membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 there is only thing we say to death ❁ augustus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Edith Bukater
former resident of hell

avatar
Messages : 34
Pseudo : choco.chanel
Avatar : scarlett johansson
Crédits : glass skin pour l'avatar.
Image :
Âge : vingt-huit ans. dois-je seulement continuer à compter ?
Statut civil : fiancée.
Occupation : pharmacienne.
Élément : l'eau jadis.
Don : médiumnique, souvenir infernal ramené de mon voyage.
Date d'inscription : 22/05/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: there is only thing we say to death ❁ augustus   Mar 7 Juin - 20:07









there is only thing we say to death


Il avait raison. Je ne pouvais pas rester enfermé dans cet appartement comme la princesse dans sa tour d’ivoire, à attendre que le temps passe et fasse l’œuvre à laquelle j’étais dévolue. Sans savoir pourquoi, on m’avait donné autorisé une deuxième chance… J’avais compris ce qui avait été la cause de tout ceci, mais je ne trouvais aucune raison pour que la magie l’est permis. Je n’avais pas été particulièrement dévouée à la Lune, j’avais fait mon devoir sans véritable entrain et je soupçonnais même qu’elle ait mis ce monstre sur mon chemin… Pour me punir de mon manque de foi, de piété et de crainte en sa force, son pouvoir d’attraction qu’elle avait sur tous ses enfants. Finalement j’avais été libéré de dons qui impliquaient des sacrifices que je haïssais depuis mon enfance. J’avais été libéré de son emprise, j’avais été libérée de la menace des loups… Mais j’avais également perdu ce qui faisait ma spécificité : ma magie. Cette chose merveilleuse qui permettait de rendre mon quotidien plus beau, plein de nuances et de couleurs, d’aura et de teintes que je ne voyais plus désormais. J’observais le monde d’un œil neuf mais qui me donnait beaucoup moins envie de le découvrir. J’étais devenue banale, d’une normalité qui défiait tout entendement, damnée à l’errance… J’étais toujours moi, mais une partie de mon être était resté dans cet enfer où la Mort m’avait accueillie à bras ouverts. Je ne gardais aucun mémoire de ce passage, mais j’en avais ramené un cadeau, une malédiction qui me pourrissait l’existence, qui hantait mes songes et faisait partie intégrante de ma vie.

Mes réflexions m’avaient extrait au monde des vivants, je divaguais de pérégrination psychique en observation terre-à-terre… Ce fut les sirènes derrière moi qui me ramenèrent à la réalité. Un regard à mon compteur et je compris la raison de cette apparition soudaine. J’avais fait un excès de vitesse, et la police m’était tombée sur le dos. Rien de surprenant. C’était la première fois que je remontais en voiture, et mon pied semblait prompt à appuyer sur l’accélérateur malgré moi… Comme si je recherchais un frisson perdu, une sensation que je cherchais à retrouver. Quoi qu'il en soit, je m’arrêtais. J’étais sans doute cinglée depuis mon retour, mais pas assez pour risquer un aller simple au poste et un passage au tribunal… Pouvait-on seulement passer au palais de justice pour un excès de vitesse ? Peut-être pas, mais pour un délit de fuite ? Je souriais à cette idée alors que je me garais sur le bas-côté. Anxieuse ou grisée, je ne savais pas quel était le sentiment qui m’habitait vraiment la frontière était floue, brouillée, brumeuse… Vitre baissée, j’esquissais mon plus beau sourire avant de lever les yeux vers l’agent. « Bonjour monsieur l’agent. Y aurait-il un souci ? »

made by roller coaster

_________________
be safe, be strong.

« You, who are here, do not cry at my grave. I'm not there and I do not sleep. I breathe in the sky as a thousand winds. I am the sparkle of diamonds on the snow. I am the swift uplifting rush of quiet birds in circled flight. I am the soft stars that shine at night. I do not sleep. Do not cry at my grave. I'm not there because I still live. I do not die. » GUERLAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Augustus O'Callaghan
humanity in our veins

