait en lui. Ca le tuait, de voir Poppy ainsi appliquée dans ses gestes, seulement pour le soulager, lui. Il ne le méritait pas. Il ne la méritait pas. Mais elle pouvait s'acharner à retirer le sang sur ses mains, il y en aurait encore. Tant que la Lune présidait là-haut, sur son trône, Thaddeus ne connaîtrait pas la paix. Et elle non plus. Tu es là... c'est... tout... ce qui importe. Il voulait parler, mais il n'y parvenait plus. Sa gorge était bien trop imbibée de sang pour pouvoir fonctionner. Et la douleur qui l'animait semblait avoir annihiler toute pensée cohérente. Il n'était qu'une coquille vide, s'effritant à vue d'oeil. Poppy passa ses mains autour de lui, le serrant contre elle, offrant son réconfort et son amour pour lui. Thaddeus accueillit le geste avec soulagement et joie. Surprise, également, par le geste soudain et inattendu. Mais, il était prêt à accepter le moindre geste venant de l'humaine. Il s'accrochait à elle tout comme elle s'accrochait à lui. Chacun étant le refuge de l'autre, un point d'ancrage dans un océan déchaîné. Il se laissa faire, sans même tenter de se libérer, ce qu'il aurait du faire par tous les moyens. Une telle proximité était poison. La Lune pouvait à tout moment décider de prendre partie de la situation, ce que s'interdisait le sorcier. Il continuait de saigner, et de trembler, la sueur perlant sur tout son corps, dénotant grandement avec la clarté qu'était Poppy à ses côtés. Les battements de coeur de l'humaine le rassurait, bien qu'il ne puisse totalement échapper à ses démons. Des larmes vinrent se mêler au tableau, celles du sorcier, venant se déposer sur ses omoplates à elle, dans une parfaite harmonie. Il pleurait, sans même se retenir. Un trop plein d'émotions qui prenait possession de son corps, de son coeur. Et qui ne voulait plus le laisser partir. Douleur, reconnaissance, admiration, amour, peur. Alors, il ferma les yeux, laissant les ténèbres l'envahir, s'accrochant toujours autant à Poppy. Pour ne plus avoir à souffrir, ni même à réfléchir.

_________________


A cold wind was blowing from the north, and it made the trees rustle like living things. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

shipwhore:
 


Dernière édition par Thaddeus Killingworth le Sam 2 Avr - 14:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptySam 26 Mar - 4:28


thaddeus & poppy
When all those shadows almost killed your light. I remember you said, "Don't leave me here alone" But all that's dead and gone and passed tonight. Just close your eyes... The sun is going down, You'll be alright.

