membres du mois

Elrich Marbh & Augustus O'Callaghan



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Toutes les informations se trouvent ici.
Merci d'avoir fait vivre le forum si longtemps.

Partagez | 
 

 My Life My Rules - Maureen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: My Life My Rules - Maureen    Sam 28 Mai - 18:41


Maureen O’Reilly
Life’s too short to be a slave

identity card
PRÉNOM(S) : Maureen, dérivé de Maire, un prénom typiquement Irlandais. Maureen pour Aimée. AGE : 24 ans. Y-a-t-il vraiment besoin d’en dire plus ? De préciser qu’il s’agit d’un âge moyen, un âge de rébellion, d’individualité. Un âge où on désire faire la fête. PROFESSION : Serveuse au Johnnie Fox’s Pub. Un travail comme un autre, mais un travail au bon endroit. Au milieu des jeunes, de l’alcool, de la musique. STATUT SOCIAL : Anciennement aisée, elle ne l’est plus depuis qu’elle a emménagé seule. Elle est donc modeste, vit seule et est complètement indépendante. RACE : Une humaine, pure souche, une humaine, rien qu’une humaine. Une ancienne chasseuse. Mais une humaine. Juste une humaine. NATIONALITÉ : Irlandaise. ORIGINES : Irlandaise pure, d’une vieille famille très traditionnelle. Des générations et des générations d’Irlandais, entre des Irlandais, rien qu’avec des Irlandais. FAMILLE : La famille O’Reilly est une famille de chasseur depuis des générations, elle réside à Wexford. Très traditionnelle, bourgeoise et stricte, elle a la grande règle d’instruire chaque ainée afin d’en faire une chasseuse et chef digne de ses ancêtres. Maureen est donc l’ainée de sa famille et a deux frères plus jeunes. 14 et 18 ans.  

characterization
Si il y a quelque chose qu’on peut voir dès qu’on voit Maureen, c’est qu’elle n’est pas du genre à vouloir se fondre dans la masse, respecter les règles de bienséance, de politesse. Elle fait ce qu’elle veut, comme elle le veut. Peu importe les conventions sociales, peu importe que porter des mini-short soit déplacé, peu importe qu’avoir les cheveux blonds et roses alors qu’ils devraient être bruns soit trop extravagant, il est possible qu’elle l’ai fait rien que pour la satisfaction qu’on la juge. Qu’on la regarde, qu’on lui dise qu’elle n’est pas normale, qu’elle se fout de tout.
Ce qui n’est pas vraiment le cas. Si son sentiment de liberté et de rébellion est une caractéristique principale de sa personnalité, elle n’en restera pas droite pour tout ce qui est illégal : drogue, vol, vandalisme. La seule chose qu’elle veut vandaliser, c’est son propre corps. Celui-ci n’est qu’un chantier pour ses expériences. Tatouages temporaires, colorations, accoutrement aussi punk que coloré, selon ses goûts. Attention, elle ne s’est jamais mutilée pour autant, elle n’a jamais eu aucun désir pareil. Elle est optimiste. Toujours. Maureen a un profond dégout pour les moutons, pour ceux qui se contentent de suivre la masse, les tendances, ce qu’on leur demande de faire, et qui acceptent, sans se poser de questions, ou qui se brident pour rentrer dans le moule.
Indépendante, forte de caractère et franche, elle n’en reste amicale, bien que piquante et ironique. Elle ne rejette pas du tout le contact, elle a même tendance à draguer tout ce qui bouge et qui est barbu. Barbu ? Oui, barbu. C’est un fétiche comme un autre. Son sourire apparaît vite quand elle est dans un environnement qu’elle connaît, avec  des gens qu’elle connaît. Facilement approchée, elle n’est pas méfiante, mais plutôt confiante. Trop confiante. Ça ne peut pas mal tourner, dit-elle souvent. Et puis après tout, la vie serait bien ennuyante sans quelques rebondissements.
Maureen aime les nouvelles expériences. Elle aime se mettre en danger dans des situations nouvelles. Elle doute souvent d’un quelconque échec. Elle semble sans peur, sans reproche, ou plutôt, si, on peut lui reprocher bien des choses. Qu’elle dit trop ce qu’elle pense, qu’elle est vulgaire, qu’elle est trop croqueuse d’homme, qu’elle ne croit que ses yeux, qu’elle manipule. Et c’est vrai, parfois. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Sous la carapace se cache souvent une peau fragile. A moins qu’elle ne soit durcie également, et qu’aucune faille ne pourrait faire vaciller l’irlandaise.
titre
depuis quand habitez-vous à Glencullen ? Et pourquoi avoir choisi cette ville ? : J’y habite depuis un peu moins d’un an. J’ai entendu parler de cette ville en créchant à Dublin, je cherchais du travail, et ils en avaient, vu la montée touristique que la ville connait.Avez-vous remarqué la présence de plusieurs créatures surnaturelles ? Croyez-vous en leur existence ? Si vous êtes vous-mêmes une de ces créatures, avez-vous conscience de la présence de chasseurs, ou vous pensez-vous plus fort qu'eux de toute manière ? : Je connais leur existence depuis que je suis toute petite. J’ai appris à les combattre, à les connaitre. Mais je ne les ai jamais vus. J’en viens à me demander si ils existent vraiment ou si ce n’est pas une putain de secte ridicule. Croyez-vous en l'existence de divinités quelconques ? Avez-vous une religion ? Si oui, laquelle ? La pratiquez-vous sur une base régulière, ou pas du tout ? : Je suis athée. Je suis sceptique. Je ne crois pas à ces conneries. A leurs histoires de Lune qui bénit des sorciers. Pour moi, il ne s’agit que d’une mutation de gêne. Pas de magie. Je ne prie que par la science. J’essaie.