avatar
Messages : 141
Pseudo : Malou
Avatar : Michael Fassbender
Crédits : Lady Azraël
Âge : 35 ans
Statut civil : Célibataire. Pas par choix, simplement par manque de temps.
Occupation : Commissaire de police
Don : Medium depuis quelques mois
Date d'inscription : 24/05/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: there is only thing we say to death ❁ augustus   Dim 12 Juin - 10:05

there is only thing we say to death
ft/Edith Bukater


Augustus venait de raccrocher avec son médecin, qui lui confirmait qu’il avait bien rendez vous, avec sa mère, le soir même pour vérifier les irm de cette dernière : elle semblait avoir du mal à respirer dernièrement, et avec des années et des années de tabagisme passif sur les poumons, l’aînée des O’Callaghan ne voulait pas prendre le moindre risque sur le sujet. Il avait dû ronchonner un peu pour la forme pour convaincre la matriarche d’accepter de passer ces examens et de rencontrer les toubibs. C’était pas comme si sa sœur allait s’occuper de ce genre de choses, de toute façon, et son frère… bref. Ses devoirs familiaux accomplis, il avait regardé l’heure à l’horloge de son bureau, retenant un bâillement : il n’était pas le milieu de la matinée que déjà, il sentait la fatigue l’envelopper de son manteau cotonneux et chaud. S’il avait été chez lui, il serait surement retourné se coucher. Sauf qu’il ne finissait pas avant tard ce soir, alors à défaut d’un oreiller, il s’envoya un nouveau café au fond de l’estomac, attrapant ses clefs de voiture pour se rendre à Dublin. Le bureau d’analyse de la Crim’ avait les résultats des recherches effectuées sur les corps retrouvés il y a bien deux mois près des falaises, et il était le seul commissaire dispo ce matin là. A défaut, au moins, ça lui ferait prendre un peu l’air, et il pourrait en profiter pour passer dans une librairie trouver de quoi occuper ses nuits d’insomnie.
Il filait à toute allure sur la départementale, du rock plein les oreilles, quand une voiture le doubla à une vitesse tout à fait déraisonnable pour une route si fréquentée, et Augustus serra les dents : ils n’étaient qu’à quelques kilomètres d’une entrée de ville, et une vitesse comme ça était le matériel parfait pour un carambolage à l’entrée de l’école qui se trouvait non loin. Il activa le gyrophare sur le toit, et écrasa la pédale de l’accélérateur pour remonter à niveau du chauffard qui eut au moins l’intelligence de se garer sur le coté alors qu’il lui faisait signe de s’arrêter. Augustus prévint la centrale qu’il était en intervention –juste au cas où-, puis vint à la rencontre du fou du volant, qui s’avéra être une folle, qui lui offrit le plus charmant des sourires en descendant sa vitre. Sourire auquel il répondit d’un sourcil haussé :

- Vous rouliez plusieurs dizaines de kilomètres au dessus de la limite de vitesse, M’dame, ce n’est pas bien raisonnable, surtout quand on vient de doubler une voiture de police … Auriez vous vos papiers sur vous, s’il vous plait ?

Le ton était calme, courtois, toujours. Malgré la fatigue, il mettait un point d’honneur à apparaitre irréprochable et poli, malgré les cernes qui donnaient un air inquiétant à son regard perçant. Attendant tranquillement que la conductrice trouve son permis et sa carte d’identité, son regard se perdit un peu à l’horizon, avant d’entendre hurler dans ses oreilles. « Monstre, MONstre, MONSTRE ! ». Il sursauta, redescendant les yeux vers la jeune femme :

- J’vous demande pardon ?

Ça lui arrivait souvent d’hurler dans les oreilles dans gens comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

there is only thing we say to death ❁ augustus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: glencullen & dublin :: le centre-ville-