Jamais elle ne pourrait comprendre. Elle ne pouvait pas se mettre à la place du jeune homme. Ni d'aucun sorcier ou même loup. Ni même chasseurs. Tous ses êtres qui se jetaient dans la nuit dans une guerre que l'humanité subissait sans son mot à dire. Elle ne comprenait pas comment il pouvait souffrir. Elle le voyait, mais elle ne pouvait s'imaginer tout ce qu'il pouvait ressentir. Et elle était la cause de tout ce mal ? Non... Non, c'était la faute de la Lune. La blonde essayait de s'en convaincre alors qu'elle venait se réfugier contre lui. D'abord pour le rassurer lui, puis elle aussi. Car tant qu'elle pouvait le sentir tremblant contre elle, Poppy le savait en vie. Parce qu'elle avait peur de le perdre. Elle avait peur que sa demande stupide ne lui coûte la vie. Elle avait peur que sa Mère lui fasse payer une telle désobéissance. Ou peu importe ce qui avait là-haut et lui infligeait ici, sur Terre. De chair et d'os. Ils étaient mortels et jamais la Andersen n'avait imaginé qu'elle verrait Thaddeus si près du gouffre. Tout ce sang... Elle avait cru que le voir tuer la pauvre dame l'autre soir lui avait suffit à la dégoûter... Le voir cracher son propre sang lui pinçait le coeur douloureusement. Elle avait presque l'impression de partager ses souffrances parce que le voir dans cet état lui faisait mal à elle aussi. « Tu ne pouvais pas savoir ce qu'il se passerait... Tu es là... c'est... tout... ce qui importe. » Elle était là et pourtant, elle se sentait tellement inutile. Tellement impuissante. Elle aurait bien aimé avoir des pouvoirs magiques elle aussi pour le soulager de sa douleur. Mais elle n'était qu'une humaine. Pauvre humaine qui avait bien failli de servir de sacrifice dans le passé. Qui avait été attaquée par un loup, qui continuait de sortir la nuit dans l'espoir de protéger sa mère alors que c'était elle qui devrait se protéger du reste du monde quand la Lune se lève. Elle se sentait idiote. Démunie. Seule humaine coincée dans les ténèbres. Mais elle s'efforçait de cacher sa peur. Parce qu'elle voulait être là pour Thaddeus, qui souffrait à cause d'elle. Les paroles du jeune homme tirèrent un sourire triste à la blonde. Un sourire qu'elle voulait rassurant. Au moins, ses efforts pour lui remonter le moral, chasser le martyr qui s'abattait sur lui faisait un peu son effet. C'était peut-être ça son super-pouvoir à la Andersen ? Donner le sourire. Rassurer. Sa simple présence suffisante à chasser un peu les abysses des nuits de pleine lune. « Dis... Dis-moi c'que tu as besoin et je le fais. J'suis là pour toi, ok. » Un rictus doux glissa sur les lèvres de la belle alors qu'elle se séparait un peu de Thaddeus pour le regarder dans les yeux mais gardant cette proximité qu'il avait besoin. Qu'elle avait besoin. Glissant ses doigts délicats sur sa mâchoire pour ensuite passer sur son front pour chasser la sueur qu'elle voyait perler sur sa peau, elle était presque hypnotisée. Parce que même dans cet état, il était beau. Elle ignorait comment ça pouvait être possible mais même avec ce sang sur ses vêtements, les cernes et la douleur visible sur les traits de son visage, ça ne lui enlevait rien de son charme. Au contraire, il n'avait jamais eu l'air plus humain alors qu'il souffrait d'un supplice que seuls les sorciers pouvaient ressentir. Alors c'était plus fort qu'elle. Elle lui souriait. Attachée, apeurée, tombant lentement amoureuse du jeune homme alors qu'elle pouvait très bien servir de sacrifice d'un moment à l'autre. « Même si c'est aller chercher la Lune pour que ça arrête de t'faire mal, j'vais trouver un moyen. » Les mots sortaient tout seul. Elle ne pouvait s'empêcher de dire tout ce qui lui passait par la tête. Et elle le pensait. Elle irait chercher la Lune pour lui s'il le désirait. « Ça doit pas être si difficile. » Ajouta-t-elle un peu gênée. Un échelle serait suffisante, une très longue échelle certes... Ce qu'elle pouvait être trop spontanée parfois. Si elle le pouvait, elle irait se cacher la tête dans un sac de carton mais elle se contenta de planter son regard clair dans celui de Thaddeus. Un regard rempli de tendresse pour chasser la douleur qu'elle voyait encore secouer son corps.
Revenir en haut Aller en bas

Thaddeus Killingworth
we pledge ourselves to the goddess

Thaddeus Killingworth
Messages : 490
Pseudo : metropolis (steph)
Avatar : grant gustin
Crédits : (avatar @cheap thrills)
Double compte : helios & astoria
Image : when the darkness comes (killersen) Tumblr_o9jfbn89FA1qeufx0o2_500
Âge : vingt-six hivers, écorché vif.
Statut civil : coeur à la dérive, âme à l'agonie. il prend ce qui vient, ni plus ni moins.
Occupation : il entretient et entraîne le corps des autres le jour, avant d'aller exposer le sien dans les bars le soir
Élément : les abysses qui étouffent, asphyxient, et détruisent. l'eau, destructrice.
Date d'inscription : 17/01/2016
Age : 24