the cool kids
PSEUDO : P’tit Sucre PRENOM :Elisa AGE : 17 ans COMMENTAIRE, SUGGESTION ? : Huuun, bonjour ? c:  AVATAR : Charlotte Free GROUPE : Humans  PERSONNAGE : inventé






La médiocrité commence là où les passions meurent

Je suis née à Wexford, dans une grande maison à l’écart de la ville. Ma mère gérait la maison d’une main de fer, tout en étant propriétaire d’une agence de tourisme,, mon père était un pêcheur qui partait de longs jours afin de compléter la finance familiale et nous permettre un train de vie très acceptable. J’avais une grande chambre pour moi dès ma plus tendre enfance, avec une tonne de jouet et de livre. Je ne manquais de rien, même si le manque de réelle technologie se faisait ressentir, un téléphone fixe, une télévision discrète, une radio. Pas d’ordinateur dans la maison, pas de micro-onde tout compris. Mes parents aimaient vivre en retard. On m’a toujours habillée sobrement, en robe, en ballerine. Je devais me tenir droite, parler distinctement, avoir les cheveux bien coiffés et surtout rester calme en présence d’invités. Bien sûr, je pouvais m’amuser ! Courir dans les couloirs, rire aux éclats. Vivre normalement - autant que possible - mais je devais être seule. Ma mère devait être occupée. Je trouvais cela drôle, de l’éviter, de jouer au chat et à la souris, à me cacher pour qu’elle ne m’envoie pas prendre un bain, peigner mes cheveux ou apprendre à tenir correctement une fourchette.
Déjà à l’époque, je ne désirais pas être bridée.
Petit à petit, quand il arriva le temps où je pouvais comprendre plus ou moins ce qui m’arrivait, on me retira de l’école publique. On me parla de choses surnaturelles, de monstres, de morts, de magie. Une nouvelle vie s’annonçait. Une vie d’étude, d’école privée dans un quartier général remplis de jeunes comme moi. D’ambitieux, d’enthousiastes, de peureux, de faibles. Et moi, j’étais là, au milieu, à écouter des cours, à apprendre à me battre, à obéir à des inconnus.
Je ne dis pas que je ne m’amusais pas, non. Je m’amusais, j’étais en contact avec des gens de mon âge, ceux qui avaient des parents trop occupés comme les miens pour s’occuper de leur éducation de chasseur. Déjà à l’époque, je m’intéressais aux garçons. Que voulez vous ! L’adolescence est propice à l’amour, ou plutôt, aux relations. Malheureusement, ma mère n’était pas de cet avis. Je n’avais pas le temps de penser à un copain, pas maintenant. Encore heureux qu’elle favorisait l’amitié ! … Envers les personnes qu’elle avait décidé, surtout. Il fallait renforcer les liens avec d’autres familles. Pour des raisons qui m’ont toujours échappées, et que je n’avais jamais cherchée à connaitre. J’étais sociale. J’avais l’allure d’ange qui attirait la sympathie de tout le monde. Même si mon attitude de chipie revenait dès que j’en avais l’occasion.
Je ne crois pas avoir eut une enfance difficile ou triste. Ma mère était stricte, mais devenir chasseur n’était pas fait pour les faibles. Et je comprenais que j’avais un grand héritage à supporter. Un potentiel à exploiter, le même que mon père exploitait quand il partait « pêcher », pour s’éloigner vers d’autres rives, à la recherche d’une autre victime à faire. Une parfaite couverture. Je ne m’ennuyais pas, là-bas. Je préférais encore ça que de rester à la maison. J’avais même eut le droit d’avoir un téléphone portable - si l’hideuse brique que j’avais pouvait porter ce nom - afin de prévenir d’un quelconque problème. Ma mère était aimante, quoiqu’on en dise. Elle avait sa manière de faire, sa manière de le dire… Mais elle m’aimait. Et je l’aimais aussi. C’était ma mère, aussi. J’aimais mes frères aussi. Eux avaient le choix de devenir chasseurs, ou pas. L’un avait accepté, l’autre non. Que je les enviais. Ils avaient plus de liberté que moi. Mais là encore, ils étaient des hommes. Ils n’étaient pas taillés pour commander la famille, comme mon éducation me l’avait appris.
La majorité me libéra de l’enseignement. J’ai prêté serment, j’ai reçu d’anciennes armes familiales. J’ai été félicitée par ma famille, par mes frères, par tout le monde. J’étais fière de moi.
Quelque chose manquait.
A l’époque, je n’étais pas sûre de savoir de quoi il s’agissait. Droite dans ma robe chic, un verre de champagne à la main, mes longs cheveux rehaussés d’un noeud crème. Un vide s’installait au fond de moi. Pourtant, j’avais tout ce que je désirais, mes parents étaient heureux, je n’avais aucun problème. J’étais leur petite fille modèle, bien qu’un peu revêche par moment, ce qui faisait mon charme, je suppose. Putain, comme j’étais frustrée. Que j’étais incapable de comprendre ce qui clochait. Les questions se bousculaient. Et ne trouvaient pas de réponse. Même pas la fois où j’ai réussi ma première mission. Même pas la fois où j’ai tué la première fois. Même pas la fois où j’ai fait pleurer des enfants, après avoir tué leur mère qui, lors de sa transformation, avait fait une victime. Ça ne me faisait rien.
Justement, ça ne me faisait rien.
Un an, deux ans, trois ans, trois ans de loyaux services, de meurtres, de recherche. Et je n’étais pas heureuse. Je regardais les autres s’amuser, vivre leur vie. Ma vie ? Mon travail de chasseur. Je vivais chez mes parents, j’étais dépendante d’eux. Je leur obéissais, j’obéissais à l’Ordre, j’obéissais à qui je devais obéir.
Puis un jour, en me levant, je me suis regardée dans le miroir, j’ai peigné mes cheveux, comme toujours. Ils étaient si longs, si bruns, si lisses. Je me suis rendue compte que je ne les aimais pas. A vrai dire, c’était la première fois que je me posais la question de si je les aimais ou pas. Je me suis dit tout à tout…
Pourquoi ?
C’était tellement con, au final.
Quand je suis descendue, j’ai regardé ma mère qui cuisinait. Et je lui ai demandé. “Pourquoi ?” Pourquoi mes cheveux étaient-ils ainsi ? “Parce qu’il serait bien triste de couper de si beaux cheveux.” Elle m’avait dit. “J’aimerais les couper.” Ai-je dit soudainement. Elle a rit. Elle a refusé.
Pourquoi ?
Ça raisonnait en moi, depuis lors. Tout le temps. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je porte ces robes ? Je n’aime pas le beige. Pourquoi j’utilise une rapière ? Les armes à feu sont tellement plus faciles, et cools. Pourquoi je tue des presque innocents ? Pourquoi j’ai cette vie ? Pourquoi ceci, pourquoi cela ?
Est-ce que c’est ce que je veux réellement ?
Un jour que je mangeais en silence en famille, un de mes frères a demandé “Maman, mes amis vont en week end à Dublin, je peux aussi ?” et ma mère lui a dit “Oui.” Comme si tout était normal. J’ai alors demandé “Maman, mes amis vont boire un verre demain, je peux aussi ? “ et ma mère m’a dit “Non.” J’ai froncé les sourcils. “Pourquoi ?” ai-je enchaîné. “Parce que tu as d’autres choses à faire, ma chérie”, a-t-elle répliqué. “Je veux y aller.” J’ai haussé le ton. “Tu ne fais pas ce que tu veux, ici, Maureen.”
J’ai réalisé quelque chose. J’avais 23 ans. J’étais majeure et vaccinée. Et pourtant, je ne décidais pas ?