TO KNOW MORE
Relations:

when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) EmptyLun 4 Avr - 1:03

S'il devait mourir, il n'aurait pas pu trouver meilleure mort que dans les bras de la femme qu'il aimait. C'était quelque chose qu'il n'aurait jamais voulu avouer, car ça lui faisait peur, tous ces sentiments. L'amour était une faiblesse, douloureuse et intransigeante. Il en avait fait les frais à deux reprises. Plus jamais. Le sorcier s'était juré de ne plus jamais se laisser charmer par les fourbes tentations de l'amour, pour épargner son coeur et ses larmes. Et pourtant, il s'était laissé avoir, une fois de plus. Poppy avait su s'accaparer son coeur, bien qu'il ne l'ait pas compris tout de suite, ni même vraiment accepté. Mais, au fond, il ne le regrettait pas. Poppy était la seule certitude dans son monde. Celle qui faisait battre son coeur. Il n'était pas encore prêt à lui dire, comme si quelque chose lui intimait l'ordre de se taire, que ce n'était pas encore le moment. Le serait-ce vraiment un jour ? Le sorcier se sentait partir à mesure que les secondes défilaient, et il n'était pas certain d'avoir de nouveau une telle occasion. Alors, mourir dans ses bras, aussi cliché et dramatique que cela était, ne le dérangeait en aucun cas. Il se sentait honoré d'avoir eu l'occasion de la connaître, et de l'aimer.  La Lune... Thaddeus aimait cette dernière. Sa Mère. Malgré tout ce qu'elle lui faisait endurer, il ne parvenait pas lui en vouloir, ça lui était impossible. Il aurait, du pourtant, à plusieurs reprises. ... n'est pas une si mauvaise mère, tu sais. En général. Elle était clémente, aimante. Mais également égoïste et sévère par moments, Thaddeus n'était pas ignorant. Elle le punissait, comme une mère le ferait, quand on désobéissait aux règles.  C'était quelque chose d'incompréhensible, de révoltant, aux yeux des humains. Le sorcier le savait et comprenait leur point de vue. Mais les humains ne pourraient jamais comprendre ce qu'ils vivaient, peu importe ce qu'ils faisaient ou voulaient. Poppy non plus ne pouvait concevoir une telle chose, constatant seulement l'état dans lequel il se trouvait. Et Thaddeus se sentait coupable de lui infliger une telle vision. Lui, qui était littéralement à l'agonie. Et pourtant, dans tout cela, elle lui souriait. Un sourire qui réchauffait son coeur et lui donnait encore plus envie de s'accrocher et de vivre. Pour admirer une fois de plus son visage, et en apprécier chaque parcelle.  S'accrochant à elle comme à une propre bouée de sauvetage, front contre front, il savait qu'elle était la seule raison pour laquelle il se battait encore. Pour laquelle il espérait encore.

Il avait survécu. Il ignorait encore comment, mais il se sentait encore plus reconnaissant envers la Déesse de l'avoir épargné - et non en colère de l'avoir mis dans cet état, comme il aurait du. Pourtant, le sorcier comprenait ce que cela impliquait. Il ne pouvait dignement pas supporter une énième soirée ainsi, à rester enfermé, sans sacrifice. Pas par lâcheté ou fierté, mais pour sa propre survie. Il avait déjà craché trop de sang la veille, et avait l'impression de n'avoir pas dormi depuis plusieurs semaines. La nuit avait été longue, bien trop longue à ses yeux. Mais le soleil avait fini par reprendre sa place de droit, et l'avait libéré de ses tourments. Pour le moment. Le visage cerné, et les traits tirés, Thaddeus se tourna vers la blonde, montrant plus que jamais toute la gratitude qu'il avait pour cette dernière. Désolé de t'avoir imposé tout cela vraiment. Le sang, le stress... et tant d'autres choses encore. Je t'en serai à jamais reconnaissant. Poppy, sa sauveuse, son ange gardien.

_________________


A cold wind was blowing from the north, and it made the trees rustle like living things. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

shipwhore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


when the darkness comes (killersen) Empty
MessageSujet: Re: when the darkness comes (killersen)   when the darkness comes (killersen) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

when the darkness comes (killersen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: out of darkness :: le cimetière :: dans le jeu :: rp saison 1-