Ce jour-là, je me suis énervée. Je ne l’avais jamais vraiment fait, contre ma mère. Bien sûr, il m’arrivait de crier à l’injustice, adolescente, car c’était normal à cet âge. Là, c’était différent. “Je suis libre de faire mes propres choix” ai-je rétorqué. “Tu es ma mère, pas mon dieu.” “J’ai ma propre volonté” “Pourquoi tu es si injuste avec moi ?”
“Ma vie sera telle que je la désire.”
C’était ma dernière phrase. Elle sonnait comme une révélation, autant pour moi que pour elle, ou que pour mes frères, eux qui vivaient bien plus normalement que moi, soumise à ma mère. Je l’ai blessée, ce soir-là, je le sais. Je l’ai déçue.
Mais je me suis rendue fière. Jamais je ne m’étais sentie ainsi. Je parlais sans penser aux conséquences, j’avais été moi-même. Et ça me rendait euphorique.
Les jours qui ont suivi, j’ai continué. Ça a énervé ma mère, ça a énervé l’Ordre. J’ai désobéi une fois, deux fois, trois fois. J’ai refusé des ordres, parce que je n’en avais pas envie. Parce que le “Pourquoi ?” qui trottait dans ma tête n’avait que pour réponse “Parce qu’on te le demande.’ et cela ne me plaisait plus du tout.
Forcée de constater qu’en fait, cette vie n’était pas la mienne, je ne me suis pas posée plus de questions. Un jour, je suis arrivée au quartier général, et j’ai démissionné. J’ai rendu mes armes, je me suis excusée, parce que j’ai toujours été polie, et je suis partie. En rentrant, ma mère n’était pas là. Je l’ai alors attendue. Quand elle est revenue, j’ai dit “Je ne suis plus chasseuse.” Elle a ouvert grand les yeux, un rire gêné et presque étranglé a précédé sa réponse. “Tu rigoles ?” “Non. Je ne vois pas l’intérêt à être chasseuse, d’autres sont bien meilleurs que moi. Je n’aime pas tuer.” j’ai simplement répondu. Elle s’est énervée. Encore. Elle a déballé une longue morale que je n’avais pas envie d’entendre, car elle ne me ferait pas changer d’avis. Quand elle a fini, j’ai compris qu’elle ne me pardonnerait jamais. J’ai soupiré. “Il vaut mieux que je m’en aille alors.” Elle s’est tue, elle m’a regardé. “Ne pars pas, chérie…” J’ai soupiré, puis haussé les épaules. “C’est ce que je veux.”
Alors, je suis partie. J’ai fait mes bagages. J’ai pris de l’argent. J’ai fait semblant de ne pas voir ma mère qui continuait de me supplier de ne pas partir, parce que j’étais son seul espoir, avec seulement deux fils comme héritiers suivants. “Je ne suis pas faite pour cette vie, maman.” Et j’ai fermé la porte d’entrée. Je me suis rendue compte que je n’avais pas mon permis. J’ai pris le bus. Dans le bus, j’ai pensé à moi.
Pendant mon voyage, j’ai pensé à moi. Tout au long de ce voyage, je me suis lâchée. C’était difficile au début, de me lâcher. De dire ce que je pouvais penser, vouloir, d’être indépendante.
Quelques mois, je crois, m’ont fallu pour commencer à devenir ce que je suis. Je me suis coupé les cheveux, je les ai teint. Ils sont un peu le symbole de ma nouvelle vie. Le permis aussi. Et l'appartement. Et tout ce qui changeait de ma vie, avant. Un travail, un téléphone, la fête, le sexe. Je ne sais pas vraiment si c’est vraiment vers là que je me destinais en sortant de chez moi. Mais je sais que je suis heureuse, maintenant.
Que chaque pourquoi se termine en parce que je l’ai décidé, ou parce que j’en ai envie. Et ça, ça me fait sourire, chaque jour. Ça ne me donne aucun regret. Ça me conforme dans mes idées. Je ne regrette pas d’être partie, je ne regrette pas de ne pas donner de nouvelles. Je ne regrette pas ma vie d’avant, mais je ne l’envie pas aujourd’hui. Tout ce qui m’arrive n’est plus que le résultat de mes propres décisions. Je n’ai plus de règles, j’assume les conséquences. Le futur, je ne le regretterai pas non plus.

Revenir en haut Aller en bas

Nolan Breslin
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 1431
Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
Avatar : sam claflin.
Crédits : mon bae (velvety.)
Double compte : leith le merveilleux et nyx la plus belle.
Image :
Âge : vingt-six ans, des années qui ont défilé beaucoup trop vite à ses yeux.
Statut civil : seul, sans vraiment l'être. toujours entouré, jamais attaché. il n'aime pas, mais il a besoin que les autres le fassent. il reste célibataire, car il se lasse beaucoup trop vite.
Occupation : ambulancier, il sauve des vies au quotidien. ça compense avec celle qu'il est forcé de prendre chaque pleine lune.
Élément : l'élément destructeur, le feu qui brûle, qui ravage tout sur son passage.
Date d'inscription : 04/01/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Sam 28 Mai - 19:23

charlotte
bienvenue parmi nous si t'as la moindre question, hésite surtout pas I love you

_________________


maybe there’s a universe out there — happening now — where we end up together. if you think of it all this way, then it’s like neither of us did anything wrong. you just found me in the wrong universe. that’s all. because you could have loved me forever. and maybe in another universe, i let you.

shipwhore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ronan Moriarty
howling at the moon

avatar
Messages : 39
Pseudo : plumyts.
Avatar : jeremy hot renner.
Crédits : catsoon.
Image :
Âge : quarante-ans.
Statut civil : célibataire de longue date.
Occupation : ancien soldat.
Poste dans la meute : alpha.
Don : mutation spontanée.
Date d'inscription : 27/05/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Sam 28 Mai - 19:36

Bienvenue I love you

_________________

And of all these things I’m sure of, I’m not quite certain of your love. And you made me scream, but then I made you cry. When I left that little bird, with its broken leg to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Sam 28 Mai - 20:09

Merci à vous !
Revenir en haut Aller en bas

Adam Harkwood
former resident of hell

avatar
Messages : 474
Pseudo : Summer Child, Co
Avatar : Dylan O'Brien
Crédits : bigbadwolf (avatar), Yourdesigndiary(gif),
Double compte : je soigne ma schizophrénie
Image :
Âge : 23 ans qu'il vit dans ce monde et que ce poids accable ses épaules
Statut civil : plus vraiment célibataire, mais le cœur déjà volé par des yeux noirs
Occupation : étudiant en médecine, spécialisé dans les drogues, il suit le parcours classique des membres de sa famille. Il pourra sans doute tenir un laboratoire pharmaceutique dans une dizaine d'années.
Armes de prédilection : couteaux de lancer sont ses armes préférées
Date d'inscription : 24/07/2015

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Dim 29 Mai - 22:46

Une humaaaaaaaaaine !
Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche !!

_________________

Hey, dark eyes, rest with me a while as I drift closer to sleep. But still cannot find no peace ©️shinouh



chut:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Dim 29 Mai - 22:54

Yé lé finiiiiie /o/
Et merci hehehe
Revenir en haut Aller en bas

Nolan Breslin
we pledge ourselves to the goddess

avatar
Messages : 1431
Pseudo : flyingsquirrel. (maëlle)
Avatar : sam claflin.
Crédits : mon bae (velvety.)
Double compte : leith le merveilleux et nyx la plus belle.
Image :
Âge : vingt-six ans, des années qui ont défilé beaucoup trop vite à ses yeux.
Statut civil : seul, sans vraiment l'être. toujours entouré, jamais attaché. il n'aime pas, mais il a besoin que les autres le fassent. il reste célibataire, car il se lasse beaucoup trop vite.
Occupation : ambulancier, il sauve des vies au quotidien. ça compense avec celle qu'il est forcé de prendre chaque pleine lune.
Élément : l'élément destructeur, le feu qui brûle, qui ravage tout sur son passage.
Date d'inscription : 04/01/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Dim 29 Mai - 22:58


Tu es des nôtres !
T'as bouffé ton humain comme tous les auuutres !
Wow, trop cool, t'es enfin des nôtre mon p'tit ! Alors avant de commencer le blabla un peu chiant, je vais quand même te dire ce que j'ai pensé de ta fiche : j'aime beaucoup le personnage, qu'elle se détache de sa famille de chasseurs comme ça .

informations pratiques
Et maintenant, parlons bien parlons peu, parlons de tout ce que tu peux faire maintenant que tu es validé. Alors déjà sache que la première chose que tu dois faire, et c'est très important, c'est de recenser ton avatar. Si tu ne le fais pas et que quelqu'un d'autre le prend, c'est toi qui devra changer. Tu peux donc faire ça ici. Si tu as peur d'avoir du mal à t'intégrer sur le forum, ou si tu as encore quelques questions, le système de parrainage a été mis en place pour permettre aux nouveaux de se sentir chez eux. Tu peux trouver toutes les informations par ici et t'inscrire dans le même sujet si tu en ressens le besoin. Ensuite, tu auras peut être envie de te trouver des potes, non ? Tu peux aller t'ouvrir un répertoire de liens, mais si jamais ce n'est pas assez, tu peux aussi te faire un scénario. N'oublie pas non plus d'aller te recenser dans les différents répertoires. Et puis si tu cherches un rp, ne cherche plus, va directement faire une demande ! Pour finir, tu peux créer un journal de bord à ton personnage, pour y retracer son histoire, son évolution, etc.
Voilà, c'est tout ! N'hésite pas à venir flooder avec nous !


_________________


maybe there’s a universe out there — happening now — where we end up together. if you think of it all this way, then it’s like neither of us did anything wrong. you just found me in the wrong universe. that’s all. because you could have loved me forever. and maybe in another universe, i let you.

shipwhore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Augustus O'Callaghan
humanity in our veins

avatar
Messages : 141
Pseudo : Malou
Avatar : Michael Fassbender
Crédits : Lady Azraël
Âge : 35 ans
Statut civil : Célibataire. Pas par choix, simplement par manque de temps.
Occupation : Commissaire de police
Don : Medium depuis quelques mois
Date d'inscription : 24/05/2016

TO KNOW MORE
Relations:

MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    Dim 29 Mai - 23:04

Bienvenue jolie Maureen

_________________
Tell me that I'm not Crazy.
I saw dead people. I hear them, feel them, smell them. I listen to them when they whisper in my hears. But who's gonna listen to me ?
oào
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: My Life My Rules - Maureen    

Revenir en haut Aller en bas
 

My Life My Rules - Maureen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? :: out of darkness :: le cimetière :: administratif :: fiches de présentation-